Santé

Rétro 2008 : la vie est toujours aussi belle !

ActualitéClassé sous :biologie , médecine , génétique

En 2008, la vie a surpris les biologistes. Chez les animaux, les végétaux ou les micro-organismes, d'étonnantes prouesses ont été révélées cette année. Même les chercheurs se sont surpris eux-mêmes en parvenant à cloner des souris mortes ou en retrouvant les gènes du mammouth.

La petite méduse Benthocodon nage tout près du fond, probablement pour attraper des proies avec ses tentacules. © MBARI 2002

Dans les grands fonds, la vie grouille et le krill, contre toute attente, va y faire ses courses. Les éléphants ne vivent bien qu'avec leur famille. Les archées - des micro-organismes toujours surprenants - vivent confortablement à 1.500 mètres sous le plancher de l'océan, par une température de 100°C, là où on pensait jusque-là toute vie impossible. Les tardigrades, de curieux petits arthropodes, eux survivent à une promenade dans l'espace et sans scaphandre. Tout comme les graines de tabac et d'arabette, d'ailleurs...

Au début de l'année, la cinéaste Claire Nouvian nous parlait des organismes des abysses, dont elle a ramené des images fabuleuses avant de montrer ces animaux si mal connus au public parisien.

« Il nous reste encore beaucoup à explorer pour comprendre le monde dans lequel nous vivons » conclut, émerveillé, Andrew Clarke, du British Antarctic Survey, après avoir observé la belle Euphausia superba, injustement appelée krill, batifolant trois kilomètres sous la surface alors que les manuels d'océanographie biologique enseignent encore qu'elle est cantonnée aux cent cinquante premiers mètres.

7 janvier > Claire Nouvian nous ouvre le monde des abysses

Stauroteuthis syrtensis, la rencontre que Claire Nouvian a préférée. Ce petit poulpe nage de deux manières, en faisant onduler son manteau (en bas) ou en utilisant ses deux oreilles comme des hélices à pas variable. © MBARI 2003

Passionnée, passionnante, cette femme de lettres et d'images parcourt la planète pour faire découvrir un univers inconnu et menacé : les abysses. Le livre qu'elle a écrit et l'exposition qu'elle a montée au Muséum d'Histoire naturelle à Paris sont proprement extraordinaires, esthétiquement superbes et scientifiquement irréprochables. Pour Futura-Sciences, elle raconte ses grands fonds et les dangers qui les menacent gravement.

30 janvier > Les déserts océaniques progressent aussi...

Dix années d'observations spatiales du satellite SeaWifs ont montré l'extension des zones à très faible production planctonique. Selon les auteurs de l'étude, la cause est le réchauffement des eaux de surface, qui ralentit les échanges verticaux.

7 février > Bientôt du sperme femelle ?

Dans un travail encore non publié, une équipe britannique de l'université de Newcastle, si l'on en croit le magazine New Scientist, se dit sur la voie de la réalisation de cellules sexuelles mâles à partir de cellules souches d'adultes... femelles. L'idée n'est pas nouvelle et d'autres chercheurs travaillent, eux, sur des œufs mâles...

12 février > Les plantes peuvent-elles voyager d'une planète à l'autre ?

Les plaques contenant les graines sont intégrées au dispositif Expose fixé à l’extérieur de Columbus. © Inra / Andreja Zalar

Sur le laboratoire spatial Columbus, installé sur l'ISS, des graines de tabac et d'arabette vont être exposées aux conditions de l'espace. L'expérience nous en apprendra davantage sur la résistance des plantes, mais aussi sur l'origine de la vie et sur la possibilité que l'Homme la propage au-delà de sa planète. David Tepfer, l'un des responsables de l'expérience, détaille pour Futura-Sciences ses implications - étonnantes.

26 février > Le krill plonge plus profond que les baleines

On croyait ces crevettes des eaux froides antarctiques limitées aux 150 premiers mètres. Mais un robot sous-marin les a observées s'activant sur le fond, à 3.000 mètres sous la surface. Une découverte étonnante qui pose de nouvelles questions sur l'écologie des grands fonds.

4 mars > Quand les bactéries font pleuvoir

Emportés par le vent, des micro-organismes peuplent l'atmosphère. A l'intérieur des nuages, ils se comportent comme des noyaux de nucléation, qui facilitent la formation de gouttes d'eau ou de cristaux de glace. Cette action, déjà soupçonnée, semble d'une ampleur bien plus grande que ce que l'on imaginait.

3 avril > Cancer du sein : des chercheurs accusent des substances chimiques

Un groupe de chercheurs viennent de présenter au parlement européen un rapport accusateur. Un certain nombre de produits chimiques, œstrogènes, pesticides, peintures, matières plastiques... seraient d'importants facteurs de risque pour l'apparition d'un cancer du sein. Pour ces scientifiques, il faudrait mieux évaluer la toxicité des produits de synthèse.

21 mai > Un gène du tigre de Tasmanie ressuscité chez une souris

Un tigre de Tasmanie en captivité au zoo de Hobart en 1933. (Photo domaine public)

A partir de fragments de chair et de peau provenant du thylacine, un marsupial disparu, des chercheurs ont isolé un gène et l'ont rendu fonctionnel en l'intégrant dans un génome de souris. Ce résultat est une première et laisse espérer un nouveau moyen d'étudier des espèces récemment éteintes, ainsi qu'une meilleure connaissance des mécanismes de l'évolution.

5 juin > Des chercheurs sur le toit d'une forêt auvergnate

Comme cela a été fait dans plusieurs régions tropicales, une équipe va utiliser un engin aéroporté pour étudier la canopée de la forêt de la Comté, dans le Puy-de-Dôme. Avec d'autres études, menées depuis le sol, cette exploration servira à mesurer exhaustivement la biodiversité. C'est la première fois qu'un tel travail est réalisé en milieu tempéré.

10 juin >Une vie inconnue grouille à 1,5 kilomètre de profondeur

Loin sous le fond de l'océan Atlantique, à plus de 1.600 mètres, un forage a mis au jour des sédiments datés de 111 millions d'années au sein desquels prospèrent des populations de micro-organismes, par une température de près de 100°C. Trois records sont ainsi battus et démontrent qu'il existe sous terre une énorme biomasse jusqu'ici complètement ignorée.

18 juillet > Les méduses s'invitent de nouveau sur la Côte d'Azur

La belle Pelagia noctiluca © Common licence

Pour la huitième année consécutive, les pélagies envahissent des plages méditerranéennes, entre Cannes et Cagnes-sur-mer. Le phénomène semble exceptionnel. Réchauffement des eaux, réduction du nombre de prédateurs (thons et tortues) ou pollution chimique, les causes sont inconnues mais les activités humaines sont pointées du doigt.

27 août > Les vaches regardent-elles vers le pôle nord magnétique ?

Drôle d'observation réalisée par une équipe germano-tchèque, qui publie sa trouvaille dans une revue scientifique : au repos, les vaches, les chevreuils et les cerfs élaphes s'orienteraient préférentiellement dans le sens du champ magnétique terrestre, comme en témoignent, entre autres, les images de Google Earth !

9 septembre > Le mystère des tardigrades, ces animaux qui résistent au vide spatial

Un tardigrade au microscope électronique à balayage. Une drôle d'allure pour un champion toutes catégories de la survie. © Rick Gillis et Roger J./Haro Department of Biology University of Wisconsin - La Crosse

Embarqués en orbite terrestre sur une plate-forme exposée au vide et aux radiations, des tardigrades, minuscules animaux proches des arthropodes, sont revenus en parfaite santé, et deviennent une énigme scientifique.

6 novembre > Premier clonage réussi de souris congelées !

Une équipe japonaise a obtenu des clones de souris à partir d'animaux morts et congelés depuis une semaine, un mois... et 16 ans. La technique est nouvelle et prometteuse, d'autant que ces souris avaient été congelées sans traitement cryoprotecteur.

23 novembre > L'ADN du mammouth laineux séquencé aux trois quarts

Le mammouth laineux, apparemment si bien adapté à son milieu, a pourtant disparu. Pourquoi ? © Birgit Hannwacker

Une équipe américaine annonce le séquençage de plus de 70% du génome du mammouth laineux grâce à des prélèvements effectués dans des poils... achetés sur eBay. Les chercheurs en tirent des conclusions sur l'évolution de ces très proches cousins des éléphants actuels, sur l'intérêt de l'analyse du pelage, excellent conservateur d'ADN, et osent imaginer qu'un jour, peut-être, des scientifiques pourront faire naître un spécimen vivant...

15 décembre > En captivité, les éléphants dépérissent

Une vaste étude sur les éléphants vivant dans les zoos et dans de grandes réserves révèle que l'espérance de vie des pachydermes, qu'ils soient d'Asie ou d'Afrique, est réduite de plus de la moitié en captivité. La raison essentielle serait l'isolement, qui perturbe gravement ces animaux sociaux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi