Planète

Hylochère

DéfinitionClassé sous :zoologie , Suidé , porc
Troupe d’hylochères. Ces animaux sont craintifs et peu faciles à observer. © S. Fimpel, Wikipédia, GNU 1.2

Hylochère (Thomas, 1904) – Hylochoerus meinertzhageni

  • Ordre : Artiodactyla
  • Famille : Suidae
  • Sous-famille : Suinae
  • Genre : Hylochoerus
  • Taille : 1,30 à 2,10 m, hauteur au garrot 0,75 à 1,10 m, longueur de la queue 0,25 à 0,45 m
  • Poids : 100 à 275 kg
  • Longévité : 10 à 12 ans

Statut de conservation UICN : LC, Préoccupation mineure

Description de l’hylochère 

L'hylochère est un sanglier de grande taille au pelage long et hirsute, dont les coloris varient du brun au noir. Le corps est trapu et la tête large et massive. Celle-ci arbore une paire de défenses pouvant atteindre 30 cm. Le groin est lourd et large, mais inadapté au fouissage. Le museau présente une paire de papillomes (verrues) sous les yeux, qui le rendent presque aussi « laid » que le phacochère. En revanche, ces excroissances ne sont pas situées au même endroit et leur forme est différente. On ne sait pas quel est leur usage. La peau nue près des yeux est fendue par l'orifice d'une glande olfactive servant à marquer le territoire, qu'aucune autre espèce de suidé ne possède. Le haut du crâne est marqué par une dépression suffisamment grande pour contenir une mandarine. Les oreilles triangulaires sont grandes et pointues. 

Un hylochère au zoo de São Paulo, au Brésil. © Michell Zappa, Wikipédia, cc by sa 2.0

Habitat de l’hylochère

L'hylochère, dont il existe trois sous-espèces reconnues, est un suidé typiquement africain à la répartition géographique assez disparate. Le territoire d'Hylochoerus meinertzhageni ivoriensis s'étend de la Guinée au Ghana, celui d'Hylochoerus meneirtzhageni rimator dans les pays situés à l'est du Nigéria : Cameroun, République démocratique du Congo, Gabon et République centrafricaine, tandis que l'on trouve Hylochoerus meinertzhageni meinertzhageni au Kenya, en Tanzanie et au sud-ouest de l'Éthiopie. On le rencontre (difficilement) aussi bien dans les forêts tropicales humides de plaine ou de montagne jusqu'à 3.800 m que dans les forêts de savane. Il préfère la proximité des points d'eau et une couverture végétale dense.

Hylochère en Ouganda. © fveronesi1, Flickr, cc by nc sa 2.0

Comportement de l’hylochère

L'hylochère est un animal timide et discret. Il est grégaire et sociable, et se déplace par petits groupes de 4 à 20 individus au travers des sous-bois épais et des forêts marécageuses, dans lesquels les hylochères tracent leurs pistes et établissent leurs dortoirs. Le suidé contribue à l'entretien des forêts et à la dissémination des graines et des noyaux. À l'instar de ses cousins, il aime se vautrer dans la fange pour rechercher la fraîcheur et se débarrasser des parasites. Ce n'est pas un animal vindicatif, et son moyen de défense principal est la fuite. Seuls les spécimens blessés ou aux abois peuvent être dangereux. Il ne s'abrite pas dans des terriers comme le phacochère, mais creuse des excavations dans le sol au creux de racines pour y passer la nuit. Essentiellement nocturnes, ils peuvent parcourir des distances assez grandes pour trouver leur nourriture. L'hylochère quitte la protection du sous-bois uniquement pour s'alimenter, soit tôt le matin, soit en fin d'après-midi. L'animal est soumis à la pression des mêmes prédateurs que le potamochère et le phacochère. Il est chassé par le lion, le léopard et les canidés sauvages évoluant en groupes, tels que les hyènes et les lycaons.

Reproduction de l’hylochère

La période de reproduction varie selon la localisation géographique. La gestation dure entre 125 et 154 jours, au terme desquels la femelle met bas de 2 à 6 petits. Les porcelets restent avec leur mère les premières semaines, et sont sevrés entre 8 et 10 semaines. Les femelles atteignent la maturité sexuelle vers 12 mois, tandis que les mâles ne sont aptes à se reproduire que vers 3 ou 4 ans.

Régime alimentaire de l’hylochère

L'hylochère est principalement herbivore, mais dans les faits, il est omnivore. Il se nourrit surtout d'herbes succulentes et de feuilles d'arbrisseaux, mais il ne dédaigne pas les invertébrés, les œufs, voire les charognes lorsqu'il ne vire pas coprophage. C'est un hôte assidu des clairières à salines que l'on trouve au cœur des forêts denses.

Menaces sur l’hylochère

Compte tenu des difficultés à l'observer (ce qui dénote d'une certaine rareté), et de sa distribution géographique relativement restreinte, il est plutôt surprenant que l'hylochère soit classé en préoccupation mineure. Il aurait mieux valu le mentionner en « non évalué », à défaut de vulnérable. En effet, il a disparu de Guinée-équatoriale, et est en danger critique d'extinction en Ouganda. Les effectifs sont en régression constante un peu partout. Les principales menaces pesant sur l'animal sont surtout la chasse (viande de brousse) et la déforestation qui détruit ses habitats originels. La plus grande espèce de sanglier du monde (sanglier géant des forêts) a failli disparaître avant d'être découverte en 1904 par le militaire de carrière Richard Meinertzhagen, qui acquit une réputation mondiale de naturaliste. En effet, il fut la victime collatérale d'une épidémie de peste bovine qui sévit en Afrique de l'Est en 1890-1891 (90 à 95 % du bétail a été perdu), et ses effectifs chutèrent de manière considérable, car ses populations étaient plus importantes par le passé.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi