Planète

Macaque Longue queue

Diaporama - La planète des singes
PhotoClassé sous :zoologie , primate , singe
Macaque Longue queue

Macaca fascicularis - Macaque à longue queue ou macaque crabier

Description

Le macaque crabier appartient à la famille des cercopithécidés. Il vit en groupes de plusieurs dizaines d'individus. D'un poids de 5 à 7 kg pour les mâles, celui-ci n'atteint que 3 ou 4kg pour les femelles. La taille oscille de 40 à 60 cm. Les bandes sont très hiérarchisées. Elles se composent d'un mâle dominant, de plusieurs femelles et de leurs petits. On rencontre macaca fascicularis dans la cime des arbres des jungles de montagne, mais également dans les forêts qui bordent les marais ou les fleuves, et les mangroves qui croissent en Asie du Sud-Est, en Indonésie et dans les îles de la Sonde.

Les mangroves sont l'équivalent côtier des forêts ombrophiles. Elles forment un labyrinthe d'arbres et de racines entremêlées où vivent des nombreuses espèces animales : poissons, mollusques, crustacés, et servent de refuge ainsi que de lieu de frai. Les forêts de palétuviers sont des forêts d'eau salée, fragiles, qui vivent aux rythmes des marées. Et lorsque celle-ci se retire, certains mammifères tels que les sangliers ou les macaques crabiers se risquent sur les plages de sable ou de limon argileux. Mais sur les traces du macaque à longue queue qui se régale de crabes violonistes du genre « uca », se profilent également les silhouettes de ses prédateurs : le tigre, le crocodile marin ou encore le python.

Histoire

Dans un lointain passé, certaines des îles colonisées par macaca fascicularis, n'ont jamais été reliées à un continent. Et pourtant, là où l'on s'attend à ne découvrir que des oiseaux, des créatures marines tels que les crocodiliens, les chéloniens ou les reptiles, on peut également y trouver une espèce de singes : le macaque crabier. Mais comment ce membre minuscule de l'ordre des primates a-t-il pu franchir les dizaines, voire les centaines de kilomètres qui séparent la terre ferme de ces îles ? Pour répondre à cette question, il faut remonter dans le temps, à quelques 500 000 ans dans le passé, au cœur de la forêt vierge.

Avantagé par son faible poids, le macaque crabier étend progressivement son territoire à la canopée pour échapper à la concurrence des autres espèces plus agressives. Les générations se succèdent et les sociétés deviennent plus complexes. La hiérarchie qui régit la vie des groupes n'autorise pas les jeunes mâles en âge de se reproduire à rester. Ils doivent soit se battre contre le dominant, soit s'en aller pour fonder un autre clan. C'est au fil de ces migrations que le macaque parvient au bord de l'eau. Il diversifie son alimentation en goûtant aux mollusques et aux crabes, puis emporté par sa curiosité et sa gourmandise qui sont plus fortes que sa peur, il apprend à pêcher sous l'eau et enfin à nager !

Malgré le danger, quelques individus ont réussi des petites traversées à la nage, d'autres se sont retrouvés agrippés à des arbres flottant au hasard des tempêtes, et certains sont arrivés à pied sec... En effet, lors de crues violentes, il arrivait que des pans entiers de terrain recouvert d'arbres sur lesquels s'étaient réfugiés des animaux, soient entraînés vers l'océan et le large. Là, à la merci des alizés et des courants, ces radeaux aussi improvisés qu'éphémères, sapés par les vagues, dérivaient jusqu'à sombrer ou à aborder une terre ferme.

http://www-org.france5.fr/sciences_nature/articles/W00374/30/index.cfm

Actualité

Au rythme des captures actuelles, les singes de la péninsule indochinoise risquent de disparaître avant la fin de ce siècle. En effet, des centaines de primates de toutes espèces sont braconnées pour servir de mets exotiques, de remèdes en médecine chinoise traditionnelle ou d'aphrodisiaques. D'autres sont capturés pour alimenter les cirques, les laboratoires pharmaceutiques, cosmétiques ou médicaux pour toutes sortes d'expérimentations, les particuliers friands d'animaux insolites et les paysans qui les utilisent encore aujourd'hui pour cueillir les noix au sommet des palmiers.

Votre notre dossier : http://www.futura-sciences.com/comprendre/d/dossier518-1.php

Commentaires : Patrick Straub