Expert Planète

Bruno Parmentier

Ingénieur, économiste, auteur conférencier et consultant, spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires

Je suis heureux de continuer dorénavant à décrypter ce monde passionnant et ses enjeux et à accompagner ces extraordinaires mutations, en excellente compagnie, avec Futura.
Bruno Parmentier, Ingénieur, économiste, auteur conférencier et consultant, spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires

Biographie

Auteur, conférencier et consultant, spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires.

Je suis à la fois ingénieur et économiste (Ecole des Mines de Paris et Ecole Pratique des Hautes Etudes).

J'ai débuté ma carrière au Mexique (développement agraire, création et direction d'une petite ONG de développement sub urbain). Puis je suis rentré en France, où j'ai contribué à créer la coopérative LIP à Besançon, puis occupé des postes de direction dans la presse (Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes) et surtout dans l'édition (Editions La Découverte, Editions du Cerf, Centre National de Documentation Pédagogique). J'ai ensuite été à la tête du Groupe Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers de 2002 à 2011.

Désormais consultant et conférencier sur les questions d'agriculture, d'alimentation, de faim, de réchauffement climatique et de développement durable, j'interviens régulièrement dans les médias sur ces sujets, et j'anime en parallèle le blog http://nourrir-manger.com/ et la chaîne YouTube : http://nourrir-manger.com/video.

Je suis l'auteur de cinq livres :

Métier

Depuis plus d'un siècle, le nombre de personnes qui ne mangent pas assez et ont faim ne varie pratiquement pas et stagne autour de 800 millions. Sans compter le milliard de malnutris... et les désormais presque 800 millions d'obèses. Contrairement aux apparences, on n'en a vraiment pas fini avec les problèmes alimentaires sur la planète.

D'un autre côté, les paysans du monde ont réussi le tour de force de nourrir presque 6 milliards de terriens supplémentaires depuis 1900, sur les mêmes champs (on n'arrive pas à augmenter les surfaces céréalières malgré la folie de la déforestation). On mange beaucoup mieux en 2020 sur une planète de 7,8 milliards d'habitants qu'en 1960, quand on n'était que 3 milliards !

Mais ces immenses progrès de l'agriculture se sont interrompus. L'agriculture dite moderne, « tout chimie tout pétrole », marque le pas : les rendements stagnent, la biodiversité s'effondre, la fertilité des sols diminue, les nappes phréatiques s'épuisent, l'acceptabilité sociale des pesticides devient très faible, et le réchauffement climatique remet très rapidement tout en cause.

Le plus vieux métier du monde est à la veille d'une nouvelle révolution majeure : passer du chimiquement intensif à l'écologiquement intensif pour produire « plus et mieux avec moins », tout en refroidissant la planète au lieu de la réchauffer. Cela sera rendu possible par les récents progrès de la connaissance de l'infiniment petit. Nous allons enfin explorer ce qu'il y a dans nos sols (bactéries, champignons, etc., ces 230 000 êtres vivants qui peuplent chaque m2 de terre cultivée) et passer des alliances avec eux au lieu de les détruire préventivement.