La plus vaste zone de mangroves se trouve sur la partie septentrionale de l'île, dans la baie de Samaná. Les mangrovesmangroves sont des forêts littorales faites de chignons entrelacés de lianes, de longues échasses racinaires à l'airair libre, évoluant à fleur d'eau, verticalement, et dont la particularité est de vivre dans l’eau de mer. Les palétuvierspalétuviers stabilisent le sol, filtrent l'eau salée et retiennent les sédimentssédiments terreux. Ce sont de véritables stations d'épuration, absorbant le gaz carboniquegaz carbonique et produisant de l'oxygèneoxygène. Les mangroves jouent un rôle essentiel car elles abritent également une faunefaune aquatique et terrestre importante qui s'y reproduit.

Le boisbois de palétuvier est totalement imputrescible. La République dominicaine s'en est servie pour ses séchoirs à cigares. Plus surprenant, des ruches sont installées dans les forêts de palétuviers, dont le miel, produit par l'espèceespèce Avicennia, est encore très apprécié.

Malheureusement, ces forêts littorales disparaissent peu à peu. En République dominicaine, comme ailleurs, les ressources côtières se conjuguent avec les ressources économiques. Le réchauffement climatiqueréchauffement climatique accentue cette vulnérabilité d'autant que la montée des eaux peut être fatale aux palétuviers en étouffant les racines sous l'eau. En outre, les mangroves constituent des zones tampons face aux tempêtes pour les quelque 70 % de la population vivant sur les côtes.

Mais que vont devenir ces remparts face à la fréquencefréquence et la violence des tempêtestempêtes qui vont crescendo ?

© Antoine, tous droits réservés