La famine qui règne à Madagascar est en grande partie d'origine politique. © Stanislau_V, Adobe Stock
Santé

Madagascar : enquête sur une famine passée sous silence

ActualitéClassé sous :Nutrition , Famine , Alimentation

À l'occasion des 20 ans de Futura et de la Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire, Bruno Parmentier, l'ingénieur et économiste spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires, s'associe à la rédaction pour vous proposer, tout au long de cette journée spéciale, des sujets qui suscitent de nombreuses questions et débats au sein de la communauté.

En collaboration avec

Ingénieur, économiste, auteur conférencier et consultant, spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires

Découvrez sur notre page anniversaire tout le programme, nos invités, des contenus originaux...
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 phénomènes météorologiques qui vont devenir plus fréquents à cause du changement climatique  Les aléas météorologiques ont toujours fait partie de notre quotidien. Mais avec le changement climatique, ces évènements autrefois exceptionnels tendent à se répéter. Voici 5 phénomènes météo que nous allons vivre plus souvent dans les prochaines décennies. 

Une fois de plus, Madagascar est touchée par la famine. La plus dramatique depuis des décennies. Un demi-million d'enfants âgés de moins de 5 ans vont souffrir de malnutrition, surtout dans le sud de l'île, ont alerté le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Unicef en juillet 2021, et plus d'un million de personnes sont en état d'insécurité alimentaire grave. Pourtant, le pays jouit de plus de cinq climats différents et de productions suffisantes, voire excédentaires, pour les habitants locaux dans certaines régions. Alors, comment expliquer la famine qui touche le pays ? 

La région touchée par la famine actuellement est celle qui souffre d'un climat des plus arides, au sud du pays. Mais rien n'est réellement nouveau : « la zone géographique concernée est frappée depuis très longtemps par des problèmes alimentaires. C'est un triangle de sécheresse ancien avec un fort déficit de précipitations », affirme Sylvie Brunel, géographe. En bref, le réchauffement climatique ne fait qu'aggraver un problème déjà existant. La véritable cause de ces famines semble avoir une autre origine.

Un problème politique

Le problème malgache de la famine se situe à un niveau politique. Comme le montre Bastien Serre dans une thèse soutenue en 2017, la corruption fait rage dans ce pays et la lutte contre cette dernière est un véritable parcours du combattant. En effet, selon Sylvie Brunel, le problème de cette région n'est pas immuable : « La question pourrait être réglée par des aménagements agricoles et hydrauliques mais le gouvernement malgache est totalement défaillant. L'état désastreux des routes fait que les populations concernées sont enclavées. Par conséquent, le rééquilibrage avec les régions excédentaires et l'aide ne peuvent pas se faire. » Les famines successives qui frappent cette région de Madagascar ne sont donc pas vraiment un problème de faisabilité technique mais bien de volonté politique.

Découvrez également l'interview audio menée avec Bruno Parmentier sur le thème des ressources et de la faim dans le monde. © Futura

Cette île souffre d'abord d'une quasi-absence d'État : administration, police et justice, éducation et santé, infrastructures de transport sont exsangues ou inexistantes, et la corruption règne à tous les niveaux. Résultat, les rendements agricoles sont dramatiquement bas. Concernant la nourriture principale, en moyenne 2,45 tonnes de riz à l’hectare (contre huit tonnes en Égypte !), et le pays n'a pas les moyens d'en importer suffisamment ni de mettre les rares stocks à disposition dans les zones reculées - alors même qu'il existe sur place des techniques à très faible investissement, comme les systèmes dits de « riziculture intensive » qui permettent de produire localement cinq tonnes à l'hectare.

Bastien Serre, docteur en droit et spécialiste de la situation malgache nous précise que « les difficultés résident surtout dans l'application des textes de loi. Il existe une corruption systémique telle que le droit n'est qu'une barrière de papier face à cette dernière. Une récente enquête de l'ONG Transparency International dénonçait récemment des faits de corruption durant la distribution des aides sociales liées à la pandémie. »

La corruption fait également des dégâts au niveau agricole et logistique : « le secteur agricole emploie 80 % de la population active mais ne contribue qu'à 30 % du PIB car la productivité est très faible à cause de structures et de comportements inadaptés. Le secteur foncier et des domaines est, selon les statistiques du Bureau Indépendant anticorruption, un des secteurs les plus visés par les dénonciations de faits de corruptions. La captation des fonds à des fins privées et l'impunité généralisée, par exemple envers les auteurs de déforestation (qui participe à l'assèchement des sols et aux tempêtes de sable) sont à l'origine de la situation dramatique que connaît le sud du pays actuellement », déplore Bastien Serre.

Le climat politique à Madagascar n'est pas de bon augure pour la population pauvre. © Zerophoto, Adobe Stock

Au-delà du climat terrestre

S'il ne fait aucun doute que le problème climatique entrave l'autonomie de ces régions touchées par les épisodes de famine, des infrastructures adaptées, tant au niveau agricole (pour lutter contre la sécheresse) qu'au niveau logistique (pour permettre une importation des ressources par les autres régions et l'aide internationale) pourraient le résoudre en partie. Se pose alors la question de la situation politique du pays. Cette dernière est encore loin d'être stable, comme le décrit Solofo Randrianja, Professeur d'histoire à l'université de Toamasina, à Madagascar, dans The Conversation

De l'utilisation de méthodes extra-constitutionnelles par le gouvernement en exercice, aux supposées tentatives de putsch, le climat politique est tendu. Surtout lorsqu'on sait que des doutes planent dans la façon dont le Président malgache actuel a acquis le pouvoir. Certains des investissements économiques du gouvernement posent également question (par exemple, la construction de salles de sport qui ne reflètent en rien les besoins vitaux de la population pauvre). Sa gestion de la pandémie de Covid-19, en vantant l'efficacité de remèdes dont l'efficacité n'est pas supportée par un faisceau de preuves suffisant, a également été désastreuse. Pour Bastien Serre, « le nouveau gouvernement Ntsay, le quatrième depuis juin 2018, n'est qu'une nouvelle mouture d'une même offre politique. L'introduction d'une meilleure représentativité régionale ne semble, à elle seule, pas en mesure de résoudre les maux qui gangrènent l'île : pauvreté, infrastructure défaillante, corruption etc. ». Néanmoins, il nuance sa position : « il serait toutefois malhonnête de condamner ce gouvernement par anticipation et on ne peut qu'espérer sa réussite, à travers une volonté politique forte, tant la grande île et ses habitants méritent d'accéder à un développement économique réduisant la pauvreté et assurant une sécurité alimentaire. »

Malnutrition : une prévalence qui croît dangereusement

Si le problème de la famine existe depuis longtemps, il s'aggrave. Les organismes humanitaires décrivent une situation inédite et un taux de malnutrition qui ne fait qu'augmenter chez les enfants. Médecins sans frontière (MSF) mène actuellement des campagnes de dépistage et de prise en charge chez les personnes qui en souffrent depuis mars 2021. Anais Prudent, cheffe de mission qui coordonne actuellement les actions de MSF à Madagascar raconte l'évolution de la situation depuis leur arrivée : « les premiers mois ont été très chargés. Nous avons déployé 15 sites de cliniques mobiles pour répondre aux besoins de la population. Il y a eu quelques améliorations lorsque certaines récoltes ont eu lieu mais nous restons très vigilants car nous allons maintenant entrer dans la période de soudure (la période entre la fin des réserves alimentaires et l'attente de la nouvelle récolte, ndlr) ».

Les équipes coordonnées par Anais Prudent sont présentes dans la région du sud au sein de deux districts : Amboasary-Sud dans la région d'Anosy et Ambovombe dans la région d'Androy. Leurs missions consistent à prendre en charge les enfants et les adultes souffrant de malnutrition mais pas uniquement : « lorsque l'on prend en charge la malnutrition, on soigne également les pathologies associées comme le paludisme, des infections respiratoires ou encore des parasitoses intestinales », détaille Anais Prudent. 

En plus de prodiguer du soin, les équipes doivent s'assurer de bien communiquer. En effet, ils interviennent principalement au sein de zones de vide sanitaire où les populations locales n'ont pas l'habitude d'être prises en charge, « les rumeurs peuvent circuler très vite dans les régions où nous intervenons. Il faut être très vigilant dans notre manière d'intervenir et toujours bien expliciter ce qu'on fait et pourquoi on le fait », explique Anais Prudent. 

Mais les interventions à Madagascar sont loin d'être aisées. Pour Anais Prudent, c'est la première fois à Madagascar bien qu'elle ait réalisé d'autres missions par le passé : « les collègues vous préviennent avant d'y aller que la géodémographie du pays est un vrai casse-tête mais avant d'être sur place vous ne pouvez pas comprendre à quel point c'est vrai », déplore la cheffe de mission de Médecin sans frontière.

Elle raconte que les populations sont éparpillées dans de tout petits hameaux, ce qui rend difficile le choix de positionnement des cliniques mobiles : « il faut couvrir les zones de vides sanitaires, donc ne pas être trop proche d'une structure de santé pour ne pas faire doublon et en même temps ne pas être trop loin des villages pour éviter de faire marcher les personnes malades », explique-t-elle. Du côté de la logistique et des moyens humains, les difficultés persistent concernant le forage de l'eau et la recherche de personnels qualifiés prêts à s'investir dans de telles missions. 

Malheureusement, tous ces efforts risquent d'être insuffisants. En effet, selon le programme alimentaire mondial, la malnutrition devrait quadrupler d'ici peu à cause du manque de ressources et de l'aide internationale qui ne parvient pas toujours à bon port. La collaboration des acteurs humanitaires et du gouvernement malgache à long terme est essentielle si l'on souhaite voir les habitants pauvres de ce pays sortir de ce calvaire qui semble se répéter inéluctablement.

Toutes les publications sous l'égide de Bruno Parmentier, rédacteur en chef invité de Futura pour la Journée mondiale de l'alimentation

  • La famine à Madagascar, surtout dans les régions du sud, est un problème récurrent.
  • La situation politique du pays semble être le déterminant majeur de cette pénurie de ressources alimentaires.
  • Pour lutter contre, il faudra d’abord aider ce pays à construire un état digne de ce nom, avec une collaboration à long terme de l'aide internationale et des instances étatiques malgaches. 
  • Mais, dans l’urgence, une aide alimentaire massive est nécessaire pour éviter que les enfants ne meurent de faim.

Vous le savez ?! Cette année, Futura fête ses 20 ans ! Et, à cette occasion, votre média préféré vous a concocté tout un tas de surprises. 

Pour célébrer nos 20 ans, vous pouvez aussi : 

  • Nous envoyer vos messages d'anniversaire et de souhaits pour un Livre d'Or spécial 20 ans sur cette page.
  • Retrouver tous les contenus spéciaux pour le 20e anniversaire de Futura sur notre page dédiée.
  • Suivre l'anniversaire sur nos réseaux sociaux avec le #Futura20ans.

Restez connectés pour fêter ces deux décennies de succès ! 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !