Un ouragan de catégorie 5 vu de l'espace. © zenobillis, Adobe Stock
Planète

Les scientifiques se préparent à la possibilité d'un ouragan de catégorie 6

ActualitéClassé sous :météorologie , Réchauffement climatique , ouragans

[EN VIDÉO] Time-lapse incroyable de trois ouragans filmés depuis l'ISS  Trois ouragans observés de l’espace, depuis la Station spatiale internationale, le 30 août 2016. Lester et Madeleine se déploient au-dessus du Pacifique et se rapprochent d’Hawaï. Tandis que Gaston, né au large des Bermudes, se dirige vers les Açores. 

L'université internationale de Floride à Miami tente de simuler les conséquences d'un ouragan de catégorie 6 (sur 5, du jamais-vu) pour se préparer à une éventualité de plus en plus probable selon eux.

Le réchauffement des océans contribue à produire des ouragans plus puissants, à l'instar des dernières saisons cycloniques marquées par des phénomènes violents et une année record, celle de 2020. Pour la 7e année consécutive, la saison cyclonique qui démarre (du 1er juin au 30 novembre) s'annonce plus intense que la moyenne. Les dernières années ont été marquées par une intensification très rapide des ouragans au contact des eaux chaudes qu'ils traversent. Une tendance qui n'est pas près de s'arrêter avec la hausse constante du niveau global des températures liées aux émissions de gaz à effet de serre issues des activités humaines. Faute d'arriver à inverser la tendance, les villes côtières doivent impérativement se préparer à affronter de nouveaux dégâts. C'est tout l'intérêt de l'expérimentation de l'université internationale de Floride localisée à Miami (Florida International University in Miami) : simuler les dégâts liés au vent et à la montée des eaux d'un ouragan majeur, encore plus fort que ceux que les États-Unis ont déjà connus, pour mieux préparer les villes à une éventuelle catastrophe.

L'ouragan Katrina, en catégorie 5, avait fait des dégâts majeurs en Louisiane, mais la probabilité qu'un phénomène encore plus fort touche les États-Unis existe de plus en plus. © Nasa

Des vents à 300 km/h dans un hangar d'expérimentation

Pour tenter de comprendre les effets d'un ouragan de catégorie 6, les scientifiques ont imaginé un véritable scénario de film catastrophe dans un hangar spécialement conçu pour l'expérience : des vents à 300 km/h soufflant sur une maison en bois de deux étages et arrachant le toit, puis une vague de six mètres submergeant la structure, décrochant carrément la maison de ses fondations, emportée par l'eau. La National Science Foundation a alloué 12,8 millions de dollars aux scientifiques pour construire ce hangar d'expérimentation. Celui-ci doit être conçu pour pouvoir simuler des vents à au moins 290 km/h et des vagues de plusieurs mètres. Plus concrètement, les résultats de l'expérience devraient permettre de travailler sur des matériaux de construction plus résistants pour les bâtiments et les routes, et sur un nouvel aménagement du réseau électrique et du réseau de distribution d'eau. À ce jour, aucun projet de ce type n'a encore été réalisé.

Pour mener à bien ce projet, l'université internationale de Floride est en train de constituer une équipe d'ingénieurs, d'experts en catastrophes naturelles, de spécialistes des modèles de prévision et de météorologues. L'université a déjà créé un mur du vent (le WoW, pour wall of wind), un simulateur d'ouragan dans un hangar avec 12 ventilateurs géants capables de produire des vents jusqu'à 252 km/h, équivalent à un ouragan de catégorie 5. En face, des arbres et des maisons en bois pour tester leur résistance au vent. Le nouveau hangar d'expérimentation devrait mettre la barre plus haut, mais un tel projet nécessitera au moins quatre ans de travaux et ne sera donc pas prêt avant 2026.

 Le mur du vent déjà construit en Floride, permettant de générer des rafales à plus de 250 km/h. © NSF-NHERI WALL OF WIND, FIU

Des ouragans de catégorie 6 se sont déjà produits selon certains scientifiques   

L'idée de se préparer à des vents supérieurs à 300 km/h peut paraître extrême, mais elle est en fait tout à fait réaliste selon l'université internationale de Floride : ces dernières années, les ouragans Dorian (2019), Irma (2017) dans l'Atlantique et le super-typhon Haiyan (2013) dans le Pacifique ont tous généré des vents supérieurs à 290 km/h : ce type de cyclones est déjà considéré par certains scientifiques comme des phénomènes de catégorie 6 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui compte cinq catégories, bien qu'aucune catégorie 6 n'existe officiellement : la catégorie 5 n'a pas de limite puisqu'elle désigne des phénomènes avec des vents supérieurs à 251 km/h avec des vagues de plus de 5,5 mètres. Mais, comme l'université internationale de Floride le précise : « l'échelle de classification pourrait déjà comporter une 6e catégorie ».  

L'ouragan Irma en 2017 avait généré des vents moyens à 287 km/h et des rafales à 360 km/h. © Nasa

Plus que quelques jours pour profiter de notre offre spéciale pour la fête des pères ! 

Votre père est un grand passionné des Sciences et des découvertes insolites ? Et si vous lui offriez une superbe exploration scientifique au format papier ? Bénéficiez de -20% sur le Mag Futura (offre spéciale : 15 € au lieu de 19 €) : 220 pages, 4 enjeux clés décryptés pour tout comprendre à la science qui marquera 2022.

Offre spéciale : -20% de réduction sur le Mag Futura

Le Mag Futura, c'est : 

  • 4 questions scientifiques majeures pour 2022, de la Terre à la Lune 
  • 220 pages, 60 experts
  • Livraison à domicile
  • Carte cadeau électronique 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !