Expert Planète

Miki Asai

Macrophotographe

Classé sous :Planète , photographe , macrophotographie
Des gouttelettes d’eau aux insectes en passant par les pétales de fleurs, je photographie un grand monde de toutes petites choses que l’on peut rarement voir à l’œil nu, afin d'en découvrir toute la poésie, ce monde de l'invisible est fascinant. Merci à Futura, le media par excellence, de valoriser mon travail de macrophotographie.
Miki Asai, Macrophotographe

Biographie

J'habite à Hokkaido, au Japon, où je fais de la comptabilité, mais j'utilise tous les moments libres et les jours de congés pour m'adonner à ma passion la macrophotographie que j'ai débuté à 44 ans. J'apprécie la beauté de la nature, de tout ce qui est vivant mais surtout de tout ce que l'on ne voit pas à l'œil nu. Depuis que l'Internet est devenu populaire, je ne passe pas un jour sans regarder les photos du monde. Un jour fasciné par les gouttes de pluie, je suis allée m'acheter un appareil photo pour découvrir un monde invisible. La beauté de la nature me fascine c'est d'autant plus important que pour réaliser de sublimes photos en macro, il faut beaucoup de patience, pour certaines j'ai du attendre 7 heures afin que la fourmi passe à l'endroit précis que j'attendais près d'une goutte d'eau.

La macrophotographie offre des possibilités infinies de découvertes, comme par exemple la réalisation avec des fleurs fanées qui ont leur propre beauté cachée si nous essayons simplement de changer notre façon de voir les choses. Parfois certains choses nous semblent fades à l'œil nu, mais cela vous surprendra lorsque vous les regarderez à travers une lentille macro.

Depuis mes photos ont eu beaucoup de succès, et j'ai écrit deux livres.

L'âge n'a pas d'importance dans la passion pour quelque chose. 

Métier

J'ai toujours aimé regarder le travail des autres photographes afin d'apprendre, tout en pensant qu'un jour, j'aimerai acheter un appareil photo et prendre mes propres photos afin d'y faire ressortir ma sensibilité. Depuis je travaille avec un Canon EOS Kiss X 5 et le Canon EF-S60mm F2.8 macro USM lens, la vitesse d'obturation et un champ approprié sont indispensables surtout pour la macrophotographie.

Un jour, alors que je prenais des photos dans mon jardin, j'ai remarqué, l'oeil dans le viseur, une petite fourmi traversant le cadre. Elle faisait environ la moitié de la taille d'une fourmi normale et brillait d'ambre. Je ne l'aurais peut-être même pas vue si je n'avais pas eu d'objectif macro, cela m'a fasciné et c'est de là que ma passion pour ce monde si petit m'as fasciné. J'ai regardé en utilisant Live View « Système de visualisation de l'image en temps réel sur l'écran » quand la fourmi a commencé à boire dans une goutte d'eau et je savais que je devais capturer cet instant avant qu'elle ne parte. Les fourmis sont si petites et se déplacent très rapidement, elles sont donc floues si vous utilisez une vitesse d'obturation lente.

Par temps clair j'aime prendre des photos dans mon jardin mais par temps de pluie je continue ce travail photographique de ma chambre, c'est une vraie passion. Très souvent je photographie les fleurs de mon jardin, mais il m'arrive d'acheter des fleurs pour mes compositions à la lumière naturelle. Il est indispensable de fixer l'appareil photo sur un trépied car le moindre souffle de vent ou des vibrations feront trembler la gouttelette d'eau, il faut bien choisir une vitesse d'obturation appropriée et une profondeur de champ adéquate. Un conseil utilisez la télécommande avec le miroir levé et le déclencheur.

J'ai réalisé que s'agissant des êtres vivants, que si vous voulez réussir la photo que vous avez dans la tête, la passion et la patience sont vraiment les seuls moyens. Un jour on m'a demandé comment je contrôlais les fourmis, mais les humains ne les contrôlent pas heureusement.