© Antoine, tous droits réservés
Planète

A la découverte des Petites Antilles, Saint-Barthélemy et Saint-Martin, avec Antoine

ActualitéClassé sous :Reportage , photographe , Petites antilles

-

À l'extrémité nord de l'archipel des Petites Antilles ou Petites Caraïbes, deux petites îles sont des dépendances de la Guadeloupe : Saint-Barthélemy, l'île des superlatifs, et Saint-Martin, une île surprenante partagée entre la France et les Pays-Bas.

Saint-Barth, la plus insolite, la plus exclusive !  

La baie la plus tranquille de l'île française de Saint-Barthélemy, plus couramment appelée « Saint-Barth », est la baie de Colombier, à l'extrémité nord-ouest de l'île. La côte nord est modérément développée et parfois totalement préservée, jusqu'à la baie de Saint-Jean. Malheureusement, depuis longtemps, le mouillage n'est plus possible en baie de Saint-Jean, réservée aux activités touristiques. On y trouve en particulier un hôtel légendaire et luxueux, l'Eden Rock, fondé dans les années cinquante par Remy de Haenen, aviateur et maire de l'île. C'est aujourd'hui un véritable palace entouré de plages absolument somptueuses.

L'Eden Rock, hôtel légendaire dans la baie de Saint-Jean. © Antoine, tous droits réservés

Mon ami, le chanteur américain Jimmy Buffett, a quelque temps possédé près d'ici une boîte de nuit appelée « Autour du rocher ». La statue d'un indien Arawak soufflant dans une conque surplombe la baie de Saint-Jean et la piste d'atterrissage, courte et dangereuse, qui donne accès à l'île. 

Une piste très courte pour un atterrissage en douceur. © Antoine, tous droits réservés

Poursuivant le tour de l'île, on découvre la baie de Marigot, puis les anses de Petit et de Grand Cul-de-sac. La partie est de l'île est pratiquement déserte. La plage de la Saline est superbe, elle a été souvent le témoin de conflits entre les naturistes et les gendarmes de l'île. Plus loin, s'ouvre l'anse du Gouverneur.

La capitale de l'île est la jolie petite ville de Gustavia. Le port est superbe, mais il est difficile de trouver aujourd'hui une place à l'intérieur... et presque aussi difficile de trouver un mouillage à l'extérieur. Quelques maisons traditionnelles ont été soigneusement restaurées, et les coins de rue portent encore la trace de l'époque où Saint-Barth était partagée entre la France et la Suède.

Vue aérienne de l'Anse et Pointe du Gouverneur. © Antoine, tous droits réservés

Saint-Barthélemy, port franc, est une collectivité d'outre-mer de la France. L'Hôtel de la Collectivité se dresse au pied d'une colline portant le Fort Oscar tandis que, du pied du phare de Gustavia, on a une vue magnifique sur le mouillage et, à l'horizon, les îles lointaines de Saba et de Statia.

L’Hôtel de la Collectivité dans le port de Gustavia. © Antoine, tous droits réservés

Saint-Martin, côté français

Un voilier arrivant de St-Barth effleure l'île déserte appelée Fourchue. La pointe nord-est de Saint-Martin est restée déserte et la première baie où les voiliers peuvent s'abriter est l'anse Marcel. Je l'ai connue absolument déserte, et j'ai vu jadis les premiers engins de chantier l'investir, l'endroit, pourtant, demeure très agréable, avec une petite marina, un hôtel et quelques villas.

Continuant à longer la côte nord, on atteint la baie de Grand Case. Un grand nombre de petits restaurants s'alignent au long d'une magnifique plage de sable blanc. Plus à l'ouest, s'étend la capitale de la partie française de l'île, Marigot. Une spectaculaire marina a été construite dans la baie depuis ma dernière escale dans l'île. Elle a l'avantage d'être située tout près de la ville, et elle accueille des yachts de toutes tailles.

La marina moderne de Marigot. © Antoine, tous droits réservés

Si Marigot vous semble trop animée, je vous recommande un petit restaurant légendaire, le Mini club, fondé ici il y a plusieurs dizaines d'années. Il a la particularité d'avoir sa toiture transpercée par un cocotier.

L'îlet Pinel avec sa langue de sable. © Antoine, tous droits réservés

Mais le rivage le plus agréable de la partie française, c'est la côte est, qui offre plusieurs abris : l'îlet Pinel présente une superbe langue de sable et, à quelques milles au large, se trouve l'île Tintamarre, également dotée d'une plage magique. Quant à Orient Bay, elle est réputée avoir une des plus belles plages naturistes de France.

Vue aérienne de la marina d'Oyster Pond. © Antoine, tous droits réservés

Un peu plus au sud s'ouvre un lieu pour moi riche de bons souvenirs : à Oyster Pond, je retrouve le délice servi chez mon cousin le Captain Oliver, le thon coco, arrosé d'huile pimentée. Hélas, le Captain Oliver a quitté notre monde mais son souvenir reste vivace. On a même organisé une régate qui porte son nom. Le personnel est resté fidèle et propose toujours un buffet délicieux dans ce petit coin de paradis situé à cheval sur la frontière entre la partie française et la partie hollandaise de Saint-Martin, non loin de là se trouve la belle plage de Dawn Beach. Dans la baie bien abritée d'Oyster Pond, un bon nombre de bateaux vagabonds se préparent à affronter le retour vers l'Europe ou à poursuivre une navigation autour du monde.

Saint Martin, côté hollandais : attention atterrissages spectaculaires

Saint-Martin est une des rares îles au monde à être partagée entre deux nations -- ici, la France et les Pays-Bas -- sans avoir réellement de frontière, juste des panneaux et un monument au bord des routes qui relient les deux parties de l'île. La capitale de la partie hollandaise est Philipsburg dont le front de mer a été superbement aménagé ces dernières années. Même le commissariat de police est couleur locale. Le palais de justice et l'église ont gardé leur cachet ancien, et des quantités de bars, de restaurants de boutiques « duty free » s'offrent aux nombreux touristes de passage. À Saint-Martin, on consomme une liqueur locale, le guavaberry, du nom d'une baie récoltée dans l'île, et dans les ruelles, des étals vendent toutes sortes d'objets artisanaux.

La plage de Philipsburg. © Antoine, tous droits réservés

Autour de la partie ouest de l'île, on retrouve de nombreuses plages plus tentantes les unes que les autres. La plus étonnante est celle qui se trouve au bout de la piste de l'aéroport de Juliana, où l'atterrissage des longs courriers, qui passent à quelques mètres à peine au dessus de la tête des touristes stupéfaits, est toujours un spectacle incroyable.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !