Gorilla gorilla diehli - GorilleGorille de la Rivière Cross

Description

Le gorille mâle dosdos argenté se confectionne généralement une litièrelitière au pied d'un arbrearbre et dort assis, tandis que les autres membres du groupe dorment dans des nids bâtis dans les fourches des branches basses. Ces couchettes sont aménagées chaque soir à une distance assez proche du dortoirdortoir précédent, car l'hominidéhominidé ne parcourt guère plus de 2 à 3 km par jour. En forêt dense, le singe dort entre 6 et 10 par nuit selon qu'elle soit éclairée par la lunelune ou noire, et effectue une longue sieste à la mi-journée. Il effectue deux repas par jour. Le premier dès le réveil, et le second en fin de journée avant d'aménager la litière. Pour boire, il trempe le bras dans l'eau, et avale le liquideliquide qui imprègne les poils en le faisant couler dans sa bouche.

Ethnologie

Les populations qui vivent en pleine forêt équatoriale, dans les districts frontaliers du Gabon et du Cameroun, appartiennent aux ethnies kwélé et djem. Aucune route ne mène à eux. On ne peut accéder aux villages qu'après une marche de plus de 50 km dans une forêt souvent inondée. L'une des coutumes du groupe Kwélé Mabeza originaire du nord de la République Démocratique du Congo, organise pour les adolescents, une cérémonie de circoncisioncirconcision nommée « béka », au cours de laquelle le village consomme de la viande de gorille en tant qu'aliment rituel. Cette pratique provient des vertus de bravoure attribuées au grand singe. L'apparition du virusvirus Ebola n'a pas modifié les habitudes.

Certaines parties du corps du gorille servent aux coutumes magiques et religieuses pratiquées par les marabouts. Il est habituel que des chefs de villages, des dignitaires et même des hommes politiques commanditent l'abattage d'un anthropoïdeanthropoïde afin d'utiliser à leur profit certaines parties de l'animal. Par exemple, le cœur symbolise la force et garantit à celui qui le mange, d'être entendu lorsqu'il prend la parole en public. Tuer un gorille est également un signe de bravoure dans l'initiation des jeunes kwélé et djem. A l'instar des Masaïs qui se devaient d'abattre un lionlion à la lance, les novices ne peuvent être intégrés dans le cercle des chasseurs qu'après avoir fait la preuve de leur bravoure, en combattant un gorille ou un éléphant. Après cet acte de courage, ils changent de statut social en devenant des adultes.

Ecologie

La sauvegardesauvegarde des clairières ou prairies incluses fréquentes dans les forêts d'Afrique Centrale est une nécessité vitale pour les diverses espècesespèces qui les fréquentent. Ces prairies sèches dont la surface varie d'un à plusieurs dizaines d'hectares, sont qualifiées de savanes incluses ou édaphiquesédaphiques, ou parfois de salines du fait de leur haute teneur en sels minérauxminéraux. Qu'elles soient sèches ou inondables, ces clairières fournissent un grand nombre d'herbacées comestibles aux grands mammifèresmammifères herbivores : gorilles, éléphants, buffles, sitatungassitatungas, potamochèrespotamochères et hylochèreshylochères principalement. Ces animaux s'y nourrissent, s'y reposent et s'y reproduisent. La richesse en sels minéraux qui maintien l'homogénéité des végétaux est due aux déjections des herbivoresherbivores, et principalement à celles des éléphants. Le maintien de ces clairières est essentiel pour le maintien d'une forte densité d'animaux forestiers et doivent être intégrées dans les aires protégées.

Voir notre dossier : http://www.futura-sciences.com/comprendre/d/dossier518-1.php

Reproduction interdite : © UNESCO/Ian Redmond

Commentaires : Patrick Straub