Quand nous dormons, l’activité cérébrale est ralentie, mais pas complètement inexistante, d’où les rêves. © sirikorn, Fotolia

Santé

Que se passe-t-il dans le cerveau quand on rêve ?

Question/RéponseClassé sous :cerveau , Sommeil , rêve
 

Parfois, les rêves sont plaisants et d'autres fois effrayants. Parfois, on s'en souvient au réveil et d'autres fois non. Notre cerveau nous jouerait-il donc des tours ? Les mécanismes du rêve sont encore un mystère que les neurosciences tentent inlassablement d'élucider.

Pendant le sommeil, le cerveau est en toute logique au repos. On constate en effet chez les personnes plongées dans le sommeil (paradoxal) que certaines fonctions sont éteintes ou ralenties, tel le cortex visuel primaire, qui fait partie de la chaîne de traitement des informations provenant de la rétine. Idem pour le cortex préfrontal responsable du raisonnement et de la logique.

Par contre, on observe une forte activité dans d'autres zones, notamment les régions sensorielles, comme le cortex visuel associatif (à ne pas confondre avec le cortex visuel primaire) qui produit des images, dans l'amygdale qui traite les émotions, ou encore dans l'hippocampe chargée de la mémoire. C'est pourquoi nos rêves sont riches en images et en émotions, malgré l'absence des données des sens, fournies par exemple par les yeux lorsqu'on est éveillé : c'est le cerveau qui crée seul les rêves.

Par le jeu des fonctions cérébrales éteintes ou actives durant le sommeil, nous pouvons rêver de choses impossibles ou incohérentes, au gré de notre imagination. © Max Pixel, Free Great Picture

Les neurosciences peuvent dire de quoi nous rêvons

Les scientifiques ont longtemps pensé que nous rêvions uniquement pendant le sommeil paradoxal, caractérisé par des mouvements des yeux rapides et une activité cérébrale importante. Ce n'est pas le cas, puisque l'on rêve également pendant le sommeil non paradoxal. Cependant, on se souviendrait mieux des rêves que l'on aurait faits pendant le sommeil paradoxal que pendant le sommeil lent.

Ainsi, en 2017, des chercheurs ont réussi à identifier les zones de notre cerveau d'où proviennent les rêves en analysant les électroencéphalogrammes d'individus endormis, aussi bien pendant leur sommeil paradoxal que non paradoxal. Ils se sont aperçus que les zones actives correspondent aux thèmes des rêves. Par exemple, rêver à des personnes mobilise la région cérébrale impliquée dans la reconnaissance faciale, région qui s'active également pour réaliser ce type de tâche quand nous sommes éveillés.

Cela vous intéressera aussi

Interview : l'activité cérébrale est-elle unique et individuelle ?  Lors de son fonctionnement, le cerveau émet des ondes cérébrales qu'il est possible de capter avec des électrodes. Une fois analysées, elles peuvent offrir des informations sur l’état ou les mouvements d’un patient. Ces signaux sont-ils universels ou propres à chacun ? Futura-Sciences a interviewé, lors de son intervention à TEDxCannes, Maureen Clerc, chercheuse à l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) pour en savoir plus.