Près de la moitié des réserves mondiales de terres rares se trouvent en Chine. Quelque 120.000 tonnes de terres rares ont été consommées dans le monde en 2014. Un chiffre qui va toujours croissant. © Unsplash, Pixabay, DP

Planète

Terres rares : les réserves mondiales, de la Chine à l'Afrique

Question/RéponseClassé sous :géologie , terres rares , réserves mondiales en terres rares

Les terres rares forment un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l'yttrium et 15 lanthanides comme le néodyme et le samarium. Elles sont considérées comme des matériaux stratégiques. La Chine détient le quasi-monopole de l'exploitation des réserves mondiales de terres rares.

Les massifs volcaniques de carbonatite — qui se forment à la suite d'un processus magmatique très particulier — constituent la première source de terres rares légères — comme le néodyme — au monde. On en trouve notamment sur le site de Bayan Obo, en Chine, qui représente à lui seul 60 % des réserves mondiales connues en terres rares légères.

Toutefois, ce sont les terres rares lourdes qui sont les plus recherchées. Leur concentration dans un gisement dépend des processus qui ont présidé à sa formation. Des sites potentiellement intéressants ont par exemple été identifiés au Groenland et en Suède.

On trouve des terres rares dans de nombreux pays, de la Chine à l'Afrique. La Chine détient presque le monopole de l’exploitation des réserves mondiales. © BRGM

Un gisement unique en Chine

Des gisements peuvent également résulter de processus géologiques de surface. C'est le cas avec les gisements d'argiles ioniques du sud de la Chine. Ceux-ci sont issus de l'altération importante de granites enrichis en terres rares sous un climat tropical. Les argiles résiduelles concentrent des terres rares lourdes.

Leur exploitation de surface reste en grande partie artisanale et néanmoins intensive. Ces argiles représentent actuellement 99 % de l'offre mondiale en terres rares lourdes. Elles constituent aussi en Chine, les principaux sites d'extraction clandestins. Dans le pays, le marché noir compte pour près de 30 % de la production.

Mettre un terme au monopole chinois : États-Unis, Afrique…

Dans l'espoir d'atténuer le monopole chinois sur les terres rares, certains pays, comme les États-Unis, l'Australie ou l'Afrique du Sud et la Suède, se sont lancés dans des activités d'exploration des terres rares sur leur territoire. Cependant, la rentabilité de la production chinoise ne leur permet pas, pour l'heure, de s'imposer sur le marché. La promotion du recyclage pourrait changer les choses et des solutions innovantes sont à l'étude.

Cela vous intéressera aussi