Santé

En bref : la pollution de l’air a tué 7 millions de personnes en 2012

ActualitéClassé sous :médecine , Pollution , pollution de l'air

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sept millions d'individus sont morts à cause de la pollution de l'air en 2012. La majorité de ces décès sont d'origine cardiovasculaire... et le principal coupable est la mauvaise qualité de l'air intérieur.

Contrairement à ce que beaucoup pensent, la pollution de l’air intérieur, qui se dégage des cigarettes ou des fourneaux à bois par exemple, tue davantage que la pollution atmosphérique (4,3 millions de morts contre 3,7). Il est donc important d’aérer régulièrement son habitation. © babasteve, Wikimedia Commons, cc by 2.0

Les chiffres effrayants de 2012 représentent plus du double des estimations précédentes. La pollution de l’air intérieur, responsable de 4,3 millions de décès en 2012, est la plus dévastatrice. « Ces décès surviennent dans les ménages cuisinant sur des réchauds à charbon, à bois ou à combustibles, indique l'OMS. En outre, 3,7 millions de morts sont attribuables à la pollution atmosphériqueBeaucoup de personnes sont exposées à la fois à la pollution de l'air intérieur et de l'air extérieur. »

Les pays à revenu faible ou intermédiaire d'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental sont les plus touchés, avec un total de 3,3 millions de décès liés à la pollution intérieure et 2,6 millions liés à la pollution extérieure. « Un air plus propre permet de prévenir des maladies non transmissibles et de réduire les risques chez les femmes et les groupes vulnérables, y compris les enfants et les personnes âgées, explique Flavia Bustreo, sous-directrice générale de l'OMSLes femmes et les enfants des pays à faible revenu paient un lourd tribut à la pollution de l’air intérieur. Ils passent plus de temps à la maison à respirer les fumées et la suie que dégagent les fourneaux à bois ou à charbon mal ventilés. »

Selon les estimations de l'OMS, les décès provoqués par la pollution atmosphérique sont dans 80 % des cas d'origine cardiovasculaire. Plus d'un sur dix est en lien avec une bronchopneumopathie obstructive (BPCO), 6 % avec un cancer du poumon et 3 % avec une infection respiratoire infantile. En ce qui concerne la pollution intérieure, les décès se répartissent un peu différemment : 60 % sont dus à des maladies cardiovasculaires, 22 % à des BPCO, 12 % à des infections respiratoires infantiles et 6 % à des cancers du poumon.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi