La pollution de l’air est le plus grand risque pour la santé humaine

Classé sous :pollution de l'air , Espérance de vie , particules fines

[EN VIDÉO] Interview 4/5 : la pollution, quels risques pour la santé ?  Avec l’augmentation des taux de pollution se pose la question de son impact sur la santé humaine. Chaque polluant a des effets différents, certains immédiats et visibles, d’autres retardés et plus insidieux. Afin de clarifier la question, nous avons interviewé Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris. 

La pollution de l’air -- causées principalement par l'utilisation de combustibles fossiles -- est néfaste pour notre santé. Ce n'est pas un scoop. C'est d'ailleurs pour ça que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pose des limites. À 15 microgrammes par mètre cube (μg/m3) sur une période de 24 heures pour la densité de PM2,5 -- ces particules dont le diamètre ne dépasse par les 2,5 microns et qui peuvent pénétrer dans nos poumons ou même dans notre sang -- ou 5 μg/m3 en moyenne sur une année entière, par exemple.

D’où viennent les particules fines qui polluent l’air que nous respirons ? © Air Quality Life Index

L'ennui, nous révèlent aujourd'hui des chercheurs de l’université de Chicago (États-Unis), c'est que toutes les régions peuplées du monde dépassent aujourd'hui ces limites. Parfois même allègrement ! À Dhaka, la capitale du Bangladesh, par exemple, la densité moyenne de PM2,5 a ainsi frôlé, en 2020 -- en pleine pandémie pourtant --, les 90 μg/m3. Et cela a des répercussions sur l'espérance de vie. Les chercheurs l'estiment à 8 années de moins que ce qu'elle pourrait être si la limite de l'OMS était respectée.

En Europe, la situation est meilleure. Grâce à des politiques et une volonté de changer fortes. Même si l'est est resté plus exposé, la densité moyenne de PM2,5 en 2020 était de l'ordre de 11 μg/m3. Si les limites de l'OMS étaient respectées, nous ne gagnerions donc « que » 7 mois d'espérance de vie. Et la France est encore mieux lotie puisque les chercheurs estiment qu'un habitant de l'Île-de-France, par exemple, n'y gagnerait pas plus de quatre mois d'espérance de vie.

Globalement, les chercheurs estiment que la pollution atmosphérique réduit de 2,2 années l'espérance de vie moyenne mondiale par rapport à un monde qui respecterait la limite de l'OMS. Un impact sur l'espérance de vie comparable à celui du tabagisme, plus de trois fois supérieur à celui de la consommation d'alcool et de l'eau insalubre, six fois supérieur à celui du VIH/sida et pas moins de 89 fois supérieur à celui des conflits et du terrorisme.

Dans le monde, la pollution de l’air fait perdre à chaque être humain environ 2,2 années d’espérance de vie. © trekandphoto, Adobe Stock