La formation d'un ouragan s'accompagne toujours d'un œil, un trou béant qui apparaît en son centre. Les ouragans sont des phénomènes dévastateurs avec des vents puissants et des pluies diluviennes quand ils atteignent les terres. Mais que se passe-t-il lorsque l'œil passe au-dessus de nous ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'ouragan Maria observé en infrarouge L'ouragan Maria vu par le satellite GOES-16, de la NOAA le 20 septembre 2017, quand il passait au-dessus de l'île de Porto Rico. L'image est prise en infrarouge. Les couleurs sont donc fausses mais informatives. Elles indiquent la densité des nuages et la force de la tempête. Autour de l'œil du cyclone, la couleur rouge montre les plus fortes puissances.

Le trou béant de l'œilœil s'étale sur 30 à 60 kilomètres de diamètre, mais certains yeux peuvent  atteindre 200 kilomètres, comme celui du super-typhon Tip en 1979. Il s'agit d'une zone de courants descendants, avec des ventsvents qui plongent donc vers le sol et créent ce trou au milieu des nuagesnuages.  Cette zone de très basse pressionpression est marquée par une température en altitude plus élevée que dans le reste de l'ouragan. C'est d'ailleurs dans cette zone que la pression de l'ouragan est mesurée par les organismes météométéo. Les pilotes d'avions spécialisés dans la collecte de données météo volent en direction de l'œil de l'ouragan car c'est la zone qui permet d'obtenir le plus de données sur le phénomène, lesquelles permettent ensuite d'affiner les prévisions.  

Dans certains ouragans, l'œil ne se trouve pas forcément bien au centre, car il peut se déplacer. Plus étonnant encore, dans certains cas très rares, il arrive qu'un ouragan présente non pas un, mais deux yeux ! Cela peut se produire lorsqu'un ouragan en "avale" un autre qui se trouve sur son chemin (finissant par former un seul et même système) ou bien lorsque l'œil se renouvèle, ce qui peut arriver plusieurs fois dans le cycle de vie d'un ouragan.

Les deux yeux de l'ouragan Wilma en 2005. © NOAA
Les deux yeux de l'ouragan Wilma en 2005. © NOAA

Un temps calme particulièrement trompeur

L'œil d'un cyclone, d'un typhon ou d'un ouragan est la seule zone du phénomène marqué par des vents calmes, et bien souvent, un ciel dégagé. Les américains ont coutume de dire que l'œil de l'ouragan est la zone la plus "sûre" du phénomène. C'est seulement en partie vrai, car tout dépend de l'endroit où on se trouve (sur terre ou en mer) et surtout, l'œil est rapidement suivi d'un déchaînement météo qui peut s'avérer mortel. Lorsque les vents violents et les pluies diluviennes s'arrêtent d'un coup, il est facile d'être tenté de sortir de son abri pour aller constater les dégâts. Pendant le passage de l'œil, les vents s'arrêtent subitement et le soleilsoleil peut même briller.

Image du site Futura Sciences
L'œil d'un ouragan vu d'un avion spécialisé dans la collecte de données météo. © NOAA


Mais cette pause ne dure que quelques minutes, voire une heure ou deux (selon la largeur de l'œil et la vitessevitesse de déplacement de l'ouragan), et représente un véritable piège pour les imprudents. Cet œil est en effet entouré du "mur de l'œil", la zone la plus dangereuse de l'ouragan qui est composée d'orages ultra violents, avec les vents les plus puissants du système et des pluies diluviennes.

En mer, l'œil n'est pas synonyme de calme : les vents entourant cette zone circulaire descendent vers la surface de l'eau et génèrent des vaguesvagues particulièrement dangereuses pour les navires. Celles-ci se dirigent les unes vers les autres et peuvent même donner lieu à des vagues scélérates, qui peuvent atteindre des dizaines de mètres de hauteur.