Orang-Outang. Pongo pygmaeus - Orang-outan Description ''L''homme de la forêt'' comme le surnomme les Malaisiens, est en voie de disparition. Ce primate des jungles pluviales de Bornéo et de Sumatra est victime de la destruction de son habitat naturel. Incendies volontaires, déforestation pour alimenter le commerce des essences précieuses et l'agrandissement des espaces cultivables, abattages clandestins pour créer des plantations lucratives de palmiers à huile, et braconnage sont les raisons essentielles du déclin de l'animal. Parfois même il est abattu par les paysans à qui il vient chaparder des fruits ou des légumes. En effet, du fait que les hommes ne cessent de réduire son domaine vital, le singe est contraint à ses risques et périls, de venir chercher chez eux de quoi survivre. Actualité La contrebande d'animaux sauvages représente le 3ème trafic illicite le plus rentable après la drogue et les armes. Dans ce domaine, la bêtise et la cupidité de l'homme semblent ne pas avoir de limites. En effet, certaines boutiques de luxe et maisons de jeux de Taiwan - plaque tournante du commerce illégal d'orangs-outans - affublent les singes de vêtements, leur apprennent à fumer et les exposent dans les vitrines pour attirer le gogo. D'autres servent d'animaux de compagnie, alimentent les zoos, les cirques ou les dresseurs spécialisés qui les utilisent sur les plateaux de télévision ou de cinéma. Dans un grand magasin de Séoul, en Corée du Sud, c'est un orang-outan déguisé en Père Noël qui remettait des cadeaux aux enfants. A de rares exceptions près, le ''dressage'' se déroule de manière violente. Le propriétaire de l'animal emploie la force et les coups pour se faire obéir des jeunes primates. Mais en vieillissant, ces derniers deviennent irascibles et donc dangereux. Ils sont alors ''réorientés'' professionnellement vers les laboratoires pharmaceutiques qui, dans le meilleur des cas, testent sur eux des vaccins. Ou alors ils finissent leur existence dans des animaleries ambulantes qui les exposent derrière les barreaux de cages sordides. Ceux que les associations de protection arrivent à récupérer, sont confiés à des orphelinats et à des centres de réintroduction, où des scientifiques et des bénévoles tentent de les réhabituer à la vie sauvage. La ville de Pucket en Thaïlande, célèbre site balnéaire, a malgré elle acquit une notoriété dont elle se serait passée. Elle a été ravagée par le tsunami du 26 décembre 2004. Ce que l'on sait moins par contre, c'est que le parc animalier de l'agglomération a été l'objet d'une enquête policière pour avoir organisé à l'intention des touristes, des combats de boxe thaï d'orangs-outans ! Equipés de gants et de shorts en satin rouge, les malheureux singes étaient contraints de se battre. Les paris étaient bien évidemment à la hauteur de ces affligeants spectacles... Sur 110 pongidés juvéniles illégalement détenus par les responsables du parc, 41 sont décédés de mort suspecte. Ils ont immédiatement été incinérés afin d'empêcher les prélèvements ADN et les constats des sévices qu'ils avaient subis. En Indonésie, le sanctuaire d'orangs-outans d'Aceh a été fermé à cause des troubles politiques qui règnent dans cette province également ravagée par le tsunami, et qui opposent l'armée régulière aux rebelles indépendantistes. © James Jester, Domaine public Votre notre dossier : http://www.futura-sciences.com/comprendre/d/dossier518-1.php Commentaires : Patrick Straub

Planète

La planète des singes

PhotoClassé sous :zoologie , primate , singe

Parmi les mammifères, les primates forment un ordre auxquels appartiennent les singes. Ces derniers se caractérisent par un mode de vie généralement arboricole et se distinguent par leur morphologie et leur anatomie. Les doigts et les orteils sont munis d'ongles, les mains sont préhensiles du fait de l'opposition du pouce, la vision prédomine sur l'olfaction, et pour les hominoïdés (grands singes), le cerveau a développé des facultés cognitives.

La différence entre les sous-ordres est affaire de "nez" et de queue". En effet, les singes platyrhiniens (Amérique Centrale et du Sud, dits du Nouveau Monde) possèdent des narines écartées et une longue queue généralement préhensile, tandis que les primates catarhiniens (Europe, Afrique, Asie, dits de l'Ancien Monde) ont les narines rapprochées et une queue courte, voire pas de queue du tout. Mais dans toute règle il y a forcément une exception : le macaque à longue queue (macaca fascicularis).... 

Leur survie est gravement compromise pour les motifs qui seront évoqués tout au long de cette galerie de portraits hauts en couleurs établis par Patrick Straub. 

Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !