Illustration d'un virus infectant le système nerveux. © Kateryna Kon, Adode Stock
Santé

Le Covid-19 affecterait le système nerveux central

ActualitéClassé sous :Coronavirus , système nerveux central , anosmie

-

[EN VIDÉO] Coronavirus versus Grippe : leurs différences, leurs ressemblances  Au tout début de l’épidémie, le Covid-19 a été comparé à la grippe, d’aucuns la qualifiant de « grippette ». Or, il n’en est rien. Depuis, les scientifiques du monde entier ont mis en commun leurs observations, s’appuyant notamment sur celles des Chinois. 

Une étude récente suggère que le coronavirus à l'origine du Covid-19 pourrait infecter le système nerveux central comme d'autres coronavirus. Est-ce en lien avec les cas d'anosmie remontés par les médecins parmi les personnes infectées ?

Les plus de 340.000 personnes souffrant du Covid-19 se plaignent d'une triade de symptômes typique de l'infection : fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. Mais certains se plaignent aussi de maux plus rares comme des maux de tête, des nausées et des vomissements. Ces symptômes sont généralement associés à une affection neurologique. Sont-ils le témoin de l'invasion par le coronavirus responsable du Covid-19 du système nerveux central ?

Yan-Chao Li, chercheur à l'université de Jilin en Chine, discute cette hypothèse dans un article paru dans The Journal of Medical Virology le 27 février 2020 (et corrigée au 17 mars 2020).

Le neurotropisme des coronavirus

Bien que les coronavirus soient des virus essentiellement respiratoires, plusieurs recherches font état de leur capacité à infecter aussi le système nerveux central et à provoquer des troubles neurologiques.

Le neurotropisme des coronavirus est connu, notamment pour la famille des béta-coronavirus à laquelle appartiennent les SARS-CoV, MERS-CoV et le SARS-CoV-2 qui se propage actuellement. Les neurones du système nerveux central sont souvent la cellule ciblée par le virus qui provoque leur dégénérescence. Le HEV 67N, un coronavirus porcin, est le premier à avoir été identifié dans le cerveau des porcs. Il y a 91 % d'homologie entre cette souche et un béta-coronavirus humain, HCoV-OC43, responsable du rhume.

Le chemin emprunté par les coronavirus n'est pas connu avec précision mais il semblerait que les virus utilisent des voies synaptiques pour passer du centre cardiorespiratoire à la moelle épinière. Les mécanorécepteurs et les chimiorécepteurs des terminaisons nerveuses périphériques qui se trouvent dans les voies respiratoires inférieures seraient la porte d'entrée par laquelle le virus gagne le système nerveux central.

Les symptômes neurologiques du Covid-19 ne touchent qu'une minorité de personne : 8 % souffrent de maux de tête et 1 % de nausée et de vomissement. En revanche, une étude menée sur 240 patients atteints du Covid-19 décrit des manifestations neurologiques comme des pertes de conscience et des troubles cérébrovasculaires aigus dans 88 % des cas sévères étudiés.

Schéma du système nerveux central qui comprend l'encéphale (cerveau, tronc cérébral et cervelet) dans la boîte crânienne et de la moelle épinière. © d'après Farish, 1993, adapté et modifié

Une explication pour l’anosmie ?

Depuis quelques jours, les médecins rapportent qu'une minorité de patients se plaignent d'anosmie. Il s'agit d'une perte d'odorat souvent associée à une perte de goût (agueusie). L'anosmie peut être causée par une altération du nerf olfactif, le premier nerf crânien qui relie la fosse nasale au bulbe olfactif situé à la base du cerveau. Quand l'atteinte est neurologique, l'anosmie peut être constante.

Dans le cas du Covid-19, l'anosmie est-elle le témoin de l'invasion du virus du système nerveux central ?

Pas forcément. L'anosmie est un symptôme très fréquent dans les maladies respiratoires comme les rhinites ou le rhume. Dans ce cas, ce n'est pas le nerf olfactif qui est en cause mais un défaut de perméabilité des fosses nasales, le nez bouché en somme, qui empêche les odeurs de parvenir jusqu'aux récepteurs olfactifs. L'anosmie est alors généralement passagère.

Le virus n'a pas encore été observé dans le tronc cérébral des malades, comme ce fut le cas lors de test réalisé chez les souris avec le MERS-CoV et le SARS-CoV. Le neurotropisme du SARS-CoV-2, responsable du Covid-19, n'est pour l'instant qu'une supposition et les données scientifiques manquent pour l'attester avec certitude. Mais avoir conscience de cette possibilité pourrait avoir un impact sur la prise en charge et les traitements, toujours symptomatiques de la maladie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !