Santé

Qu'est-ce que l'empreinte génomique ?

Dossier - Voyage dans le cerveau
DossierClassé sous :médecine , Incontournables , cerveau

-

Le cerveau est l'organe de notre corps chargé de la perception et de l'interprétation du monde extérieur. Il est composé d'une myriade de cellules nerveuses, appelées neurones, qui forment un réseau de connexions extrêmement efficace.

  
DossiersVoyage dans le cerveau
 

Il a été suggéré que les mammifères avaient développé l'empreinte génomique pour que puissent s'exprimer les intérêts divergents que les gènes paternels et maternels ont par rapport à la progéniture.

L'étude des fossiles semble indiquer que de nombreuses lignées de mammifères ont peu à peu acquis une capacité crânienne plus grande, mais il se pourrait que les différences entre la vie des mâles et celle des femelles aient soumis le cerveau à des modes de sélection différents, qui ont favorisé un remodelage sous contrôle de l'empreinte génomique.

Qu'est-ce que l'empreinte génomique ? © Stevebex101, Pixabay

Empreinte génomique paternelle et empreinte génomique maternelle

On dit de beaucoup de sociétés de primates qu'elles sont cimentées par les femelles, alors que les mâles sont plus indépendants du groupe. Ce sont les femelles qui donnent au groupe sa stabilité et sa cohésion ; plus attachées au groupe, ce sont elles qui, de génération en génération, assurent sa continuité. Elles sont le creuset de la société matrilinéaire, dont font partie les filles, mais pas les fils. Les mâles se détachent plus vite du groupe natal, sont sexuellement très actifs, ont des comportements agressifs et des liens hiérarchiques beaucoup plus ouverts.

Aussi, l'évolution cérébrale peut-elle avoir été soumise à des modes de sélection différents, épousant les différences comportementales les plus aptes à permettre à l'un et l'autre sexe d'avoir son meilleur rendement reproductif. Des impératifs de sélection différents ont donc pu agir sur les gènes selon qu'ils étaient contrôlés par l'empreinte génomique paternelle ou maternelle, mais telle est la nature de l'empreinte génomique que les effets sont aussi bien transmis aux fils qu'aux filles et que les différences liées au sexe sont encore amplifiées par les hormones testiculaires et ovariennes.