Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelle est la part des transports dans la pollution ? Le transport est le deuxième contributeur de gaz à effet de serre, avec 24,6% des...

C'est bien connu que la pollution de l'air constitue un problème majeur de santé publique, notamment en augmentant le risque de problèmes respiratoires ou cardiaques, mais il y a peu de données sur les conséquences de celle-ci dans le cerveaucerveau. Pour combler cette faille, des scientifiques de l'université de Colombie-Britannique à Vancouver ont mené un petit essai cliniqueessai clinique avec 25 participants en bonne santé. Une partie d'entre eux a respiré les gazgaz d'échappement d'un véhicule diesel durant deux heures tandis que les scientifiques ont suivi l'activité cérébrale grâce à une IRM fonctionnelleIRM fonctionnelle. Les résultats ont été comparés à un groupe contrôle ayant respiré de l'airair filtré.

Voir aussi

On comprend enfin comment la pollution atmosphérique provoque le cancer

Les scientifiques ont concentré leurs recherches sur le réseau du mode par défaut, l'ensemble des régions cérébrales actives quand le cerveau est au repos. Chez les participants ayant respiré les gaz d'échappement, cette activité cérébrale est significativement plus faible que chez les personnes ayant respiré l'air filtré et cela après seulement deux heures d'exposition. Cette altération de l'activité du cerveau pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé.