Malgré d’importants moyens consacrés à la santé et un accès aux soins quasi universel, la France n’apparaît même pas dans le top 10 des pays ayant le meilleur système de santé. Les premières places sont prises par des pays asiatiques et nordiques.

Cela vous intéressera aussi

La France se targue souvent d'avoir l'un des meilleurs systèmes de santé au monde, avec un accès quasi gratuit et illimité aux soins. Pourtant, selon le classement établi par le Legatum Prosperity Index, elle ne figure même pas dans le top 10. Ce classement, édité chaque année par le think-tank britannique Legatum Institute, se fonde sur une cinquantaine de critères, comme le taux d’obésité, la couverture vaccinale, la mortalité infantile, le nombre de médecins par habitant, l'espérance de vie ou encore la satisfaction des citoyens vis-à-vis des soins.

Singapour, le Japon et la Suisse sont les pays avec le meilleur système de santé au monde. © Legatum Institute
Singapour, le Japon et la Suisse sont les pays avec le meilleur système de santé au monde. © Legatum Institute

Système de santé : la France classée 16e

Selon ce classement, c'est Singapour qui possède le meilleur système de santé au monde, suivi du Japon et de la Suisse. La France, elle, n'arrive que 16e derrière la Suède et juste devant l'Italie. Singapour se distingue notamment par l'excellent état de santé général de ses citoyens (nombre de fumeurs, prévalenceprévalence des maladies...) et par sa couverture santé financée à la fois par le public et le privé. La France, bien que disposant de personnel de qualité, d'un accès aux soins très facile par rapport à d'autres pays et de la deuxième place mondiale en matièrematière d'espérance de vieespérance de vie, est dans le rouge concernant le nombre de fumeurs, l'utilisation de droguesdrogues et substances illicites, ou encore la prévalence de dépression. Pire, alors que notre pays consacre plus de 11 % de son PIBPIB à son système de santé, la part la plus élevée de toute l'Union européenne, la satisfaction des citoyens vis-vis de ce dernier a chuté de 82,9 % en 2009 à 69,4 % en 2019.