Une entreprise italienne vend des vêtements tricotés pour lutter contre la reconnaissance faciale. Grâce à des motifs conçus à l’aide d’une IA, le système de reconnaissance identifie des animaux au lieu d’êtres humains.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment définir la pertinence de l'intelligence artificielle ? L’intelligence artificielle (IA), de plus en plus présente dans notre monde, permet aux machinnull

Avec ChatGPT qui domine la discussion autour de l’intelligence artificielle récemment, on en oublierait presque les autres usages. Comme par exemple la reconnaissance faciale, qui a fait d’énormes progrès ces dernières années, au point de ne plus être trompée par les tatouages sur le visage.

Cependant, la reconnaissance faciale a ses faiblesses, et il n’est pas nécessaire de porter un masque ou du maquillage pour y échapper. Cap_able, une entreprise italienne, vend des vêtements tricotés conçus pour confondre les algorithmes, qui identifient alors le porteur en tant qu’animal, même à visage découvert.

Seules les personnes qui ne portent pas de pull Cap_able sont reconnues par l’algorithme YOLO et entourées d’un cadre. © Cap_able

Une efficacité limitée dans le temps

Rachele Didero, co-fondatrice de Cab_able, a conçu les motifs dans le cadre de son doctorat à l’École polytechnique de Milan. Son but est de tromper l’algorithme le plus utilisé dans la reconnaissance des visages : YOLO. L’idée est très simple. Avant de reconnaître les visages, l’IA identifie les humains dans l’image. Grâce à ces pulls aux motifs très particuliers, l’algorithme identifie des chiens, des zèbres ou encore des girafes, et donc ne classifie pas le visage comme étant humain. Les motifs sont générés avec l’aide de l’intelligence artificielle, et fonctionnent avec un taux de réussite entre 60 et 90 %.

Toutefois, l’intérêt de tels vêtements risque d’être limité. YOLO est constamment mis à jour, et pourrait du jour au lendemain parvenir à reconnaître les personnes qui en portent. Cap_able travaille sur l’amélioration des motifs pour mieux confondre l’IA, mais reconnaît qu’il s’agit d’une véritable course aux armements et que les vêtements auront une efficacité limitée dans le temps. Comptez au moins 277,50 euros pour un pantalon tricoté, ou 390 euros pour un pull manches longues.