Planète

En bref : la qualité de l’air en Ile-de-France reste problématique

ActualitéClassé sous :Pollution , améliorer la qualité de l'air , indice de qualité de l’air

L'association de surveillance de la qualité de l'air en région Ile-de-France Airparif a communiqué le 19 mai son bilan annuel. La tendance s'est améliorée, mais les mesures restent insuffisantes.

Paris et la région Ile-de-France font partie des « zones à risque » pour la Commission européenne. Celle-ci a engagé un contentieux pour contraindre le pays à appliquer des mesures afin de limiter la pollution. © AFP Photo, Franck Fife

D'après Airparif, plus de 2,3 millions de Français sont exposés quotidiennement à des niveaux de pollution de dioxyde d'azote supérieurs à la règlementation. 400.000 d'entre eux souffrent d'une trop forte exposition aux particules.

Les Franciliens les plus exposés sont ceux qui résident dans l'agglomération parisienne et à proximité directe des grands axes de circulation comme le périphérique. Les concentrations de polluants atmosphériques ont atteint le long de certaines voies de circulation un taux deux fois supérieur à la limite autorisée.

Cependant grâce à une météo plutôt favorable, la qualité de l'air s'est tout de même améliorée par rapport à l'année précédente. L'hiver a été doux, ce qui a entraîné une baisse des émissions dues au chauffage, et l'été frais et humide.

Lors des pics de pollution, certaines mesures ont été mises en place : la gratuité des transports en commun ou encore la circulation alternée. Pour Airparif, ces mesures ponctuelles doivent être doublées de mesures permanentes pour limiter durablement la pollution chronique en Ile-de-France.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : les dangers des microparticules, par Paul Hofman  La pollution de l’air par les microparticules est un problème qui touche une bonne partie de la France. Futura-Sciences a interrogé Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques engendrés par les microparticules.