Planète

Bourgeons : ne pas confondre croissance et développement

Dossier - Pas de bourgeon, pas de forêt !
DossierClassé sous :botanique , forêt , bourgeon

-

Savons-nous que le bourgeon est l’élément essentiel de la vie d’une plante ? Le bourgeon assure la croissance et la ramification des tiges, il est le moteur de la plante et sans lui… pas de forêt !

  
DossiersPas de bourgeon, pas de forêt !
 

Croissance et développement sont deux termes qui recouvrent des notions assez complexes en biologie et puisque nous parlons des bourgeons, c'est un bon moment pour mettre les choses au point !

Bourgeon de Grindelia robusta. © Anemone123 CCO
Croissance : la courbe rouge de ce graphique représente très bien la croissance discontinue ! © DR

La croissance

La croissance est en principe considérée comme une augmentation de taille de la plante (ou d'un être vivant en général) dans toutes les directions ou dans certaines directions particulières comme la hauteur, le diamètre ou l'épaisseur. Mais toutes les augmentations de taille ne relèvent pas des phénomènes de croissance. On peut citer comme exemple la turgescence d'une cellule ou d'une plante, qui s'accompagne d'une augmentation de ses dimensions mais il ne s'agit pas du tout d'un phénomène de croissance, c'est d'ailleurs un processus réversible ! Donc il faut ajouter quelque chose à notre définition.

Schéma de la germination du haricot. © DR

Pour qu'il y ait croissance il faut une augmentation de la quantité de matière sèche d'une plante, les phénomènes de turgescence n'étant pas concernés, on vient de le voir.

Hêtre plantule et commentaire botanique. © C. König

Mais là aussi on a un problème : un arbre qui perd ses feuilles ou une branche ou encore ses fruits perd de la matière mais il continue de croître même s'il peut avoir perdu une quantité de matière (sèche) importante.

Jeune hêtre adulte. © Wikipedia, GNU FDL 1.2

Le développement

La notion de développement est tout aussi compliquée ! Quand on parle de développement il y a bien entendu une notion de croissance qui est sous-jacente, mais il y a en plus une notion de différentiation de certains organes comme les rameaux, les fleurs, les fruits mais aussi les organes internes de la plante. S'ajoute également une notion particulière de spécialisation des individus ou de parties d'individus (tissus), mais aussi dans un développement normal une notion de perte de certains organes comme un arbre qui se développe normalement va perdre ses fruits à un certain moment ou pire encore une plante herbacée peut perdre tous ses organes aériens en fin de saison : cesse-t-elle pour autant son développement ?

Arbre remarquable. Hêtre européen (Fagus sylvatica). © Jean-Pol Grandmont, licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported

Ainsi, ces deux termes recouvrent des réalités proches mais aussi différentes et il ne faut pas les confondre quand on parle de la biologie des végétaux. Si le développement d'une plante peut être considéré comme plus ou moins continu, en ce qui concerne les plantes vivaces en tous les cas, il n'en va pas de même de la croissance !