Maison

Arbre fruitier : quel entretien ?

Dossier - Créer un verger : nos conseils et astuces
DossierClassé sous :jardin , Jardinage , arbre

Découvrez dans ce dossier tout ce qu’il faut savoir pour créer un verger. Nos conseils et astuces vous aideront pas à pas et vous pourrez bientôt vous régaler en savourant vos propres fruits !

  
DossiersCréer un verger : nos conseils et astuces
 

Bien sûr, vos arbres fruitiers, une fois plantés, vont vous réclamer des soins réguliers ! Découvrez quel comportement adopter pour que vos arbres se plaisent au mieux dans leur environnement.

Arbre fruitier : quel entretien ? Ici, des fleurs de pommier. © PaulaN, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0

Apport d'engrais

Lors de la préparation de la mise en terre de vos arbres fruitiers, vous avez dû enrichir le sol de votre verger d'engrais organiques (fumier, compost, etc.). Tous les 4 à 5 ans, vous aurez intérêt à renouveler de tels apports. Mais n'en déduisez pas que ce type de fertilisation va suffire ! Régulièrement, il va falloir confier au sol de votre parcelle fruitière des fertilisants organiques et minéraux. Dans votre jardinerie, vous trouverez des engrais qui vous donneront satisfaction et dont vous devrez respecter le dosage indiqué.

Les radicelles absorbantes de vos arbres et arbustes fruitiers se trouvent dans une zone située de part et d'autre de l'aplomb de l'extrémité de leurs branches (et de 1 à 1,50 m du mur pour vos espaliers). Il sera donc inutile de mettre des engrais ailleurs ! N'oubliez pas que, dès la seconde ou la troisième année, les racines de vos arbres s'étendront sur près de 2 m et vos fumures mériteront d'être mises en place sur un rayon suffisamment grand.

Travaux d'arrosage

Pour diminuer très sensiblement l'évaporation de l'eau se trouvant dans le sol de votre verger, il faudra biner régulièrement le dessous de vos arbres et arbustes fruitiers. Vous disposerez ensuite une couche de 5 à 10 cm d'un matériau protecteur, qui fera barrage aux remontées d'eau. De même, la présence d'une cuvette creusée au pied de vos différents sujets permettra à l'eau de pluie de s'y écouler.

Très complexe, la taille des arbres !

Vous n'allez pas pouvoir échapper à la contrainte de la taille de vos arbres fruitiers, indispensable pour récolter des fruits de qualité ! Cette opération, surtout sur le pommier, constitue une opération délicate et qui vous prendra du temps. Si vos moyens vous le permettent, vous gagnerez quelques heures en faisant appel à un spécialiste de l'entretien des jardins ! Cette opération doit en tout cas intervenir de novembre à fin février pour les espèces à pépins et de fin février à début mars pour les arbres à noyaux et la vigne, bien sûr en dehors des périodes de gel. Il faudra vous servir d'un outil très tranchant, afin de réaliser des coupes nettes, de cicatrisation facile. Vous tiendrez votre sécateur de façon à ce que sa lame se trouve en contact avec la partie du rameau restant sur l'arbre, le crochet prenant appui sur celle qui est à supprimer. 

Lorsque vous planterez de jeunes arbres fruitiers, il va falloir les tailler sans trop attendre, cela pour assurer leur formation. Le but de cette opération sera de donner à l'arbre une structure telle que la sève soit distribuée de façon égale dans toutes ses parties, cela afin d'obtenir une végétation parfaitement équilibrée. Pour arriver à ce résultat, vous taillerez toujours court la branche la plus forte et les plus faibles d'une façon plus longue. Vous pourrez aussi incliner ou arquer le rameau fort vers l'horizontale et redresser les plus faibles vers la verticale. Quand vos travaux de taille seront terminés, ce sera un jeu d'enfant de cicatriser les plaies occasionnées à l'aide d'un produit du commerce, en intervenant également au niveau des blessures accidentelles (morsures de rongeurs par exemple).

Taille des poiriers en espalier. © James De Mers, Pixabay, DP

Des traitements à bien raisonner

Vos arbres fruitiers vont certainement souffrir d'attaques d'insectes parasites ou de maladies causées par des champignons microscopiques comme la tavelure, l'oïdium, etc. Il va donc falloir les combattre. Un gage de réussite de votre action sera de visiter chaque semaine votre verger, même d'une façon rapide. De tels contrôles vous permettront de repérer l'éventuelle présence de nids de chenilles, de larves ou de pucerons s'agglutinant autour des bourgeons, avec alors la décision d'un traitement à prendre. Vous gagnerez beaucoup de temps en agissant de cette façon, plutôt que lorsque la situation frisera la catastrophe. Mais ce ne sera quand même pas une raison pour traiter vos sujets à la moindre alerte ! 

La lutte contre les maladies cryptogamiques d'une façon curative, c'est-à-dire en présence de symptômes déjà bien marqués, sera d'une complète inefficacité ! C'est au printemps et en automne qu'il faudra intervenir, d'une façon préventive, notamment pour enrayer les attaques courantes dans votre région, cela en respectant à la lettre les recommandations d'emploi du produit fongicide que vous choisirez (notamment comme la bouillie bordelaise, à base de sulfate de cuivre ou le soufre, deux spécialités utilisées en culture biologique). 

Sachez aussi que des techniques bio pourront vous aider à protéger votre jardin des attaques parasitaires. Ainsi, divers insectes femelles produisent des phéromones sexuelles destinées à indiquer aux mâles leur disponibilité à être fécondées. Extrêmement actives, ces phéromones agissent en quantité infinitésimales, si bien qu'elles peuvent être détectées, ou même transportées, sur plusieurs kilomètres ! Pour protéger vos pommiers, poiriers et pruniers contre certains parasites, comme le carpocapse, vous allez pouvoir accrocher aux branches des pièges renfermant des phéromones de synthèse, en vente dans les jardineries, ce qui désorganisera la faculté des insectes à se reproduire. Cette technique bio vous réclamera beaucoup moins de temps qu'un traitement classique, tout en n'étant pas polluant !

Parfois fort gênants, les oiseaux !

La présence des oiseaux dans votre jardin sera souvent souhaitable, sauf lorsque les fruits de vos arbres (cerises, prunes, etc.) commenceront à bien mûrir ! Il faudra poser un filet sur vos arbres, le moment venu. Cette manœuvre ne posera aucun problème pour vos sujets mesurant 2 à 3 m de hauteur, mais elle sera plus délicate pour les cerisiers adultes. Dans ce dernier cas, et pour vous simplifier la tâche, vous commencerez par rouler un bord du filet, en remontant le plus haut possible. Mieux vaudra procéder alors par étapes, en vous aidant d'un escabeau. À chaque fois que ce sera possible, vous enroulerez les parties que vous pourrez atteindre. Il faudra agir de la même façon de l'autre côté de l'arbre. À ce stade, vous ferez basculer l'ensemble d'un côté de votre cerisier, avec l'aide de perches de bois.