Le phénotype décrit les caractères observables des individus. © olly, Fotolia

Santé

Phénotype

DéfinitionClassé sous :biologie , phénotype , génotype

Le phénotype décrit l'ensemble des caractères observables d'un individu. Il dépend de l'expression des gènes (génotype) et de l'environnement. Par exemple, le fait de souffrir de diabète de type 2 peut à la fois être lié à des prédispositions génétiques et à de mauvaises habitudes alimentaires.

Des modifications épigénétiques peuvent aussi modifier un phénotype. L'épigénétique est un processus qui explique comment des facteurs environnementaux (alimentation, tabagisme, stress...) influencent l'expression des gènes et donc le phénotype.

Phénotype et génotype

Les gènes existent en plusieurs versions, appelées allèles. Comme chaque individu possède deux chromosomes dans une même paire (un chromosome paternel et un chromosome maternel), le phénotype de l'individu dépend de l'expression des deux allèles :

  • si un allèle est dominant et l'autre récessif, le caractère phénotypique sera celui de l'allèle dominant. Par exemple, l'allèle muté responsable de la mucoviscidose est récessif. De nombreuses personnes sont des « porteurs sains » de la maladie, car la présence de l'allèle normal dominant fait qu'ils ne développent pas la maladie. Il existe aussi des maladies liées à un allèle muté dominant : par exemple, la chorée de Huntington est une maladie autosomique dominante. Il suffit d'un allèle muté de la huntingtine pour développer le phénotype de la maladie ;
  • les deux allèles peuvent être codominants et s'expriment tous les deux. Par exemple, pour les groupes sanguins, les allèles A et B sont codominants. Si un individu porte les allèles A et B, il est du groupe AB, car les deux allèles s'expriment.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Certains gènes liés à l'autisme enfin identifiés  Les causes exactes de l'autisme restent encore bien mystérieuses. Cependant, depuis 2003, les premiers gènes pouvant favoriser ce trouble ont été identifiés. Afin d’en savoir plus, l’Institut Pasteur a interviewé Thomas Bourgeron, professeur à l’université Paris Diderot et responsable de l’unité Génétique humaine et fonctions cognitives au département de Neuroscience de l’Institut Pasteur.