© Stanislas Kalimerov

Sciences

Photographe

Michel Izard

Je suis né le 18 septembre 1963 à Toulouse. J’ai grandi près de Montpellier où j’ai fait des études à l'université Paul Valéry. J’y ai soutenu une maîtrise d'histoire contemporaine sur « L'image de la femme dans les films de l’armée pendant la guerre de 14-18 ». Je suis diplômé du Centre de formation des journalistes, CFJ, Paris, promotion 1989.Depuis 1989 je suis reporter pour les journaux télévisés de TF1 : au Journal de 13h, au bureau de Washington, puis dans différents services de la rédaction. Je reste passionné par mon métier de journaliste reporter et de « raconteur » d’histoires. Mes sujets de prédilection sont : les voyages sous forme de carnet de route ; les mondes polaires ; la recherche ; l’environnement ; l’histoire ; l’archéologie, la culture ou le patrimoine comme le chantier de Notre-Dame de Paris.J’ai réalisé depuis 2017 plusieurs documentaires/grands reportages de 60 mn pour Ushuaïa TV et TF1 :Terre Adélie, une vigie dans les glaces ; Carnet de terre Adélie ; Carnet des terres australes, Carnet du Groenland, le réchauffement à Ittoqqortoormitt ; Carnet du Botswana, dans les pas des premiers hommesJean-Pierre Pernaut, une histoire de la télévision françaiseLe Mystère de l’île aux cochonsMichel Izard et toute l'équipe à bord du Marion Dufresne à destination de l'île aux cochons. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1 tous droits réservés J’ai écrit 2 livres, tirés de mes expériences dans lesquels je veux mêler le récit de l’histoire personnelle que j’ai vécue et l’histoire des lieux où j’ai eu la chance d’aller :Au premier plan quelques poussins de manchots royaux Aptenodytes patagonicus. © Michel Izard et Bertrand Lachat TF1 tous droits réservésAdélie mon amour Michel Lafon / Pocket 2018/2019Le mystère de l’île aux cochons, Paulsen, 2022Dans une nature primaire, sur une île sauvage au nom énigmatique, où aucun homme n’a posé le pied depuis près d’un demi-siècle, une catastrophe a frappé les manchots. Une équipe de scientifiques est partie enquêter. Cliquez pour acheter le livre

Pierre Anquet

Sciences

Photographe

Pierre Anquet

Je m’appelle Pierre ANQUET, 37 ans, je pratique la photographie depuis 2010 et cela fait maintenant 7 ans que je ne pratique plus que la macrophotographie d’insectes. Au fil des années j'ai pu affiner ma technique que ce soit en pleine nature ou en studio. N'étant pas, de base, un amoureux des insectes, la photographie m'a permis de les connaître et même de les apprécier.La photographie est pour moi un passe temps parmi tant d'autres, je suis également un grand passionné de jeux vidéos, de golf et d'horlogerie mais j'ai à côté un « vrai » métier de technicien qualité dans l'aéronautique. J’ai longtemps fait de la photographie sans trouver de domaine qui me passionnait vraiment. Bien que possédant un objectif macro, les résultats ne me plaisaient pas. Un jour, le visionnage d’une vidéo d’un photographe américain, Thomas Shahan, m’a convaincu que c’est ce que je voulais faire : être capable de créer des clichés sublimes de ces insectes qui nous entourent et qui nous paraisse si banals. Plus tard, le travail de Levon Biss lors de son exposition « Microsculpture » m’a permis de m’initier progressivement au travail en studio, un domaine assez peu connu où les informations sur internet demeurent rares.Empusa. © Pierre Anquet, tous droits réservés J’ai commencé par photographier de petites araignées sauteuses (Salticidae) dans mon jardin, puis, très vite, ayant découvert avec surprise une complexité insoupçonnée de forme et de structure dans une si petite créature, j’ai photographié mouches, guêpes et autres insectes, émerveillé à chaque fois de distinguer poils et autres facettes. La photo m’a appris à aimer ces bestioles. J’ai essayé de photographier des objets inanimés comme des billes de stylo ou des grains de sel, mais à chaque fois, je reviens vers les insectes où j’ai l’impression de découvrir une nouvelle planète. Je suis un grand fan de la saga « Alien », certains insectes n’ont vraiment rien à envier aux Xenomorphes !

Marco Grassi

Sciences

Photographe

Marco Grassi

Né et élevé en Italie, Marco Grassi est un photographe autodidacte, primé, spécialisé dans la photographie de paysages. C'est aussi un aventurier passionné et un éducateur photo expérimenté, qui anime des ateliers dans le monde entier pour partager sa vision, ses connaissances et son approche avec les autres. Inspiré par la beauté naturelle brute et les destinations lointaines, Marco voyage beaucoup pour capturer les nombreux paysages merveilleux que notre planète a à offrir. Ses photos tendent à mettre en évidence la puissance des éléments naturels qui nous entourent.

Vue du Cervin. © Delil Geyik, tous droits réservés

Sciences

Photographe

Astrophotographie : le Time-blending, une technique d’assemblage très puissante

Nous, les humains, envoyons des sondes sur Mars, mais quand le soleil se couche, la capacité de nos yeux diminue et ils ne perçoivent plus qu'un faible reste d'informations grises. Pourtant, l'environnement nocturne est plein de fascination, surtout si nous comprenons comment documenter visuellement la beauté malgré notre vision nocturne limitée. Participant à Futura et étant spécialisé dans l'astrophotographie, je vais vous expliquer ici la technique du « Time-blending ». Cette technique consiste à exposer le premier plan et le ciel à des moments différents. Cela semble évident. Mais laissez-moi vous expliquer ce qui est important.

Les divers projets que je développe avec l'association « Regard du Vivant » ont pour objectif de faire le lien entre les scientifiques et le grand public. Affecté, comme tous les passionnés de nature, par la perte dramatique de biodiversité, j’essaie de créer et partager des émotions, notamment en mettant en avant la beauté des espèces qui me sont chères. Transmettre des émotions, créer des souvenirs et favoriser le contact avec le vivant est le premier pas nécessaire pour ensuite s'intéresser de façon plus intellectuelle à la préservation de la biodiversité. © Maxime Briola, tous droits réservésCette passion de la nature s'est d'ailleurs certainement forgé dès l'enfance, au cours des étés dans la maison de famille du Quercy et des parties de pêche en Écosse : premières plongées dans la rivière, premières rencontres avec des oiseaux, des insectes et aussi des serpents. Ces derniers représentant aujourd'hui un fil rouge dans mon travail. Ensuite, des études supérieures de géographie physique à Metz et à Édimbourg m'ont apporté une vision pluridisciplinaire des écosystèmes et de leur fonctionnement.Principaux projets photographiques• Namib, du sable à la vieNé dans le courant du Benguela, sur la côte atlantique, le désert du Namib est l'un des plus vieux du monde. Ses grains de sable, issus des roches érodées et transportées jusqu'à l’océan par la rivière Orange, sont doucement émoussés puis charriés par des vents puissants vers l’intérieur des terres namibiennes où culminent de majestueuses dunes teintées d’une large palette de couleurs minérales.Ce projet photographique propose une vision naturaliste et esthétique des paysages et des espèces qui survivent aux conditions extrêmes imposées par le désert du Namib. Tout comme les grains de sable, il part de l’océan pour rejoindre les immenses dunes du Namib.• Serpents, du mythe à la réalitéUn projet dédié aux serpents, essentiellement de France. Une immersion dans le monde des serpents, pour découvrir leurs incroyables capacités biologiques et leur beauté, trop souvent cachées par les croyances dont elles font encore trop souvent l'objet.• Rivières de MéditerranéeUne rivière, tout au long de son cheminement, offre un spectacle fascinant. Depuis mon plus jeune âge, je suis irrésistiblement attiré par la beauté des eaux claires et la biodiversité qu'elles recèlent. J'ai passé des heures à regarder les éclats de l'eau sur les rochers, la faune cachée le long des berges ou s'égayant au fil du courant... Aujourd'hui équipé d'un caisson subaquatique et toujours aussi passionné par les eaux douces… je souhaite, à travers mes photos, faire partie des ambassadeurs de leur richesses et de leur nécessaire préservation.- Ouvrages réalisés Mordus de serpents Hérault, nature méditerranéenneVentoux, géant de nature

Sciences

Photographe

Maxime Briola

personnalité

25/01/2024

Il nous avait déjà montré Saint-Pierre-et-Miquelon, Mayotte et les îles Kerguelen. Grégory Pol, le photographe voyageur, nous emmène aujourd’hui dans une nouvelle aventure. À la découverte de la Guyane. Un projet qu’il nous raconte avec toute la passion qui le caractérise. En attendant la publication de son prochain livre aux éditions Ramsay.

Planète

Nature

Sur la piste du jaguar dans la forêt amazonienne, avec le photographe voyageur Grégory Pol

actualité

11/02/2023

Ce panorama de 40 images a été réalisé par Julien Looten, un jeune étudiant, en janvier 2023, en Dordogne. Un airglow exceptionnel ! © J. looten, Wikipédia, CC by-SA 4.0

Sciences

Voie lactée

Cette photo d’un « airglow » intense prise la nuit en Dordogne fait le tour du monde !

brève

03/02/2023

Flora est une photographe d'art. Elle utilise des techniques photographiques exquises pour créer des images surréalistes qui ont pour thème l'identité, les relations, les émotions et les rêves. Sa technique immaculée et ses idées conceptuelles subtiles créent de magnifiques évocations d'émotions universelles, de la luxure et du désir au désespoir et à la perte. Flora saisit à la fois la force complexe et la fragilité de la psyché humaine. Elle visualise de manière experte les fantasmes sombres et les rêves atmosphériques, en utilisant l'étrange et la métaphore intelligente, tout en dévoilant ce que signifie penser, ressentir, rêver et s'exprimer dans le monde urbain.Son travail met souvent en scène le corps féminin et elle joue avec la dissimulation et la révélation des yeux ou du visage pour ne laisser que la forme féminine, explorant les questions de la représentation féminine et de la relation entre le corps et le soi.« J'ai tenté d'explorer l'identité humaine, ce qui nous rend humains, et quelle est la relation entre les animaux et les gens. La beauté qu'ils nous donnent à travers leur apparence et leur existence. Je voulais donc attirer l'attention sur leur apparence unique et leur existence.» © Flora Borsi, tous droits réservés Flora a exposé internationalement avec des expositions personnelles en Europe et aux Etats-Unis, et a une exposition personnelle à la Lanoue Gallery, Boston. Elle a également exposé au Louvre, en France. Son œuvre était le visage d'Adobe Photoshop en 2014 et elle a réalisé l'identité visuelle du Creative Cloud d'Adobe en 2019. Son esthétique éthérée a remporté plusieurs prix d'art et a été saluée par la presse, notamment The Guardian's Observer et BBC Culture. Elle est entrée dans la liste américaine Forbes 30 under 30 et, en 2021, Hasselblad l'a choisie comme première héroïne Hasselblad de l'année. Elle est l'un des grands gagnants de la Biennale de Florence.Expositions :© Flora Borsi, tous droits réservés 2012 Budapest, Hungary, Solo Exhibition, Nivelco Trade Center2014 Detroit, United States, Solo Exhibition, Museum Of Photography and New Media (MONA)2014 Istanbul, Turkey, Solo Exhibition "Pieces of my mind", ART350 Gallery2014 London, United Kingdom, Group Exhibition "Continental Shift", Saatchi Gallery2014 London, United Kingdom, Group Exhibition "Flesh", Leontia Gallery2014 Linz, Austria, Group Exhibition "Trierenberg Super Circuit's Best Works"2014 Budapest, Hungary, Group Exhibition, "Grand Opening" at Mono Art & Design2015 Istanbul, Turkey, Art Fair, Contemporary Istanbul Art Fair, ART350 Gallery2014 Toronto, Canada, Group Exhibition "A World of Circus Art Exhibition"2015 Budapest, Hungary, Solo Exhibition, Kaptár2015 Bogotá, Colombia, Group Exhibition "International Biennial of Photography, Fotografica Bogota by Foto MUSEO"2015 Detroit, United States, Group Exhibition, "Selfie Show", Museum Of Photography and New Media (MONA)2015 Istanbul, Turkey, Group Exhibition "YAZ", ART350 Gallery2015 Paris, France, Exposure Award's collection, The Louvre2015 Budapest, Hungary, Solo Exhibition "DETROIT", Art Market Budapest2015 Los Angeles, United States, Group Exhibition "Adobe 25 under 25"2016 Istanbul, Turkey, Solo Exhibition "Universe of Imagination" ART350 Gallery2016 London, United Kingdom, Sony World Photography Awards Exhibition2016 Ningbo, China, Group Exhibition, Representing Hungary "Culture and Art Festival"2016 Ibiza, Spain, Group Exhibition "Universo de Belleza", P Art Ibiza2016 New York, United States, Group Exhibition "Ephemeral" curated by TAX Collection at Guy Hepner Gallery2016 Shanghai, China, Solo Exhibition, Hungarian Cultural Week organized by Consulate General of Hungary in Shanghai 2016 Cologne, Germany, Photo Kina, Representing Tecco Paper2016 Linz, Austria, Group Exhibition "Trierenberg Super Circuit's Best Works"2016 Budapest, Hungary, Solo Exhibition at Profi Foto Exhibition2017 Shanghai, China, Solo Exhibition "V4 Day" organized by Consulate General of Hungary in Shanghai 2017 Brussels, Belgium, Group Exhibiton "Brussels Photo Festival", Hangar Art Center2017 Istanbul, Türkey, Art Fair "Contemporary Istanbul", Anna Laudel Gallery2017 Stuttgart, Germany, Group Exhibition "Fumes and Perfumes"2018 Paris, France, Group Exhibition, "Ethereal", Image Nation2018 Milan, Italy, Group Exhibition "Milano Photo week x Paratissima", Image Nation2018 Huangshan, China, Group Exhibition "Yixian International Photography Festival" 2018 Huaiyin, China, Group Exhibition "2nd Lang Jingshan Cup China, New Pictorial Photography Biennale"2018 Monaco, Group Exhibition, "Exposition Magyars", Hungarian Consulate in Monaco2018 Los Angeles, United States, Adobe Max Keynote, Adobe Creative Cloud2019 London, United Kingdom, Group Exhibition "Stolen Hearts", M&C Saatchi2019 Sao Paulo, Brazil, Art Fair "SP Arte", GWS Gallery2019 Paris, France, Group Exhibition "Ethereal" by Image Nation, Galerie Joseph Turenne2019 Shanghai, China, Group Exhibition "When Art Comes To Life" Duolun MoMA2019 Budapest, Hungary, Solo show, WORLD PRESS PHOTO - "Guest Exhibition", National Museum of Hungary2020 Budapest, Hungary, Group show at The Mexican Embassy of Hungary2021 Boston, United States, Solo Exhibition at Lanoue Gallery2021 Florence, Italy, Group Exhibition, Florence Biennale2021 Hjo, Sweden, Solo Exhibition, Uponwalls Gallery2021 London, United Kingdom, Group Exhibition, Flux Exhibitions2022 Bodrum, Türkey, Solo Exhibition, "Part of me", Anna Laudel2022 Karlsruhe, Germany, Art Fair "Art Karlsruhe" with Anna Laudel« Cette série symbolise la ressemblance des animaux avec les humains. Je voulais attirer l'attention sur la beauté du monde animal, pour montrer le caractère unique de chaque caractéristique de chaque espèce . © Flora Borsi, tous droits réservés Prix 2002 Images for Earth Fifth International Edition, Drawing Contest - 3rd prize2008 National Photography Award by NFÜ - 1st prize2012 PictureCompete International Photography Award "The Family" - Honorable mentioned2014 Trierenberg Super Circuit International Photography Award - Gold medal of excellence2014 World of Circus International Art Contest - Finalist in three categories2015 Exposure Award, Portraiture Collection2015 Digital Photo Pro, The Face Contest, Finalist2016 LG SmartWorld, Wallpaper Contest, Finalist2016 Sony World Photography Awards, Commended, Enchanced category2016 Trierenberg Super Circuit International Photography Award - Gold medals of excellence2016 American Art Awards, 1st Place2020 Forbes 30 Under 302021 Hasselblad Heroines2021 Florence Biennale, Lorenzo il Magnifico Award, Winner2022 Tokyo International Foto Awards, Official selection 2022 Trierenberg Super Circuit International Photo Awards, 3 Gold Medals, Best of Show prize

Sciences

Photographe

Flora Borsi

personnalité

10/11/2022

Né en 1977 à Berne et élevé dans l'Oberland bernois dans le Saanenland, David Bittner a étudié la biologie à l'Université de Berne et a obtenu son doctorat en 2009. Sa thèse portait sur l'évolution des espèces de corégones des trois grands lacs bernois et, entre autres choses, avec les déformations auparavant inexplicables des organes génitaux observées dans le lac de Thoune. En 2010, il a reçu le prestigieux prix de la recherche environnementale de Berne pour ses recherches.Depuis 2002, l'aventurier se rend en Alaska chaque fois que possible pour observer le Kodiak et les ours bruns côtiers dans la nature et pour documenter ses expériences avec des photos et des films. Avec beaucoup de patience, d'empathie et un comportement approprié, le biologiste gagne la confiance de chaque ours sauvage. Des ours pleins de caractère comme Luna, Balu, Bruno et Luunie sont devenus très proches de son cœur. Avec sa science, son éducation, ses livres et le médium cinématographique, le chercheur s'engage pour la protection et la préservation de ces animaux uniques.© David Bittner, tous droits réservésEn hiver 2010, le Musée d'histoire naturelle de la Burgergemeinde Bern lui a consacré une exposition spéciale - David & Kodiak - et la télévision allemande et suisse a montré son film de 2007 « Unter Bären »- La vie avec des grizzlis sauvages en Alaska, qu'il a produit avec Jean- Luc Bodmer. À l'automne 2009, son premier livre « L'ours – entre nature sauvage et paysage culturel » a été publié par Stämpfli Verlag.Découvrir et acheter le livre À l'été 2009, il était accompagné du caméraman anglais bien connu Richard Terry, qui a réalisé un portrait du Suisse avec ses ours pour Animal Planet et Discovery Channel. Ce documentaire a été diffusé dans le monde entier. En coopération avec le cinéaste bernois Roman Droux, David Bittner a produit un deuxième film à partir du même matériau en 2011, qui est sorti en DVD « David Bittner – Parmi les ours » face à face avec des grizzlis sauvages. Depuis 2010, David permet à quelques privilégiés d'observer les ours bruns côtiers du parc national de Katmai dans la nature sauvage spectaculaire de l'Alaska, pour lesquels il aide également Background tours travaille ensemble et organise des voyages individuels. En Suisse, le Bernois est désormais connu comme le chercheur d'ours et il fait souvent l'objet de reportages. Avec sa manière engagée et authentique, le conférencier recherché agit également comme ambassadeur de la marque.En 2015, il a publié son deuxième livre sur les ours chez AT Verlag, « David Bittner - Parmi les ours en Alaska », qui dépeint des ours pleins de caractère. En 2012, la SRF a produit une saison en trois parties sur David Bittner dans le cadre de la série Top Shots et en 2014 un documentaire sur le retour des grands carnivores. En 2010 et 2016, il a enchanté avec des conférences sur ses expériences d'ours avec le célèbre organisateur Explora, Plus de 30 000 visiteurs lors de deux tournées en Suisse alémanique. Après avoir terminé son doctorat, le biologiste a travaillé comme assistant de recherche sur un projet de recherche à l'Institut fédéral de l'approvisionnement en eau, du traitement des eaux usées et de la protection de l'eau EAWAG et à l'Université de Berne. Le Bernois vit actuellement à Schlossrued (AG) et travaille pour la section chasse et pêche de l'administration cantonale. Mais il rêve toujours de son propre projet de recherche avec « ses » ours, pour lequel il n'y a aucun soutien financier.

Planète

Planète

David Bittner

personnalité

18/02/2022

Aujourd’hui, dans le Cabinet de curiosités, nous partons pour une excursion dans le monde de la photographie… et des odeurs. Earl Grey, thé au jasmin ou Oolong, choisissez votre thé préféré et laissez ses effluves vous envahir.

Sciences

La chimie

Cabinet de curiosités : des photographies... d'odeurs !

actualité

03/02/2022

Si vous avez manqué le pic d'activité des Géminides, voici quelques-unes des plus belles photos de l'essaim météoritique qui vous convaincront de le guetter chaque année !

Sciences

Astronomie

Les Géminides, plus belle pluie d'étoiles filantes de l'année, en photos

actualité

18/12/2021

Il existerait plus de 50 milliards d’oiseaux sur Terre répartis en près de 10.000 espèces. On en trouve de toutes les tailles, sous toutes les latitudes et aux couleurs très variées. Un monde fascinant dans lequel nous plongent les photos gagnantes du célèbre Audubon Photography Awards.

Planète

Oiseaux

Les plus belles photos d'oiseaux du prestigieux prix Audubon 2021

actualité

24/07/2021

Le photographe Jonk propose de superbes images de sites laissés à l’abandon par l’être humain où la nature a repris ses droits. La sortie de son dernier ouvrage, Naturalia II, est l’occasion de revenir avec l'auteur sur son travail.

Planète

Nature

« Naturalia II » ou la Nature reprend ses droits, avec le photographe Jonk

actualité

19/07/2021

Frank Deschandol est un photographe qui sublime les petits animaux. Toujours en vadrouille, il parcourt le monde pour tous les rencontrer. Il nous a accordé une interview, pour relater ses aventures.

Sciences

Photographe

Rencontre avec Frank Deschandol, photographe des petites bêtes

actualité

07/06/2021

Après nous avoir emmenés à la découverte du Continent blanc avec son livre Antarctica, Greg Lecœur, le photographe sous-marin, revient aujourd’hui pour Futura sur son engagement pour la Planète. Depuis le Mexique, il nous parle avec autant de tendresse que d’enthousiasme et d’optimisme de ces océans qu’il aime tant.

Planète

Sous la mer

Greg Lecœur : « Le monde marin est peuplé d'animaux extraordinaires. Et nous pouvons les protéger ! »

actualité

11/01/2021

L’Antarctique, c’est l’un des endroits les plus inaccessibles au monde. Mais avec sa petite équipe, le photographe Greg Lecœur y est arrivé. Et il nous en a ramené des images merveilleuses. À couper le souffle.

Planète

Antarctique

« Antarctica », une odyssée sous-marine au pays des glaces par Greg Lecoeur

actualité

20/12/2020

Le tapir est un animal étonnant. Il apparait massif, mais se révèle un excellent nageur. Il est aussi capable de littéralement marcher sous l’eau. Et à force de patience, Marcio Cabral, un photographe brésilien, a réussi à prendre une famille de tapirs sur le fait. Des images… à couper le souffle !

Planète

Animaux

Photos inédites de tapirs nageant dans une rivière au Brésil

actualité

30/05/2020

Qui suis-je ?Je suis une photographe, reporter, passionnée de nature, de vie sauvage et avide de découvertes. A travers mes photos, je veux montrer la beauté et la fragilité de notre planète et de la vie, me reconnecter au vivant et au sauvage qui est en chacun de nous. Montrer l’invisible dans le visible. Être une éternelle émerveillée. Photographier la vie invisible dans la beauté du monde, la force invisible qui définit la vie. Après avoir travaillé dans le domaine des organisations non gouvernementales pendant plusieurs années, j’ai décidé aujourd’hui de faire de ma passion mon métier. J’ai déjà eu la chance de barouder dans plus de 100 pays sur 6 continents du Nord au Sud et d’Ouest en Est, sac sur le dos, appareil photo à l’épaule, avec un regard curieux, bienveillant et une démarche slow.Vidéo : Pour sauver les guépards, cette californienne propose une solution étonnanteA découvrir son compte Facebook et Instagram

Planète

Planète

Pascale Sury

personnalité

19/05/2020

Je suis biologiste de formation (Université Mikołaj Kopernik de Toruń, Pologne) et je vis à Suwalki, une ville du nord-est de la Pologne. J'ai commencé à m'intéresser à la photographie à l'âge de 12 ans lorsque j'ai reçu de mon père, mon premier appareil photo.Je me suis toujours intéressé à la nature, et particulièrement au monde des plus petits animaux, comme les insectes, les fleurs, les champignons.À l'âge de 14 ans, après avoir lu un livre de P. de Kruif, Chasseurs de microbes, je me suis intéressé au monde microscopique. Antony van Leeuvenhoek, sa vie, ses microscopes et ses découvertes m'ont particulièrement fasciné également, il m'a ouvert un monde complètement différent et inconnu pour moi. J'ai décidé de construire mes propres microscopes, tout comme lui, surtout à cause du manque d'argent et parce qu'ils ne pouvaient pas être achetés si facilement dans les magasins en Pologne à cette époque.Tout d’abord, tout comme Leeuvenhoek, j’ai dessiné tout ce que j’ai vu au microscope avec un crayon.J'ai pris mes premières photomicrographies en 1980. Il s'agissait de très mauvaises photographies en noir et blanc. En raison de nombreux problèmes à cette époque, j'ai abandonné ce type de photographie pendant de nombreuses années et suis revenu à la photomicrographie avec l'achat de mon premier appareil photo numérique en 2009, Pentax K10.À partir de ce moment, la photomicrographie m'a complètement absorbé. Je photographie beaucoup de sujets divers tels que les bulles d'air, les micro-organismes, les tissus végétaux, les microcristaux de substances diverses, de petites parties d'animaux et de plantes, le sable, etc.J'ai réussi à remporter de nombreux prix pour mes micrographies en Pologne et à l'étranger. Parmi eux, j'apprécie le plus ceux du concours « Nikon Small World ». J'ai remporté la 6e place deux fois, et la 12e fois un à un autre concours. En dehors de cela, il y avait quelques mentions honorables et des images de distinction. En 2018, j'ai été honoré par les organisateurs du concours, en tant que troisième personne, faisant partie du groupe des soi-disant maîtres en photomicrographie.Cette année 2019, j'ai remporté la première place dans la catégorie photomicrographie lors de la première édition du Photographe de plan rapproché de l'année. Mes micrographies ont été montrées en Pologne et dans de nombreux pays du monde (États-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Pakistan, Lituanie et autres).Cliquez pour acheter le livre Je collabore également avec certaines agences photos : photothèque scientifique, Science Source, Diomedia. J'ai réussi à publier un livre (en polonais), avec gros plan, macrophotographie et photomicrographie, intitulé : « Blisko, coraz bliżej. Od fotografii zbliżeniowej do mikrofotografii - De plus en plus près » « De la photographie rapprochée à la microphotographie ». C'est une sorte de manuel pour ceux qui voudraient savoir prendre des macros et des micrographies.En plus de la photographie, j'anime également des ateliers consacrés à la photomicrographie. Mes photos peuvent être vues sur mon site web et sur mon compte Fabebook.

Sciences

Sciences

Marek Miś

personnalité

06/12/2019

Le monde des océans est un monde fascinant, incroyable de diversité. Un monde à aimer. Un monde à partager. Un monde à protéger. Un monde que Futura vous offrira à l’avenir de découvrir en compagnie de Laurent Ballesta. Un parrain qui nous permettra à tous de mieux comprendre ce monde pour mieux le préserver.

Sciences

Parrain de Futura-Sciences

Laurent Ballesta rejoint l’équipe des parrains de Futura

actualité

03/10/2019

Mon nom est Philippe Sainte-Laudy. Je vis et travaille à Strasbourg.Fils et petit-fils de commerçant photographe, je suis tombé très jeune dans la marmite. J’ai collaboré avec BRONCOLOR et SINAR durant une dizaine d’années comme ingénieur commercial. Je suis photographe professionnel depuis 2010. J’ai une entreprise qui gère les ventes de mes photographies dans 120 pays dans le monde. Mes images sont présentées sur les principaux sites de décoration d’intérieur aux États-Unis et également dans les agences de presse et de publicité. découvrir son site web et des ambiances d'exceptionMon objectif dans le monde de la photographie est de rechercher l'originalité et de transformer mes images en une forme d'art. Sublimer la nature est mon but principal.Pour moi, la photographie est un moyen d’expression artistique. À aucun moment je ne cherche à retranscrire la réalité dans mes images. Dans la photographie, je cherche des scènes de solitude contemplative qui racontent des histoires esthétiques.Le lac Sørvágsvatn, un paysage de folie, aux Îles Féroé. © Philippe Sainte-Laudy, tous droits réservés.En savoir encore plus sur Philippe Sainte-LaudyLa beauté nous entoure à tout moment, mais il y a de brefs instants où une combinaison d'éléments se présente de manière vraiment spectaculaire. C’est là qu’il faut avoir son boîtier à portée de main et capturer l’instant.Pour être au bon endroit au bon moment, il est nécessaire de comprendre les interactions complexes entre la lumière, la météo, le paysage, les plantes et les animaux. J’aime travailler dans des conditions parfois difficiles mais qui me permettent de sortir des images qui ont une âme… La photographie est pour moi un formidable moyen d’expression et de partage.Il est important d'avoir un profond respect pour cette planète et ses habitants. J'espère que la photographie pourra rapprocher les gens de la nature et les encourager à la préserver pour les générations futures.

Planète

Planète

Philippe Sainte-Laudy

personnalité

13/09/2019

La macrophotographie a le don de faire ressortir la beauté des araignées, comme ici Phidippus princeps, une araignée sauteuse d'Amérique du Nord. © Thomas Shahan, Flickr, CC By-NC-ND 2.0

Planète

Araignée

Araignée : gros plan sur les yeux de nos amies à huit pattes

brève

22/08/2019

Le saut d'une baleine à bosse. © fotolia

Planète

Océan

Image rare d'un lion de mer dans la gueule d'une baleine

brève

31/07/2019

1985 - Né à Zurich, Suisse1985 - 2001 Grandit en Alsace, en France, jusqu'à l'âge de 16 ans2001 - Rentre en Suisse et termine ses études2006 - Cours de base en art et design, Hochschule Luzern2007 - 2010 Licence en design industriel et produit à la Hochschule der Künste FHNW2011 - 2012 Designer industriel chez Process Design, Lucerne2012 - Stage en tant qu'artiste 3D chez Studio12 GmbH, Lucerne (Visualisations architecturales)2012 - 2013 Artiste 3D et chef de projet chez Studio12 GmbH, Lucerne2013 - 2015 Déménage à Amsterdam, aux Pays-Bas. Artiste 3D chez Souverein Postproductions (spécialisé dans l'art 3D pour la publicité)2016 - De retour en Suisse et a fondé Frédéric Müller - Digital Image Making

Tech

Tech

Frédéric Müller

personnalité

11/06/2019

Je suis né à Lima, Pérou, et depuis très jeune, vers 13 ans, je me suis intéressé à la photographie qui à cette époque-là était analogique. Je travaillais principalement en noir et blanc, en chambre noire, et mon intérêt pour les animaux a commencé aussi à cette époque, grâce à un grand étang près de ma maison qui regorgeait de grenouilles et de têtards et duquel il ne reste plus aucune trace.J'ai fait mes études universitaires à l'Université Paris 1, Sorbonne, et j'ai obtenu mon diplôme en Philosophie des Sciences, mais mon intérêt et ma passion pour la photographie ont continué parallèlement.Avec la révolution numérique, un univers de possibilités s’est ouvert à moi pour mener à bien le projet que j’avais en tête depuis mes débuts en photographie, c’est-à-dire, faire des portraits d’animaux en studio, mais que la technologie de l’époque et les difficultés logistiques l’avaient rendu impossible de réaliser.Il y a 6 ans, j'ai développé une méthodologie de travail créative qui m'a permis finalement de réaliser mon projet tel que je l'avais imaginé.J'ai eu le privilège de recevoir plus de 110 prix et distinctions pour mon travail sur la scène internationale, y compris le prix « Bird Photographer of the Year » 2018 au Royaume-Uni, deux fois lauréat des Sony World Photography Awards, quatre fois finaliste au concours photo annuel du Smithsonian Institution aux États Unis, premier prix au concours photo italien Oasis en 2017, premier prix dans la catégorie images créatives du Festival Montier Photo en 2018 en France, et en octobre 2016 j'ai été nommé « Photographe du mois » par le magazine National Geographic France.A découvrir la boutique de Pedro Jarque Krebs au profit de l'association « Rainfer »Vente des articles au profit de l'association RAINFER. Nous nous occupons de donner une seconde chance à ces animaux, de les sauver de ces situations afin qu'ils puissent être heureux dans notre centre et de les réhabiliter afin qu'ils puissent développer les comportements les plus naturels possibles au sein d'un groupe social d'animaux de la même espèce. Tout cela dans des installations adaptées et naturalisées, obtenant tous les stimuli nécessaires pour se comporter librement et oublier tous les dommages qu'ils ont subis.Son dernier livre : « Fragile »Cliquez pour acheter le livre Rien ne fascine autant les gens que la diversité époustouflante du monde animal. Mais peu de gens savent à quel point ils sont menacés - environ 60% de toutes les espèces dans le monde ont été éteintes au cours des 50 dernières années. Pedro Jarque Krebs, un photographe animalier primé à plusieurs reprises, s'intéresse au monde fragile pour attirer l'attention sur cette catastrophe silencieuse touchant de nombreuses espèces. En représentant chaque créature, qu’il s’agisse d’un oiseau, d’un reptile.... , avec son caractère et son expression propres, elle dissout la distance qui existe par ailleurs entre l’homme et l’animal sauvage. Les photos d'une telle beauté ainsi créées nous montrent de manière impressionnante que l'homme n'est pas le centre de l'univers et que la protection de l'habitat animal menacé est peut-être sa tâche la plus importante.- A découvrir son compte Instagram

Planète

Planète

Pedro Jarque Krebs

personnalité

31/05/2019

Né de parents bretons, Grégory POL a commencé à voyager dès son plus jeune âge. Enfant et adolescent il a vécu successivement sur l'île de La Réunion, en Nouvelle Calédonie et en Guyane.C'est d'abord la plongée qui lui a donné goût à la photographie. Puis Grégory a commencé à photographier la nature et les animaux en général.En 1995 il s'engage dans la Marine Nationale pour y devenir plongeur professionnel et navigateur. Son métier lui a permis de découvrir le monde tout en gardant cet esprit d'aventure qui l'anime depuis l'enfance.Grégory POL est à chaque fois saisi par la splendeur de la nature et la richesse de sa biodiversité pourtant menacée. Ses photographies se veulent engagées, capturant avec talent la vie des animaux dont il faut à tout prix assurer la protection.Fasciné par la nature sauvage dont la beauté n'est révélée qu'à ceux qui prennent le risque de vouloir l'admirer, Grégory réalise des clichés à la vitalité désarmante.Grâce au travail du marin, le spectateur est amené à croiser le regard d'animaux sauvages, emblèmes d'une Terre vivante mais à l'agonie, porteuse d'une diversité animalière incroyable et magnifique. Son travail est une véritable ode à la nature, à la vie et à la liberté.Ses images nous ouvrent les portes des espaces préservés et rudes des territoires du bout du monde. En surface, elles sont balayées par un vent de noroît qui nous fait frissonner et nous perce de ses cristaux de glace ; sous les eaux, elles nous entraînent dans le ballet figé d’un monde du silence. Voyager en images avec Grégory Pol c’est aller à la découverte des beautés redoutables et fascinantes de notre planète bleue.Le spectacle commence et le rideau se lève avec ce désir de nous donner à voir et à aimer son monde, notre monde…Grégory POL est chevalier du Mérite Maritime et a reçu plusieurs distinctions pour ses images dont la Médaille d'or 2018 de la Société Nationale de Beaux-Arts au Carrousel du Louvre - section naturaliste - pour son travail sur le harfang des neiges.

Planète

Planète

Grégory Pol

personnalité

20/05/2019

Je m'appelle Niklas Weber originaire d'Allemagne, j'ai 22 ans et je suis photographe, cinéaste et conteur passionné de nature. Très jeune, j'ai eu la chance de grandir dans un petit village avec deux chiens et deux chats, et très proche de la nature. Après mon diplôme d'études, j'ai commencé ma formation de mécanicien industriel mais soudain comme par un éclair d'inspiration, ma vie a changé brusquement et j'ai décidé d'apprendre à photographier, j'ai pris des cours et acheté mon premier appareil photo reflex.Peu à peu, j'ai découvert la photographie de nature. D'abord et avant tout, j'ai photographié des paysages, testé de nouvelles perspectives, varié mes temps d'exposition de plus en plus longs, plus profonds, plus grands et plus proches. Puis toujours curieux de nouvelles expériences je me suis lancé dans la photographie d'animaux proches de chez moi, oiseaux, cerfs, renards... J'ai appris l'art du camouflage et à ressentir les animaux sauvages.Peu de temps après, je me suis rendu au Costa Rica pour la première fois et là cette nature luxuriante, ces animaux fascinants, les habitants si chaleureux, m'ont donné l'idée de faire une sorte de reportage.. À l'été 2018, j'ai remporté le prix du meilleur photographe de voyage de l'année du National Geographic dans la catégorie « Nature » avec mon drone d'enregistrement « Formation » du Spitzmaulkrokodilen costaricien.Quand nous sommes arrivés au Río Grande de Tarcoles, au Costa Rica, j'ai vu une formation fantastique de crocodiles à la bouche acérée. Je n'ai pas résisté à l'envie de lancer mon drone pour les photographier depuis les airs. C'était un moment unique. © Niklas Weber, tous droits réservésDe 2018 à 2019 je suis allé une troisième fois au Costa Rica à Isla del Coco, où pour la première fois, j'ai pu plonger au milieu de centaines de requins marteaux c'était absolument incroyable.Dans les forêts tropicales de ce pays fascinant, je suis allé à la recherche des esprits, comme je les appelle, les pumas. Et au hasard de ma randonnée j'ai vu une famille Puma, une mère avec trois petits, une photo qui est une première, car il est très rare d'avoir l'opportunité de photographier une famille au complet. Lors de ce voyage j'ai passé Noël avec les Ticos, où j'ai découvert leur culture et aidé lors de l'Opération Côte Rich, en nettoyant les plages du Costa Rica des déchets en plastique. Parmi d'autres voyages j'ai pris la route ces dernières années pour photographier, en Autriche, Suisse, Finlande, Pologne, Italie, Croatie et en Indonésie.

Planète

Planète

Niklas Weber

personnalité

26/04/2019

Au Royaume-Uni, le magazine Dogs Today surnomme Alex Cearns, photographe basée à Perth en Australie, « l'une de nos plus grandes photographes de chiens au monde ».Alex est la Directrice de « Houndstooth Studio » et se spécialise dans la capture de portraits reflétant le caractère intrinsèque de ses sujets animaliers. En photographie, elle est passionnée, compatissante, amusante, bienveillante et engagée, et cela pourrait la qualifier de « dame folle de chien ». Alex photographie et s'engage pour les amoureux des animaux de compagnie, pour l'image de marque de certaines entreprises en rapport avec le monde animal en Australie, aux États-Unis et au Royaume-Uni, et pour environ 40 associations caritatives et organisations de protection des animaux australiennes et internationales. Ses images ont été largement publiées dans les médias australiens et internationaux, dans des livres, des magazines et des campagnes publicitaires.Alex a reçu plus de 250 prix dans les domaines de la photographie, des affaires et de la philanthropie et a reçu la Médaille de l'Ordre de l'Australie dans la liste des honneurs de la fête de l'Australie en 2019 du Conseil de l'ordre de l'Australie pour ses services rendus à la communauté par le biais d'activités de bienfaisance. La philanthropie d’Alex et son plaidoyer passionné pour le sauvetage des animaux ont inspiré les autres avec sa joie de travailler avec les animaux, ce qui lui a valu la plus haute estime des amoureux des animaux australiens et une forte popularité sur les réseaux sociaux. Elle est ambassadrice de Profoto BenQ, de Tamron, de Spider Holster et de Seagate et est considérée comme une influente dans les secteurs de la photographie, du commerce et des animaux de compagnie.Alex est la leader des photographes féminins de « World Expedition » qui vous emmènera et vous apprendra à tirer le meilleur de la photographie animale hors des sentiers battus. Elle a voyagé sur les 7 continents.Alex est un contributeur régulier d'articles et d'images à de nombreux blogs et magazines. Elle apparaît régulièrement à la télévision et à la radio et est l'auteur de 5 livres.Alex vit avec son partenaire, deux chiens de sauvetage et un chat de sauvetage à Perth, en Australie occidentale.Découvrir le dernier livre d'Alex Cearns :Cliquez pour acheter le livre

Planète

Planète

Alex Cearns

personnalité

22/04/2019

Pierre Thiaville à 30 ans. Passionné par la montagne et tous les sports qui s’y pratiquent, la photo s’est très vite révélée comme une passion.Pierre a eu son premier reflex en 2012 : un reflex d’entrée de gamme sur lequel il pouvait faire tous ses réglages. Autodidacte et passionné, il apprend la photo seul en s’appuyant sur des livres et internet. Il met en pratique la photo pendant ses sorties en montagne : randonnées, escalade, alpinisme et ski dans les Alpes.Inspiré par les Dolomites, l’Islande et plus généralement par les Alpes, « la photo n’est pas un leitmotiv de voyage » pour Pierre. Selon ses envies, les lieux où il se rend, il s’arme par précaution de son appareil. D’après lui, la photo doit être instantanée, un moment figé dans le temps, capturé spontanément.Une journée dans les Alpes. © Pierre Thiaville, tous droits réservésIl prend conscience que, à travers ses photos et sa communauté, il peut sensibiliser les gens aux enjeux climatiques et environnementaux. Par exemple, La mer de Glace dans le Massif du Mont Blanc, s’étend sur 40 km2 avec environ 300 m d'épaisseur. Elle s’est mise à fondre de manière importante depuis 1870. Le rythme s'accélère encore depuis 2003 : elle perd en moyenne 30 m de long par an. Dans quel état sera-t-elle dans 100 ans … ?

Planète

Planète

Pierre Thiaville

personnalité

12/04/2019

J'habite à Hokkaido, au Japon, où je fais de la comptabilité, mais j'utilise tous les moments libres et les jours de congés pour m'adonner à ma passion la macrophotographie que j'ai débuté à 44 ans. J'apprécie la beauté de la nature, de tout ce qui est vivant mais surtout de tout ce que l'on ne voit pas à l'œil nu. Depuis que l'Internet est devenu populaire, je ne passe pas un jour sans regarder les photos du monde. Un jour fasciné par les gouttes de pluie, je suis allée m'acheter un appareil photo pour découvrir un monde invisible. La beauté de la nature me fascine c'est d'autant plus important que pour réaliser de sublimes photos en macro, il faut beaucoup de patience, pour certaines j'ai du attendre 7 heures afin que la fourmi passe à l'endroit précis que j'attendais près d'une goutte d'eau.La macrophotographie offre des possibilités infinies de découvertes, comme par exemple la réalisation avec des fleurs fanées qui ont leur propre beauté cachée si nous essayons simplement de changer notre façon de voir les choses. Parfois certains choses nous semblent fades à l'œil nu, mais cela vous surprendra lorsque vous les regarderez à travers une lentille macro.Depuis mes photos ont eu beaucoup de succès, et j'ai écrit deux livres.L'âge n'a pas d'importance dans la passion pour quelque chose.

Planète

Planète

Miki Asai

personnalité

08/04/2019

Quelque 94.000 photos postées en 24 heures sur le compte Instagram du National Geographic ! C’est peu dire que le concours organisé par le site pour fêter ses 100 millions de followers a rencontré du succès. Voici les clichés gagnants issus du vote des internautes.

Planète

Nature

National Geographic : les plus belles photos du concours Instagram

actualité

08/03/2019

Né le 2 juin 1983, Gabriel Barathieu côtoie l'océan Atlantique depuis sa plus tendre enfance dans sa maison familiale des Landes, à deux pas des plages. Pourtant, c'est en 1999 sur l’île de La Réunion qu'il découvre les merveilles du monde marin. Il décidera de s'y installer en 2009, soit 10 ans après.Dès son retour, Gabriel retrouve les joies de la plongée sous-marine et passe son niveau 1 et 2 dans la foulée. Très vite, il ressent le besoin indescriptible de partager en image ces trésors cachés sous l’eau. Il investit alors dans un matériel de base : un petit compact de chez Canon, ainsi qu'un caisson. Sans pour autant maîtriser la technique photo, il sent rapidement que la photographie sous-marine devient une seconde passion, parfait prolongement de la découverte des fonds marins.Quelques centaines de plongées et quelques milliers de photos plus loin, il devient plongeur recycleur certifié et découvre la plongée sans bulle en 2013. Gabriel passe alors sa formation Trimix Normoxique qui lui permet de plonger à 70 m de profondeur. Malheureusement, il abandonne temporairement la plongée profonde en 2015, suite au décès de son ami et instructeur-recycleur dans un accident.Dans la foulée de ce drame, Gabriel quitte son travail dans les travaux publics et se consacre à la photographie.Il participe alors à des concours photos prestigieux et obtient rapidement des photos primées comme par exemple lors :World Ocean Day contest, 2017-2018 Golden Turtle Award, 2017 Natures Best Photography Award, 2017-2018Il est également publié dans des magazines comme Plongez, Tauchen, EZdive, Practical photography, Science et Vie, GEO ou National Geographic.Contraint de reprendre son ancien métier 2 ans après, Gabriel décide de partir s'installer sur l'île de Mayotte et son magnifique lagon. Plus que jamais, il poursuit son rêve de vivre de sa passion et reprend la plongée profonde.Fin 2016, Gabriel a l'immense honneur d'intégrer la Pro Team Subal (fabricant de caisson sous marin haut de gamme). Il se retrouve donc parmi les meilleurs photographes sous-marin au monde, comme Brian Skerry de National Geographic ou Alex Mustard, pour ne citer qu'eux.En 2017, il remporte le prix du photographe sous-marin de l'année - « Underwater photographer of the year 2017 ». Ce titre tant convoité par tous les photographes sous marins du globe et sa toute récente intégration dans la Team Subal le motive plus que jamais pour vivre et partager sa passion : la photographie sous-marine.Depuis Juin 2017, Gabriel passe l'essentiel de ses plongées dans la zone crépusculaire plus communément appelé la TWILIGHT ZONE. Il s'agit d'une zone très peu plongée du fait de sa difficulté d'accès. Sans compter l'aspect technique de ces plongées, quelques minutes à 120 mètres de profondeur coûtent plusieurs heures de décompression. Aussi, il travaille conjointement avec plusieurs chercheurs et scientifiques sur l’étude de cette zone profonde qui demeure encore très mal connue à l’heure actuelle.A découvrir la boutique de Gabriel Barathieu au profit de l'association « Deep blue exploration »L’exploration au sens propre du terme est profondément ancré dans la philosophie de « Deep blue exploration ». La zone mésophotique (50m à 150 m de profondeur) de la pente externe des récifs de Mayotte est pratiquement inconnue à ce jour. Sur les 160 kilomètres de barrière récifale qui entourent l’un des plus grands et beau lagon du monde, nous avons pu seulement explorer moins de 1% à ce jour. Mais nous avons d’ores et déjà pu mettre en lumière quelques points particuliers qui ont attisé notre curiosité et attiré l’attention des scientifiques. L’un des principaux objectifs de l’association est de répondre à la question : Que se cache-t-il dans les 99% de barrière inexplorée?Découvrez ses photos aussi inédites que rarissimes dans son album : Plongée profonde : découvrez un autre monde !

Planète

Planète

Gabriel Barathieu

personnalité

27/02/2019

Des brevets appartenant à Oppo montrent un zoom optique grossissant jusqu’à 10 fois sans perte. Reposant sur le principe du périscope, il pourrait bien débarquer prochainement sur un modèle de la marque.

Tech

Smartphone

Le premier vrai zoom x 10 dans un smartphone ?

actualité

28/12/2018

Islande : vue aérienne d'une cascade

Sciences

Photographe

Islande : vue aérienne d'une cascade

photo

05/11/2018

Islande : champ de lave remplis d'eau

Sciences

Photographe

Islande : champ de lave remplis d'eau

photo

05/11/2018

Islande : des lacs glacés vert émeraude

Sciences

Photo

Islande : des lacs glacés vert émeraude

photo

05/11/2018

Californie : survol du lac Owens

Sciences

Photos

Californie : survol du lac Owens

photo

05/11/2018

Californie : la croûte de sel du lac Owens

Sciences

Photographe

Californie : la croûte de sel du lac Owens

photo

05/11/2018

Lac asséché dans la Vallée de la mort

Sciences

Photos

Lac asséché dans la Vallée de la mort

photo

05/11/2018

Vallée de la mort : vue aérienne de ses deux plus célèbres cratères

Sciences

Photographe

Vallée de la mort : vue aérienne de ses deux plus célèbres cratères

photo

05/11/2018

Vue aérienne du delta du Colorado à Baja

Sciences

Photographe

Vue aérienne du delta du Colorado à Baja

photo

05/11/2018

Canada : extraction du pétrole des sables bitumineux

Sciences

Photographe

Canada : extraction du pétrole des sables bitumineux

photo

05/11/2018

Les dunes en étoile du désert de Namib

Sciences

Photos

Les dunes en étoile du désert de Namib

photo

05/11/2018

Né en 1971, Sébastien Meys partage son enfance et son adolescence entre la région parisienne et les rives du bassin d’Arcachon, où ses grands-parents l’accueillent pendant les vacances. Il se passionne pour le lieu, ses lumières incroyables, la douceur de ses courbes, le velouté de sa dune, l’harmonie de ses couleurs mêlant le vert profond des pins au bleu turquoise de l’océan. A l’encontre de ses ancêtres photographes qui étaient plus attirés par les montagnes pyrénéennes ! Marin dans l’âme, il multiplie les sorties en mer, traverse même l’Atlantique… mais rejoint toujours le bassin. L’endroit l’inspire, plus que jamais. Le développement d’Internet, son domaine d’activité professionnelle, le conduit à la photographie numérique. Son terrain de jeu est d’abord maritime, puis il se tourne vers la faune, avec une attirance particulière pour les oiseaux. La rencontre (déterminante) de sa compagne le plonge dans le monde zoologique, où il côtoie fréquemment les espèces les plus extraordinaires, en particulier les grands singes. Etre le témoin privilégié d’instants singuliers ou anodins de leur vie quotidienne lui procure une joie immense et motive aujourd’hui une part importante de son travail de photographe, à travers la réalisation de portraits en noir & blanc de gorilles. Perfectionniste, il recherche l’intensité d’un regard, la fluidité d’un mouvement, la poésie d’une étreinte qui feront de ses photographies les vecteurs d’une émotion, même fugace. Il est aussi membre actif de l’association « Helpsimus » dédiée à la protection du Grand Hapalémur (Prolemur simus) à Madagascar.Il expose régulièrement ses travaux dans des festivals comme Montier-en-Der ou Namur (AVES) ainsi que des muséums (Besançon, La Rochelle). Avec sa compagne Florence Perroux, il a publié deux livres sur les gorilles : « Gorilles, portraits intimes » aux éditions du Pommier en 2012 et « BERINGEI, les gorilles du Rift » en 2018 aux Editions Silverback.Cliquez pour acheter le livre

Planète

Nature

Sébastien Meys

personnalité

05/11/2018

Rémi Masson est né au cœur des Alpes, à Annecy, en 1983. Depuis plus d’une vingtaine d’années il explore les eaux douces de sa région natale pour en révéler par l’image les beautés cachées. Par choix, il plonge exclusivement en apnée.Ses images sont publiées régulièrement dans des revues telles que GEO, BBC Wildlife Magazine, La Recherche, Der Spiegel, Le Figaro magazine, Science illustrated, Science et Vie, Terre sauvage, La Salamandre, Réponses Photo, Nat’Images, Image et Nature, Plongeurs International, Alpes magazine, Alpes loisirs... Son travail a été récompensé par plus d’une quinzaine de prix dans des concours photos internationaux, notamment au prestigieux concours « GDT European Wildlife Photographer of the Year » où il obtient le 1er prix catégorie The Underwater world en 2014.Il a participé également, en tant que cadreur, à la réalisation de différents documentaires TV pour les chaines ARTE, TF1, France 5, France 4, France 3, NHK Japon, la BBC... Ses plongées dans des milieux souvent peu explorés sont aussi l’occasion d’en apprendre plus sur le comportement de certains poissons d’eau douce.Il est ainsi à l’origine, en collaboration avec le chercheur Frédéric Santoul de l’Université de Toulouse, de la première étude scientifique sur le phénomène des rassemblements de silures dans le fleuve Rhône, plus importante masse de poissons d’eau douce réunis jamais décrite au monde.A découvrir - « Ce qui se cache sous la surface », un moyen métrage de 52 min dont je suis le personnage principal et qui propose de partir à la découverte de la faune et des paysages étonnants cachés sous la surface des eaux douces alpines.Son livre aux Editions Biotope :Cliquez pour acheter le livre Son dernier livre "L'HOMME SILURE".Cliquez pour acheter le livre L'homme silure est un livre en deux parties :• Une partie récit, qui se lit comme un roman, racontant la vie extraordinaire de Jean-Claude Tanzilli qui a consacré sa vie à la pêche et à l'étude de ce poisson.• Une partie connaissance faisant le point de tout ce que l'on sait actuellement sur le plus gros poisson de nos eaux douces, résultat de plusieurs années d'échanges avec des scientifiques du monde entier et de 15 ans de plongée avec les silures un peu partout en France et à l'étranger.Restes fossiles retrouvés en France, répartition actuelle, alimentation, croissance, taille, longévité, reproduction, comportement sous l’eau, albinisme, malformations, immenses rassemblements, réception des champs électriques, communication par émission de sons, légendes…Le silure n'aura plus de secrets pour vous !Caractéristiques du livre:- Format 16x24 cm- Couverture rigide- Imprimé en France, dans une imprimerie labellisée Imprim'vert, sur papier couché 150 g/m²- 304 pages et plus de 400 photos- Préfaces de Bernard Pivot et de Frédéric Santoul (chercheur à l'Université Paul Sabatier, Toulouse, CNRS)- Auteurs: Rémi Masson et Jean-Claude Tanzilli

Planète

Nature

Rémi Masson

personnalité

02/11/2018

Je suis Professeur agrégé de Sciences de la Vie et de la Terre. Passionné de nature depuis toujours, j'organise des sorties de découverte à travers la France et donne des cours à l'université ouverte de Paris VII.J'ai la chance de présider l'association ARBRES, qui a pour vocation de faire connaître et préserver les arbres les plus extraordinaires de notre pays. J'ai également publié de nombreux livres sur les arbres et les paysages de France, mais aussi des guides de promenades insolites dans Paris et plusieurs livres pour les enfants.Arbres et patrimoine de France, éditions MuseoForêts remarquables de France, éditions MuseoLes plus vieux arbres de France, éditions Museo Cliquez pour acheter le livreParution prochainement du film "Les arbres remarquables, UN PATRIMOINE NATIONAL à préserver » en avril 2019, MUSEO Films.France insolite et extraordinaire, Éditions DakotaLes 500 plus beaux arbres de France, ed. C. Bonneton24 promenades à thème dans Paris, ed. C. BonnetonLa nature au fil des couleurs, avec M. Hazan, éditions DakotaProdiges de la nature en France, éd. Delachaux et Niestlé Guide de la nature en Ile-de-France, éd. Delachaux et NiestléLes plus beaux paysages de France, éd. Delachaux et NiestléLa France des arbres remarquables, éditions DakotaLes arbres extraordinaires de France, Éditions DakotaPaysages extraordinaires de France, éditions DakotaSpectacles de la nature, éditions Edisud Coins tranquilles de France, éditions Edisud Une année nature en France, éditions Edisud, avec M. HazanBalades nature à Paris, éditions Dakota Balades nature à deux pas de Paris, éditions DakotaParis par les chemins de traverse, éditions DakotaAmours de fleurs, éditions PearsonLe climat à petits pas, Actes sud junior La forêt à petits pas, Actes sud junior La mer et les océans à petits pas, Actes sud junior Bois et forêts, Actes sud junior Rivières et étangs, Actes sud junior Villes et nature, Actes sud junior Arbres de mémoire, Actes sud Face aux arbres (photos), Éditions Ulmer Découvrir la nature à Paris, Ouest-FranceLes arbres remarquables d’Ile-de-France, éditions AMCLes 500 plus beaux arbres de France

Planète

Nature

Georges Feterman

personnalité

01/11/2018

Stas Bartnikas, 46 ans, est un photographe aérien basé à Moscou. Diplômé de Moscou de l'Université d'État avec un diplôme en journalisme. Il a travaillé comme correspondant dans l’un des plus grands journaux du pays. Après l'effondrement de l'Union soviétique, il a poursuivi sa carrière dans le développement de divers projets d’entreprise dans le secteur de la publicité et de la vente.La photographie est un passe-temps sérieux qui combine son amour du voyage avec une passion pour l'aviation. Ces dernières années, il s’est activement engagé dans la photographie aérienne en volant dans des avions légers et des hélicoptères dans différentes parties du monde et a visité plus de 15 pays.Stas est convaincu que Dame Nature est le peintre le plus sophistiqué et il a pour mission de saisir sa beauté sous sa forme parfaite. Il appelle son style de photographie « Aero-Art ». Ses prises de vue ont été publiées dans des magazines russes et en Europe tels que : Sunday Times Travel, Maxim, GEO, Bild, View, l’Officiel Voyage. Certaines de ses photos ont été présentées dans la « Photo du jour » et le Daily Douzen de National Geographic de nombreuses fois. Il a également remporté de nombreux prix lors de prestigieux concours, tels que les IPA, TIFA, MIFA, PX3, Siena International Photo Awards. Ses photos font également partie de certaines collections privées.

Planète

Planète

Stas Bartnikas

personnalité

24/10/2018

Le grand concours international Wildlife Photographer of the Year Competition vient de dévoiler les lauréats du cru 2018. Des photos splendides qui témoignent de la « féerie de la nature ». Découvrez 10 photos animalières récompensées par un premier prix dans différentes catégories.

Planète

Animaux

Animaux sauvages : voici les plus belles photos de 2018

actualité

24/10/2018

Caño Cristales : la rivière aux cinq couleurs

Planète

Nature

Caño Cristales : la rivière aux cinq couleurs

photo

18/09/2018

Caño Cristales : un festival de couleurs

Planète

Nature

Caño Cristales : un festival de couleurs

photo

18/09/2018

Cascade de noms pour Caño Cristales

Planète

Nature

Cascade de noms pour Caño Cristales

photo

18/09/2018

Caño Cristales : les transformations de Macarenia clavigera

Planète

Nature

Caño Cristales : les transformations de Macarenia clavigera

photo

18/09/2018