Les corps des visons abattus et enterrés à cause du coronavirus remontent à la surface

Classé sous :animaux , vison , Coronavirus

C'est une vision d'horreur à laquelle assistent les Danois depuis cette semaine : des visons abattus dans le cadre de la lutte contre le coronavirus et enterrés dans d'immenses fosses communes remontent à la surface, tels des zombies revenus d'entre les morts. « Lorsque les corps se décomposent, il peut se former des gaz qui gonflent les tissus et poussent les corps hors de terre », explique au Guardian Thomas Kristensen, un porte-parole de la police. Dans la province du Jutland de l'Ouest, où ont été enterrés la plupart des visons, les animaux sont enfouis dans des tranchées à un mètre de profondeur. Mais cela ne suffit pas, car le sol est très sablonneux et meuble, ce qui laisse remonter les corps. Les autorités tentent de mettre fin au spectacle macabre en déversant encore plus de sable par-dessus les fosses.

Le Danemark a décidé début novembre d'abattre la totalité de ses 17 millions de visons, après qu'une mutation susceptible de se transmettre à l’Homme a été découverte chez des visons infectés au SARS-CoV-2. En plus de la sinistre vue de ces « visons zombies », les populations locales s'inquiètent d'une possible pollution. Certains visons sont enterrés près de lacs ou de réserves d'eau souterraines, qui pourraient être contaminés par le virus. Les autorités se veulent rassurantes et assurent que les corps ont été désinfectés avec du détergent et recouverts de chaux. En attendant, des clôtures ont été érigées autour des corps pour éviter que des humains ou des animaux ne s'en approchent.

Des millions de visons ont été abattus au Danemark dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. © Rokas, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des chiens renifleurs de coronavirus  Une étude menée par des chercheurs allemands confirme de premiers résultats déjà obtenus dans les semaines passées : les chiens renifleurs sont capables de détecter les personnes atteintes de Covid-19. Une façon peut-être d’enrayer la propagation du coronavirus.