Planète

Singes Ecureuil

Diaporama - La planète des singes
PhotoClassé sous :zoologie , primate , singe
Singes Ecureuil
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Saïmiri sciureus - Saïmiri ou singe écureuil ou singe tête de mort

Description

Petit singe vif et élancé, le saïmiri est un membre de la famille des cébidés. Il est présent dans toutes les forêts tropicales de l'Amérique Centrale et de l'Amérique du Sud, du Bassin Amazonien à la Cordillère des Andes jusqu'à une altitude de 2000 m. Il vit dans la moyenne canopée des grands arbres à 30 ou 40 m du sol. L'effectif de la sous-espèce à dos rouge a dangereusement décliné ces vingt dernières années à cause de l'exploitation outrancières des bois exotiques.

Portrait

De petite taille, entre 30 et 50 cm et 50 cm de plus pour la queue seule, le singe écureuil pèse à peine 600 g. Il bénéficie cependant d'une honorable longévité qui dépasse les 20 ans. Son corps est couvert d'un pelage brun mais ses jambes sont d'un jaune orangé. La tête ronde à calot sombre est ornée de poils blancs, et ressemble au crâne d'un homme. Ce qui explique son surnom de singe tête de mort. Le saïmiri est grégaire et certains groupes peuvent compter une centaine d'individus. Il descend rarement au sol et peut explorer les rives d'un fleuve en restant dans les frondaisons des arbres qui descendent se mêler aux lianes. C'est un acrobate hors pair qui se nourrit essentiellement de fruits et d'insectes. Mais il ne dédaigne pas les escargots, les grenouilles arboricoles, les graines et les bourgeons ou les petits oiseaux.

Sa queue n'est pas utilisée comme balancier ou comme cinquième main. En réalité, elle lui sert d'écharpe dans laquelle il s'enveloppe pour ne pas souffrir de la fraîcheur. Que la température habituellement étouffante de la jungle chute de quelques degrés après une averse, et le saïmiri peut prendre froid. Il est particulièrement sensible à la tuberculose et aux maladies pulmonaires. Chez cette espèce, la toilette réciproque et l'épouillage ne se pratiquent pas. Chacun se débrouille pour se nettoyer avec soin. Le comble de la coquetterie pour le saïmiri consiste à uriner sur sa queue qu'il imprègne bien à l'aide de ses mains. Il adore s'enduire de substances odorantes et d'urine et affirme ainsi son identité.

Actualité

La survie de la sous-espèce à dos rouge, saïmiri oerstedii, est menacée au Costa Rica et à Panama. La déforestation en est la cause principale. L'emploi des pesticides, le développement du tourisme, le trafic animalier et les lignes de haute tension ont également contribué à la baisse dramatique des effectifs. Le singe écureuil descend rarement au sol et la fragmentation de son territoire due aux coupes, l'aménagement de routes et l'installation de pylônes électriques ont gravement perturbé l'équilibre des groupes. Ceux-ci se retrouvent emprisonnés dans des « îlots » qu'ils ne peuvent quitter, appauvrissant ainsi leur patrimoine génétique et survivant des maigres ressources que leur offre ce patchwork forestier.

Recherche

Le Centre de Primatologie de l'Institut Pasteur de Guyane élève, entretient et utilise environ 900 saïmiris pour analyser les mécanismes physiopathologiques de l'infection due à l'agent du paludisme et au virus humain HTLV

http://www.pasteur-cayenne.fr/Activites/Activ1.htm

Commentaires Patrick Straub

Lire le dossier "Menaces d'extinction de nos proches parents"

http://www.futura-sciences.com/comprendre/d/dossier518-1.php