Et si le cancer du sein pouvait être détecté par un test sanguin ?

Classé sous :cancer du sein , test sanguin , dépistage

Les cellules cancéreuses produisent des protéines, les antigènes associés aux tumeurs (TAAs), afin que le corps de l'hôte fabrique des anticorps pour lutter contre : des auto-anticorps. Des chercheurs de l'université de Nottingham ont découvert que ces TAAs peuvent être utilisés pour détecter un cancer du sein jusqu'à 5 ans avant que les premiers signes cliniques n'apparaissent. Comment ? Tout simplement en compilant un panel de TAAs connus pour être liés au cancer du sein. Ensuite, il suffit de détecter dans un échantillon sanguin si le corps produit des auto-anticorps visant ces antigènes.

La manœuvre serait nettement moins chère et moins... désagréable que les mammographies actuelles. En utilisant un panel de neuf TAAs, le test permet pour l'instant de détecter 37 % des cancers et reconnaît l'absence de tumeur dans 79 % des échantillons de contrôle. Selon les chercheurs, s'ils obtiennent les fonds nécessaires au développement de leur méthode pour la détection du cancer du sein, elle devrait être disponible d'ici quatre ou cinq ans. La génération X (1966-1976) sera-t-elle la dernière à connaître les mammographies ?

D'ici quatre ou cinq ans, il sera peut-être possible de détecter un cancer du sein grâce à un simple test sanguin. © Adobe Stock