Selon les estimations de 2017, il ne resterait plus que 250 visons d’Europe en France. L’espèce est en danger critique. © Christian Maurer, Fotolia

Planète

Biodiversité : quelles sont les espèces les plus menacées en France ?

Question/RéponseClassé sous :animaux , biodiversité , espèces menacées

Lorsque l'on évoque l'épineuse question de la préservation de la biodiversité et des espèces en danger, on pense généralement aux pandas, aux tigres ou à d'autres animaux vivants dans des contrées lointaines. Pourtant en France aussi, la biodiversité est menacée. Tour d'horizon des espèces placées sur liste rouge.

À intervalles réguliers, le comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) établissent l'état des lieux de la biodiversité en France. Et les dernières mises à jour de ces listes rouges ne sont pas rassurantes. La situation semble se dégrader.

Du côté des mammifères, tout d'abord. Pas moins d'une espèce sur trois serait une espèce menacée ou quasi menacée. En tête de peloton arrive le vison d’Europe. Il en resterait moins de 250 ! Ce qui le place en situation de « danger critique ». Tout comme l'ours brun, pour lequel les populations semblent toutefois repartir à la hausse. Et le rhinolophe de Méhely, une espèce de chauve-souris. Le lynx boréal, le bouquetin ibérique, le murin des marais — à classer toujours dans la catégorie chauve-souris — et le grand hamster sont, quant à eux, classés « en danger ». Enfin, plusieurs espèces apparaissent « vulnérables » comme le loup gris, la noctule commune — encore une espèce de chauve-souris —, le cerf de Corse ou le cachalot.

L’intensification des pratiques agricoles et la transformation des paysages sont à l’origine de nombreuses pertes d’habitats pour les animaux vivants sur le territoire français. Ainsi, le lapin de garenne est-il aujourd’hui quasi menacé. © kohanova1991, Fotolia

Oiseaux, reptiles et autres fleurs

Du côté des oiseaux, la situation n'est pas meilleure. Entre 2008 et 2016, elle s'est dégradée pour pas moins de 48 espèces sur 284 recensées. Parmi elles, la bécassine des marais qui, avec moins de 50 oiseaux décomptés, apparaît « en danger critique ». Tout comme la grue cendrée, la sterne arctique ou le macareux moine. Le pic cendré, la cigogne noire, le vautour moine, le goéland cendré ou encore l'alouette calandrelle sont, quant à eux, quelques exemples d'oiseaux « en danger ».

Du côté des reptiles et des amphibiens, les choses ne s'améliorent pas non plus. Les effectifs de plus de la moitié de ces espèces ont décliné entre 2008 et 2015. Et même si aucun n'apparaît encore « en danger critique », plusieurs grenouilles et lézards sont « en danger », tout comme la tortue d'Hermann.

D'autres catégories sont également surveillées comme les papillons ou les crustacés. Et il ne faut pas oublier non plus les espèces végétales qui souffrent elles aussi de la modification des milieux naturels. Ainsi plusieurs variétés de tulipes sont-elles « en danger critique » alors que la laitue à feuilles de chêne est « en danger » et la marguerite du Midi se trouve en situation de vulnérabilité.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : quel avenir pour la biodiversité ?  Parler de l’avenir de la biodiversité revient à parler de l’avenir de l’Homme. Nous sommes au cœur d'un écosystème fragile, nous explique Xavier Le Roux, directeur de la fondation pour la recherche sur la biodiversité, qui détaille les conséquences que son altération pourrait avoir.