Plusieurs termes sont couramment utilisés pour parler de l'évolution actuelle du climat : changement climatique, réchauffement climatique ou encore dérèglement climatique. Chacun d'entre nous a sa préférence, mais au niveau scientifique, lequel est le plus juste ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview avec Jean Jouzel : Le réchauffement climatique est-il d'origine humaine ? Le paléoclimatologue français Jean Jouzel nous éclaire sur la part de responsabilité des humains dans la crise climatique.

Si ces trois termes sont utilisés de manière interchangeable par les médias et le grand public, leur signification n'est pourtant pas exactement la même et mérite d'être clarifiée. 

Changement climatique, le terme utilisé par les organisations de référence

« Changement climatique » est le premier terme apparu pour qualifier la hausse des températures provoquée par les émissionsémissions de gaz à effet de serregaz à effet de serre : il apparaît pour la première fois en 1975 dans un article de la revue américaine Science sous sa traduction anglaise climate change. Cet article du géophysicien Wallace Broecker posait justement la question d'un changement climatique de grande ampleur caractérisé par un global warming, un réchauffement donc.

Mais le problème avec ce terme de changement climatique, c'est que « changement climatique » a une définition très générale qui peut être interprétée de différentes manières. Tout d'abord, le mot changement ne donne pas d'indication sur l'évolution des températures : un changement climatique peut aussi bien définir un réchauffement qu'un refroidissement. Voilà pourquoi de nombreux scientifiques préfèrent parler de réchauffement climatiqueréchauffement climatique, et non de changement, par souci de précision. Ce changement climatique peut être d'origine humaine comme d'origine naturelle, et ne fait pas forcément référence à la période que nous connaissons : il peut aussi désigner les grandes variations du climat dans le passé.

Cependant, les grandes organisations de référence, comme le Giec, l'ONU, et l'Organisation météorologique mondiale (OMM), parlent toutes de « changements climatiques », au pluriel, dans leurs rapports officiels. Comme l'écrit le Giec sur son site : « Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GiecGiec) a été créé en 1988 en vue de fournir des évaluations détaillées de l'état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade. » Pour ces organisations, ces changements climatiques regroupent en réalité toutes les conséquences du réchauffement lié aux émissions de gaz à effet de serre : l'augmentation des sécheresses et canicules, la hausse du niveau de la mer, la modification du cycle de l'eau, la fontefonte des glaciersglaciers, etc. 

Les grands organismes de référence en matière de climat parlent de « changements climatiques » au pluriel. © I Love Advanture, Adobe Stock
Les grands organismes de référence en matière de climat parlent de « changements climatiques » au pluriel. © I Love Advanture, Adobe Stock

Réchauffement climatique, une signification plus précise ?

L'expression « réchauffement climatique » correspond au terme anglais global warming, qui se traduit légèrement différemment par « réchauffement planétaire ». Dans leurs communications, le Giec, l'ONU et l'OMM traduisent d'ailleurs global warming au sens strict : ils parlent donc de réchauffement planétaire, à l'instar du Giec qui présente sur son site son « rapport spécial sur les conséquences d'un réchauffement planétaire de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels ». La notion de réchauffement (climatique ou planétaire) précise donc l'évolution des températures vers le haut, de manière mondiale. Mais pour être encore plus précis, certains préfèrent ajouter un troisième mot : « réchauffement climatique anthropique » (ou d'origine anthropique) indiquant clairement l'origine humaine (et non naturelle) de cette hausse des températures. Certains scientifiques parlent alors d'AGW, anthropogenic global warming, un réchauffement planétaire d'origine anthropique : il s'agit finalement ici du terme le plus complet pour caractériser l'évolution actuelle du climat. Celle-ci ne laisse pas de place aux différentes interprétations qui brouillent parfois les discours sur le climat.

Le dérèglement climatique, les conséquences mises en avant

Rares sont les scientifiques qui parlent de dérèglement climatique, le terme étant davantage utilisé par les médias et le grand public. Il ne s'agit pas d'un dérèglement, mais plutôt de « dérèglements » au pluriel. Ce terme renvoie aux conséquences du réchauffement global sur les phénomènes météorologiques et climatiques : les sécheresses ou épisodes de précipitationsprécipitations extrêmes qui se multiplient, ou encore le décalage des saisons avec l'allongement de la duréedurée de la période estivale en Europe, par exemple. Ces dérèglements étant provoqués par la hausse globale des températures.

Pour résumer et clarifier la signification de chacun de ces trois termes, on peut donc dire que le réchauffement climatique (ou planétaire) d'origine anthropique entraîne des changements climatiques, occasionnant ensuite de nombreux dérèglements !