Auquel de ses parents ressemble-t-on le plus ? © Kalim, Fotolia
Santé

Hérédité : les enfants ressemblent-ils plus à leur père ou à leur mère ?

Question/RéponseClassé sous :génétique , hérédité , psychologie

« Mais qu'est-ce qu'il te ressemble ! » Qui n'a pas déjà prononcé cette phrase à une maman après la naissance de son enfant. Et ce nez et ce menton, n'est-ce pas plutôt ceux de papa ? Les scientifiques se sont penchés sur cette épineuse question et avancent de surprenantes explications liées à l'évolution et à la biologie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Barbara McClintock, pionnière de la génétique  Pionnière de la génétique, l'Américaine Barbara McClintock a multiplié les découvertes entre la fin des années 1920 et les années 1950 : le rôle des chromosomes dans l’hérédité, le « crossing-over », les gènes sauteurs, la régulation des gènes, l'épigénétique... En avance sur leur temps, ses travaux ont été rejetés… puis tous confirmés. Récompensée in extremis par un Nobel en 1983, elle fut de son vivant pleinement reconnue comme une des plus grandes biologistes. Mais si tardivement... 

Commençons d'abord par préciser que la ressemblance est un concept assez subjectif, étroitement liée au contexte et aux interactions sociales. Il a ainsi été montré que les pères les plus impliqués dans l'éducation de leur enfant ont tendance à trouver qu'il leur ressemble. Deux individus ayant des traits similaires auraient aussi plus tendance à coopérer.

De nombreuses études ont alors tenté de répondre de façon scientifique à cette question cruciale : auquel de ses parents ressemble-t-on le plus ? Tout dépend de l'âge et du sexe, d'après un article de l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier. Les chercheurs ont présenté des photos d'enfants de différents âges, de leurs parents et d'inconnus, à des volontaires pour leur demander d'identifier les ressemblances. Résultat : jusqu'à un an, les bébés ressembleraient plutôt à leur mère quel que soit le sexe. Cette différence persiste par la suite chez les filles, tandis que pour les garçons, la tendance s'inverse vers 2-3 ans où leur apparence physique s'approche davantage de celle de leur père.

Après 2-3 ans, les petites filles ressemblent davantage à leur mère et les garçons davantage à leur père. © digitalskillet1, Fotolia

Une ressemblance maternelle… en cas de paternité incertaine

Les chercheurs avancent une explication liée à l'évolution : en ressemblant plus à leur mère qu'à leur père à la naissance, les bébés s'assurent de « tromper » le père en cas de paternité douteuse. Une fois que l'attachement affectif est installé, ce leurre n'a plus lieu d'être. Une autre explication réside dans la biologie : l'héritage maternel est plus important, notamment car les mères transmettent à l'accouchement et lors de l’allaitement des bactéries qui font constituer le microbiote du nourrisson. Or, on sait que celui-ci joue un rôle dans l'apparence. Le microbiote des mères en surpoids va par exemple augmenter le risque d'obésité chez l'enfant, et il influe aussi sur l'aspect de la peau.

Génétique : avantage au père

Sur le plan génétique, en revanche, il semblerait que les pères soient favorisés. Si nous héritons de la même quantité de patrimoine génétique de nos deux parents, les gènes du père auraient plus tendance à s'exprimer, selon une étude de 2015 parue dans Nature Genetics. 80 % des gènes posséderaient des variantes selon le sexe du parent dont il provient. Ce ne sont apparemment pas ceux codant pour les traits du visage. Alors, si vous avez hérité des yeux bleus de votre mère, votre goût pour le chocolat vient peut-être lui plutôt de votre père.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !