Les Nations Unies ont décrété 2023 « Année internationale du mil » (appelé aussi millet ou sorgho). L’idée est de réagir positivement aux problèmes alimentaires du monde issus de l’accélération du réchauffement climatique et à la guerre en Ukraine. Tout comme l'année 2022 avait été celle de la pêche et de l'aquaculture, 2021 celle des fruits et légumes, et 2020 celle de la santé des végétaux. Auparavant, on avait eu droit aux années des légumineuses (2016), des récifs coralliens (2018), de l'agriculture familiale (2014) ou du quinoa (2013). Ces coups de projecteurs successifs ne permettent évidemment pas de changer la face du monde, mais ils contribuent positivement à la réflexion commune sur les « vrais » enjeux de nos sociétés.


au sommaire


    Il faut impérativement augmenter fortement la production agricole en Afrique 

    L'Afrique est une des premières victimes du réchauffement climatique, elle est également touchée de plein fouet par les conséquences alimentaires de la guerre en Ukraine, tout cela à un moment où sa population croît de façon très importante.

    L’Afrique est passée en 70 ans de deux fois moins peuplée que l’Europe à deux fois plus. Chiffres Onu et Ined. © Bruno Parmentier, DR
    L’Afrique est passée en 70 ans de deux fois moins peuplée que l’Europe à deux fois plus. Chiffres Onu et Ined. © Bruno Parmentier, DR

    Pour mieux en comprendre les enjeux, observons l'évolution comparée de l'Europe et de l'Afrique sur 150 ans, de 1950 à 2100. Au début de la période des indépendances africaines, en 1950, il y avait deux fois plus de population en Europe qu'en Afrique. On va dire pudiquement que les Européens s'étaient activement occupés, pendant plusieurs siècles, à limiter la population africaine… Une fois ces pays indépendants, malgré des guerres, des épidémies, des pénuries et des famines, la population africaine commence à croître fortement, alors que l'Europe atteint rapidement son maximum historique. Le croisement des courbes s'effectue en 1994, où les deux continents enregistrent chacun 720 millions d'habitants. En 2022, l'Europe n'a « que » 747 millions d'habitants, alors que l'Afrique en a déjà deux fois plus, autour de 1,4 milliard. En un peu plus de 70 ans, à peine deux générations, l'Afrique est passée de deux fois moins peuplée à deux fois plus peuplée que l'Europe. Et tout porte à croire que cet écart va encore augmenter considérablement. Les prévisions pour 2050 annoncent que l’Europe aura à peine plus de 700 millions d'Européens, contre presque 2,5 milliards d’Africains. Une population multipliée par dix en un seul siècle donc !

    Voir aussi

    Notre dossier « Céréale : millet et sorgho, le mil »

    Prenons un exemple plus précis, parmi beaucoup d'autres : la comparaison de l'évolution de la France et de l'Algérie depuis l'indépendance de ce dernier pays. En 60 ans, la France a pu tripler sa production agricole. Dans le même temps, l'Algérie a très peu investi sur l'agriculture, mais a, elle, triplé sa population. Résultat : ce pays est plus dépendant qu'il n'a jamais été du bon vouloir de l'extérieur pour pouvoir se nourrir, et sa population continue à augmenter. Il est probable que les Algériens seront aussi nombreux que les Français en 2068, autour de 67 millions et la population algérienne aura donc été multipliée par cinq en un siècle.

    La population algérienne a triplé depuis l’indépendance de ce pays, et devrait être multipliée par cinq en un siècle… France et Algérie devraient être à égalité en 2068. © Bruno Parmentier, DR
    La population algérienne a triplé depuis l’indépendance de ce pays, et devrait être multipliée par cinq en un siècle… France et Algérie devraient être à égalité en 2068. © Bruno Parmentier, DR

    L'idée que la population africaine dépende massivement des agricultures des autres continents pour se nourrir est absolument illusoire. De ce point de vue, le renchérissement considérable du prix des céréales depuis le début de la guerre en Ukraine devrait servir d'électrochoc. Il est donc absolument vital, au sens strict, d'investir massivement dans la productivité de l'agriculture africaine. On peut tout à fait admettre que des pays comme la Suisse, le Japon, la Corée du Sud, la Grande-Bretagne, la Norvège, etc., ne puissent se nourrir eux-mêmes, car ils auront toujours assez d’argent pour acheter de la nourriture produite ailleurs. Mais on ne peut absolument pas appliquer le même raisonnement au Burkina Faso, au Mali, au Sénégal ou au Tchad.

    On ne pourra jamais nourrir l’Afrique avec du blé et du riz

    Il se trouve qu'à travers l'histoire longue, la plupart des peuples vaincus ou colonisés ont fini par adopter les coutumes alimentaires des pays qui se sont révélés plus forts qu'eux.

    • D'une part, parce qu'il n'est pas exclu que ce soit justement cette meilleure nourriture qui ait permis à ces derniers de vaincre leurs voisins. C'est ainsi que les grandes associations de céréalescéréales et de légumineuses, dont on sait maintenant à quel point elles sont bonnes pour la santé, se sont imposées un peu partout dans le monde : en Asie, riz-soja ; en Amérique, maïs-haricots ; en Afrique du Nord |acac2b885ddf9a1666026847c5f01cd5|-pois chichespois chiches, etc. 
    • D'autre part, pour des raisons commerciales. C'est ainsi que les Européens, gros producteurs de bléblé, ont imposé à travers le monde l'idée que le pain était un aliment moderne, celui des vainqueurs, ce qui assurait de nouveaux débouchés pour leurs agriculteurs. Et en plus, à Madagascar et sur la côte ouest de l'Afrique, les Français ont aussi expliqué que le riz était très bon, car ça leur convenait de faire des haltes commerciales à Toamasina et à Dakar sur la route entre l'Indochine et la France ! C'est ainsi que les Malgaches et les Sénégalais ont largement délaissé leurs nourritures traditionnelles pour manger du riz au poissonpoisson accompagné de pain. Au moins dans les villes, heureusement, le mil et le manioc sont restés quand même consommés dans les campagnes.
    Haricots noirs niébé qui peuvent se cultiver en symbiose avec le mil. © Veliavik, Adobe Stock, DR
    Haricots noirs niébé qui peuvent se cultiver en symbiose avec le mil. © Veliavik, Adobe Stock, DR

    Au bout du compte, le mil (ou milletmillet ou Sorgo) est largement tombé en désuétude dans les villes africaines. Il n'est plus consommé que par une petite centaine de millions de personnes, situées essentiellement dans des villages isolés africains ou indiens. Alors que, pour les consommateurs réguliers de blé et de riz, on compte en milliards !

    Soyons raisonnables : on ne pourra jamais nourrir les 2,5 milliards d'Africains qui s'annoncent en 2050 avec des slogans du type « zébu-frites et baguette de pain pour tous », ni même « riz et poissons pour tous » ! C'est éventuellement envisageable en Afrique tropicale, comme en République démocratique du Congo ou en Angola (seulement pour les plus riches), mais totalement impensable dans le Sahel, où le blé, le riz et le maïs ne peuvent pas bien pousser, et où on ne peut pas faire d'élevage intensif, ni pêcher dans les océans. D'autant plus que la situation de chaleurschaleurs extrêmes et de sécheressessécheresses drastiques ne peut que s'aggraver avec le réchauffement climatique

    C'est là que la solution du mil redevient évidente et s'impose avec force.

    Le mil est très adapté au climat du Sahel et peut se développer à nouveau

    Le mil est cultivé dans le Sahel, puis en Afrique centrale depuis près de 5 000 ans, c'est peu dire qu'il est adapté aux conditions climatiques locales ! Cette céréale pousse rapidement, se satisfait de sols pauvres et de faibles pluies. De ce fait, elle pousse là où le blé, le maïs et le riz ne pourraient pas être cultivés. Elle peut être stockée pendant 5 ans, contient 11 % de protéines (autant que le blé), et est très riche en vitamine B, acide foliqueacide folique, calciumcalcium, ferfer, potassiumpotassium, magnésiummagnésium, zinczinc, etc. De plus, elle est sans gluten !

    Comme elle n'était plus à la mode, on a très peu modernisé sa production et sa préparation. Le mil est donc principalement cultivé à la main, sans mécanisation, par des paysans pauvres, sans engrais ni semences sélectionnées, ni irrigationirrigation, etc., et en conséquence, ses rendements sont généralement très bas. Souvent de l'ordre de 500 kilos par hectare (contre 7 à 8 tonnes pour le blé français ou le riz chinois !).

    Mil poussant sous <em>Faidherbia Albida </em>au Sénégal. Cet arbre « au cycle inversé » est feuillu en saison sèche, ce qui permet de nourrir des animaux, et se défeuille entièrement en saison des pluies. Il exerce alors peu de compétition pour la lumière avec les cultures, et il fixe l’azote de l’air. Il permettrait de doubler ou tripler les rendements de mil. © Caroline Dangleant, Cirad 2018
    Mil poussant sous Faidherbia Albida au Sénégal. Cet arbre « au cycle inversé » est feuillu en saison sèche, ce qui permet de nourrir des animaux, et se défeuille entièrement en saison des pluies. Il exerce alors peu de compétition pour la lumière avec les cultures, et il fixe l’azote de l’air. Il permettrait de doubler ou tripler les rendements de mil. © Caroline Dangleant, Cirad 2018

    Si on s'en occupe vraiment, on peut bien évidemment augmenter très fortement ces rendements, tout en profitant de sa grande résistancerésistance aux espècesespèces nuisibles et aux maladies. Et en particulier avec des moyens agro-écologiques et non pas totalement mécaniques et chimiques. En particulier, en associant le mil et des légumineuses locales comme le niébé (une sorte de haricots), ou en pratiquant de l'agroforesterieagroforesterie, par exemple sous les Faidherbia Albida, un arbrearbre très adapté pour limiter la baisse de la fertilité des sols et l'évaporation de l'eau, via une couverture végétale plus dense.

    Il faut également généraliser la mécanisation du concassage du mil

    L'autre réticence provient de la quantité de travail considérable à effectuer pour la préparation de cet aliment dans des sociétés qui ne sont absolument pas mécanisées. On a tous en tête les images « exotiquesexotiques » de femmes africaines pilant inlassablement le mil. Mais... ça leur prend tous les jours plusieurs heures de travail harassant, et bonjour le mal au dosdos ! On comprend que les hommes leur aient laissé ce sale boulot ! Et on n'a jamais vu de blanc s'y mettre...

    Femmes pilant le mil au Burkina Faso. © SebEstaban, <em>Wikimedia Commons</em>, CC 4.0
    Femmes pilant le mil au Burkina Faso. © SebEstaban, Wikimedia Commons, CC 4.0

    On peut bien entendu mécaniser et moderniser cette activité. Tout comme on a développé les moulins à blé éoliens et hydrauliques dès le Moyen Âge dans toute l'Europe, et carrément industrialisé cette activité à partir du XVIIIe siècle. Une enquête de 1794 recensait pas moins de 6 800 moulins répartis sur 72 départements en France !

    Moulin tour de Montfuron, Alpes-de-Haute-Provence. © Jean Poussin,<em> Wikimedia Commons</em>, CC 3.0
    Moulin tour de Montfuron, Alpes-de-Haute-Provence. © Jean Poussin, Wikimedia Commons, CC 3.0
    Moulin mu par une roue à aubes (moteur hydraulique). L’Europe était littéralement couverte de moulins dès le Moyen Âge, libérant la main d’œuvre pour des activités plus productives. © Jean-Pol Gramont,<em> Wikimedia Commons</em>, CC 2.0
    Moulin mu par une roue à aubes (moteur hydraulique). L’Europe était littéralement couverte de moulins dès le Moyen Âge, libérant la main d’œuvre pour des activités plus productives. © Jean-Pol Gramont, Wikimedia Commons, CC 2.0

    Au Mexique, un phénomène comparable a concerné le maïs, pour le concassage (Molinos de nixtamal) et la production industrielle de tortillas. On comptait encore plus de 110 000 « tortillerías » au Mexique en 2019 !

    Il y a là sans conteste tout un programme de mécanisation à mettre en œuvre dans les campagnes africaines, et aussi dans les banlieues des grandes villes. Il est très probable que ce sera une condition absolument nécessaire au retour à la consommation de mil sur ce continent, tellement le souvenir de « l'esclavage » du pilon à mil est inscrit dans les mémoires collectives de générations de femmes. En particulier, les centaines de millions de femmes qui ont quitté la campagne pour s'installer dans les environs des grandes villes africaines, et qui ne veulent à aucun prix de ce retour en arrière !

    Machine pour faire des tortillas au Mexique, ce pays en compte encore 110 000. © Tjeerd Wiersma, <em>Wikimedia Commons</em>, CC 2.0
    Machine pour faire des tortillas au Mexique, ce pays en compte encore 110 000. © Tjeerd Wiersma, Wikimedia Commons, CC 2.0

    Mais cela ne suffira pas ! Maintenant que la plupart des Africains ont perdu le goût du mil, pour leur redonner, il va falloir fournir un énorme effort d'éducation à la gastronomie de cette céréale. Il faudra certainement s'appuyer sur les grands chefs cuisiniers, les restaurants et cantines, et sur les moyens audiovisuels pour faire saliver les consommateurs. Une tâche de longue haleine, tant il est difficile de changer les habitudes alimentaires...

    Si on veut que le mil soit davantage consommé, la farine de cette excellente céréale doit se vendre comme les autres farines : prête à l’emploi. Il peut ensuite se cuisiner en couscous, en flan, en galettes, en pudding, en croquettes, en gratin, en To, en dessert (Thiakry ou Déguê), etc. © Bruno Parmentier, DR
    Si on veut que le mil soit davantage consommé, la farine de cette excellente céréale doit se vendre comme les autres farines : prête à l’emploi. Il peut ensuite se cuisiner en couscous, en flan, en galettes, en pudding, en croquettes, en gratin, en To, en dessert (Thiakry ou Déguê), etc. © Bruno Parmentier, DR

    On peut, on doit développer fortement le mil en Afrique, et le sorgho partout

    Nous sommes maintenant relativement sensibilisés aux problèmes énormes que pose la baisse de la biodiversité. Cette sensibilisation reste quand même très incomplète, car la baisse la plus préoccupante n'est pas celle des grands animaux qui passent à la télévision, comme les baleines, les éléphants ou les ours polairesours polaires, ni même celle des abeilles, mais bien celle de la vie microscopique des sols, qui elle, n'a jamais eu de comité de défense.

    Farine de mil. © TK Naliaka, <em>Wikimedia Commons,</em> CC 4.0
    Farine de mil. © TK Naliaka, Wikimedia Commons, CC 4.0

    Rappelons néanmoins que, d'après l’index « planète vivante » du WWF, la taille de la faunefaune sauvage terrestre a diminué de 69 % entre 1970 et 2020. 

    Mais une autre atteinte à la biodiversitébiodiversité vient du fait que nous mettons « tous nos œufs dans le même panier ». Songeons que l'on peut estimer qu'il existe au moins 30 000 espèces végétales comestibles, mais qu'actuellement une trentaine seulement fournissent 90 % de l'alimentation humaine. Et 15 espèces animales, 90 % de l'élevage (l'Europe a déjà carrément perdu la moitié de ses races animales domestiques).

    Index WWF. © Bruno Parmentier, DR
    Index WWF. © Bruno Parmentier, DR

    Idem pour les variétés utilisées : par exemple, 4 variétés de blé produisent les 2/3 de la récolte française. Aux USA, 86 % des variétés de pommes du XIXe siècle, 94 % des petits poispetits pois, 86 % des tomatestomates, 91 % des maïs ont déjà disparu !

    Recette du Rouye, bouillie de farine de mil. Tamiser, ajouter de l'eau, faire bouillir, laisser épaissir, servir. © TK Naliaka, <em>Wikimedia Commons, </em>CC 2.0
    Recette du Rouye, bouillie de farine de mil. Tamiser, ajouter de l'eau, faire bouillir, laisser épaissir, servir. © TK Naliaka, Wikimedia Commons, CC 2.0

    C'est la même chose pour les céréales, qui sont à la base de l'alimentation humaine et animale. C'est vraiment navrant de constater que le mil et le sorgho qui sont des plantes diététiquement excellentes et qui poussent beaucoup plus facilement dans les zones arides, ne recouvrent plus que 12 % des surfaces consacrées au blé, maïs et riz, et totalisent à peine 3 % de leur production ! D'autres céréales dites « secondaires » sont également passées de mode, comme le sarrasin, le seigle, l'orgeorge (qui sert néanmoins à faire de la bière), l'avoineavoine, le triticale ou le fonio. Notons d'ailleurs qu'au niveau mondial, seulement 40 % des céréales sont consommées par les humains, et autant par leurs animaux d'élevage. Dans les pays développés, on en est rendu à 50 % pour les animaux et seulement 20 % pour l'alimentation humaine (et autant pour les biocarburantsbiocarburants !).

    Mil et sorgho ne comptent presque plus dans le monde, comparés aux trois « grandes » céréales. Chiffres Fao 2021. © Bruno Parmentier, DR
    Mil et sorgho ne comptent presque plus dans le monde, comparés aux trois « grandes » céréales. Chiffres Fao 2021. © Bruno Parmentier, DR

    Voir aussi

    Comment nourrir le monde sans le détruire ?

    Pour le mil, l'effort principal doit évidemment porter sur les pays africains ; c'est là qu'il faut encore globalement tripler la production agricole et cette plante est bien adaptée à leur climatclimat actuel et en voie de dégradation ; la culture locale garde la mémoire de cette céréale. Multiplier par trois les surfaces cultivées, et par trois les rendements, et donc par 9 ou 10 le tonnage produit ne paraît pas hors de portée, si une vraie mobilisation internationale, et surtout locale, se produit à l'issue de cette « année internationale du mil ». Toutes sortes d'institutions sont concernées : centres de recherche, écoles d'agricultureagriculture, banques, assurances, organisations non gouvernementales, médias, et tous les gouvernements locaux et nationaux.

    Sorgho commun. © Priyag, <em>Wikimedia Commons</em>, CC 3.0
    Sorgho commun. © Priyag, Wikimedia Commons, CC 3.0

    Pour le sorgho, l'effort devrait être planétaire et pas seulement africain. Une bonne partie du cheptel mondial (cochons, poulets, canards, lapins, veaux, etc.) mange du maïs à gogo. Cette plante miracle, qui autrefois n'était produite qu'en Amérique, a gagné tous les continents. Sa production a été multipliée par six depuis les années 60. En France par exemple, elle occupe 2,7 millions d'hectare, contre cinq pour le blé. Or, cette céréale, issue du tropiquetropique humide, est beaucoup moins adaptée au climat tempéré, car elle a besoin de beaucoup d'eau en juillet et août, au moment où il ne pleut pratiquement plus jamais, ceci oblige à effectuer de nombreux travaux hydrauliques pour conserver les eaux de pluie de l'hiverhiver et du printemps pour les resservir pendant l'été, et engendre de plus en plus de conflits d'usage dans de nombreuses régions.

    À part l’Inde et la Chine, presque tous les producteurs de mil sont africains. C’est sur ce continent qu’il faut développer de gros efforts. Chiffres FAO 2021. © Bruno Parmentier, tous droits réservés 
    À part l’Inde et la Chine, presque tous les producteurs de mil sont africains. C’est sur ce continent qu’il faut développer de gros efforts. Chiffres FAO 2021. © Bruno Parmentier, tous droits réservés 

    Une des solutions pourrait être le passage du maïs au sorgho, qui pousse très bien sous ces latitudeslatitudes, et, comme il est originaire du tropique aride, a besoin de beaucoup moins d'eau pendant l'été. On voit d'ailleurs que les USA en sont déjà le plus gros producteur mondial.

    Actuellement, la France produit annuellement 15 millions de tonnes de maïs et 0,4 de sorgho. Un rééquilibrage semble utile, et même nécessaire si on veut vraiment affronter le dérèglement climatique qui s'accentue ! Profitons donc de « l'année internationale du mil » pour accélérer cette transition !

    L’Afrique est également très présente dans la production mondiale de sorgho, mais elle peut et doit encore progresser fortement. Chiffres FAO 2021. © Bruno Parmentier, DR
    L’Afrique est également très présente dans la production mondiale de sorgho, mais elle peut et doit encore progresser fortement. Chiffres FAO 2021. © Bruno Parmentier, DR

    Mais, bien entendu, l'Afrique est concernée au premier chef. C'est là que la production de céréales est un enjeu de vie et de mort, comme on l'a vu avec davantage d'acuité avec la crise du blé issue de la guerre en Ukraine !

    Pour aller plus loin : 

    Année internationale du mil 2023 

    Année du mil en vidéo