Planète

Pegomastax africanus, le dinosaure porc-épic nain aux longues canines

ActualitéClassé sous :paléontologie , dinosaure , dinosaure herbivore

Les canines ne sont pas réservées qu'aux carnivores, comme le confirme la présentation d'un nouveau dinosaure. Pegomastax africanus était petit, à l'allure entre le vampire et le porc-épic. En plus de ses longues dents autoaiguisantes, il arborait des poils tubulaires. Jugez plutôt...

Tyler Keillor a reconstitué l'apparence de Pegomastax africanus à partir du crâne présenté et des informations disponibles. Chez Tianyulong confuciusi, un autre hétérodontosaure, les poils tubulaires ont par exemple été observés entre la nuque et l'extrémité postérieure de la queue. © Tyler Keillor

Son descripteurPaul Sereno de l'University of Chicago, la présente comme « un mélange entre un chat, un vampire et un porc-épic ». Pegomastax africanus, littéralement « la large mâchoire d'Afrique », correspond à une nouvelle espèce de dinosaure ayant vécu dans l'actuelle Afrique du Sud voici 100 à 200 millions d'années. Ses restes ont été mis au jour à Red Rocks dans les années 1960, avant d'être entreposés dans les collections de la Harvard University puis... oubliés. Paul Sereno les a redécouverts en 1983, mais il vient seulement d'en dresser une description complète dans la revue Zookeys.

Ce dinosaure de petite taille, 45 cm de long pour 30 cm de haut, appartenait à la famille des hétérodontosaures. Ce groupe est inclus dans l'ordre des ornithischiens, il n'a donc pas de lien de parenté avec les oiseaux actuels (contrairement à ce que pourrait laisser supposer ce nom de famille). Le crâne de Pegomastax pourrait faire penser à celui d'un perroquet, mais ce sont surtout ses mâchoires qui focalisent l'attention. Elles possèdent chacune une paire de canines particulièrement importantes justifiant la référence aux vampires. Pourtant, cet animal n'était pas carnivore ! Au contraire, il se nourrissait plutôt de fruits. Les crocs devaient donc être utilisés pour décrocher les aliments, se défendre ou lutter afin de gagner les faveurs d'un partenaire.

Les canines précédaient des dents adaptées à la découpe des végétaux. En frottant les unes contre les autres, grâce aux mouvements des mâchoires, elles pouvaient agir comme de véritables ciseaux, tout en s'autoaiguisant en permanence ! Ces informations ont été obtenues en analysant les facettes, ébréchures et traces laissées sur l'émail des dents trouvées.

Par rapport à l'Homme, Pegomastax africanus était vraiment un dinosaure minuscule. © Paul Sereno et Carol Abraczinskas

Pegomastax africanus : dinosaure ou porc-épic à deux pattes ? 

Pegomastax africanus ne pesait pas plus lourd qu'un chat domestique. Il ressemblait à un porc-épic se déplaçant sur deux pattes. Des poils creux et tubulaires devaient en effet recouvrir son corps. Des structures similaires, assimilées à des plumes non ramifiées, avaient déjà été découvertes en Chine sur Tianyulong confuciusi, un autre hétérodontosaure. On en avait alors conclu que les plumes étaient bien plus fréquentes chez les dinosaures qu'on ne le pensait jusqu'alors. 

Pegomastax africanus et Tianyulong confuciusi se différencient cependant sur un point : leurs dents n'ont pas la même morphologie. Voici 200 millions d'années, la Pangée aurait entamé sa division en deux continents de plus petite taille. Le groupe des hétérodontosaures aurait ainsi été coupé en deux, chaque moitié évoluant de manière différente. Des dents triangulaires se seraient développées au nord, par exemple chez Tianyulong, et des crocs au sud, comme chez Pegomastax.

Cela vous intéressera aussi