En première approximation, on peut dire qu’une mangrove est une forêt les pieds dans l’eau. © danydory, Pixabay, CC0 Creative Commons

Planète

Mangrove

DéfinitionClassé sous :botanique , mangrove , zone de balancement des marées

À en croire la littérature scientifique, définir la mangrove est une tâche ardue. Selon les spécialités ou les époques, la définition ne fait en effet pas consensus. Résultat, on peut trouver des chiffres estimant la superficie totale de la mangrove sur Terre variant d'à peine plus de 80.000 km2 à quelque 200.000 km2. Une superficie s'étendant sur deux grandes zones géographiques isolées l'une de l'autre : la région orientale allant jusqu'à la côte est de l'Afrique et le pourtour atlantique et la côte pacifique américaine.

Une chose semble toutefois acquise : résumer la mangrove à une forêt dans la mer est un peu réducteur. La mangrove se définirait plutôt comme un écosystème dynamique caractéristique des littoraux tropicaux ou subtropicaux — même si l'on peut en trouver sous des climats tempérés chauds —, entre 30° de latitude nord et 30° de latitude sud. Les mangroves sont, plus précisément encore, situées dans la zone de balancement des marées. C'est-à-dire, quelque part entre les marées les plus basses et les marées les plus hautes.

Dans la mangrove, les racines des arbres et arbustes servent d’abri à bon nombre d’organismes. © hbieser, Pixabay, CC0 Creative Commons

Un déséquilibre entre faune et flore

Les mangroves correspondent donc à des marais maritimes. Elles sont principalement constituées de palétuviers, des arbres ou arbustes possédant des racines échasses. De ce point de vue, l'aire orientale abrite plus de diversité que l'aire occidentale. Et l'on ne trouve aucune espèce commune entre ces deux aires. Les mangroves, dans leur globalité, abritent en revanche une faune plutôt riche : des huîtres, des moules, des crevettes, des poissons, des crabes, des hérons, des reptiles, etc.

Notez aussi que les mangroves sont très utiles pour la protection des terres. Elles représentent l'un des biomes les plus productifs en biomasse de notre planète. Les palétuviers ayant une croissance rapide et une haute efficacité photosynthétique, elles absorbent une grande quantité de CO2. Mais elles sont aujourd'hui soumises à des tensions économiques. Car elles sont exploitées par les habitants qui y élèvent par exemple des crevettes. Ils y circulent, y exploitent et y transportent aussi d'autres produits. Ainsi les vasières, les chenaux de marée ou encore les pâturages font-ils aussi partie du paysage.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi