Des excréments permettent de dater l'arrivée de l'humain en Amérique

Classé sous :Fossile , ADN humain , humain

Au XXe siècle, les archéologues se basaient sur des outils en pierre pour considérer que les premiers américains appartenaient à un seul groupe : « Clovis ». Aujourd'hui, nous savons que plusieurs groupes étaient présents sur le continent, avant même le peuple Clovis. De précédentes études se sont appuyées sur la datation au radiocarbone de coprolithes - des excréments fossilisés -, repérés dans la grotte de Paisley (Oregon), pour confirmer une présence humaine il y a au moins 12.400 ans ! Une estimation qui fait débat, puisque l'ADN trouvé dans des coprolithes est jugé peu fiable. 

Mais une étude, publiée dans Science Advances, confirme à nouveau que des humains parcouraient déjà l'Amérique il y a plus de 12.000 ans. Grâce à l'analyse des traces de lipides décelées dans des coprolithes. Puisqu'il est possible de différencier les lipides produits par des humains de ceux produits par d'autres animaux, les scientifiques ont pu distinguer des lipides de chiens et d'humains... suggérant que des chiens consommaient des excréments humains. « Nous savons que les chiens font celaexplique Lisa-Marie Shillito, coautrice de l'étude, le fait que nous ayons des chiens qui l'aient fait à Paisley est une preuve très forte qu'ils étaient domestiqués et vivaient avec des gens ».

Un membre de l'équipe de recherche en pleine fouille à Paisley Caves (Oregon). © John Blong, Newcastle University