Santé

Le Nobel de médecine 2008 à trois découvreurs de virus

ActualitéClassé sous :médecine , Luc Montagnier , Françoise Barré-Sinoussi

Luc Montagnier et sa collègue Françoise Barré-Sinoussi viennent d'être récompensés par le prix Nobel de médecine pour leur découverte en 1983 du virus du Sida, en même temps que l'Allemand Harald zur Hausen pour celle du papillomavirus, responsable du cancer du col de l'utérus.

L. Dolega/Scanpix

Les virus sont mis à l'honneur par le jury du prix Nobel 2008, dont le prix de physiologie et de médecine vient récompenser les deux découvertes anciennes, totalement indépendantes, de virus aujourd'hui célèbres, le VIH et le papillomavirus.

La moitié du prix de 1,02 million d'euros ira à Harald zur Hausen. Dès le début des années 1970, à l'université d'Erlangen-Nuremberg, en Bavière, ce chercheur allemand spécialiste de virologie s'intéresse aux Human Papilloma Virus, alias HPV. Il les trouve associés à des tumeurs du col de l'utérus et il émet l'hypothèse que ce parasite est bien à l'origine de cette forme de cancer. Ses travaux, menés dans différentes institutions, lui ont ensuite valu quelques déconvenues mais aussi plusieurs prix prestigieux. A partir du tout début des années 1990, la responsabilité du papillomavirus dans le cancer du col de l'utérus a été largement admise.

Harald zur Hausen. © Magunia/Scanpix

L'autre moitié du Nobel 2008 de médecine récompense deux Français (la dernière occurrence remonte à 1980 et au prix Nobel de Jean Dausset), Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi. En 1983, la seconde travaille dans le laboratoire du premier, à l'Institut Pasteur. Avec Jean-Claude Chermann, l'équipe isole un nouveau rétrovirus, baptisé LAV (Lymphodenopathy Associated Virus) et l'estime responsable de cette maladie récente, appelée Sida (Syndrome d'immunodéficience acquise), en progression rapide. Leurs résultats paraissent le 20 mai dans la revue Science.

Il s'en suivra une longue polémique avec une équipe américaine, celle du professeur Robert Gallo, qui annonce en avril 1984 avoir découvert le véritable virus du Sida, le HTLV-III. Avec la demande de brevet pour un test de dépistage déposé aux Etats-Unis par l'Institut Pasteur, l'enjeu se fait économique et la controverse devient une affaire d'Etat, qui aboutit à un accord signé par les deux présidents de l'époque, Jacques Chirac et Ronald Reagan, statuant que les deux équipes sont « co-découvreurs ». Ce règlement diplomatique ne clôt pas l'affaire, qui se poursuit pendant des années avec des révélations sur quelques falsifications par l'équipe de Robert professeur Gallo. En 1994, l'Institut national de la santé américain (NIH) reconnaît la paternité de la découverte du virus à l'équipe française et la polémique entre les deux chercheurs (qui sont toujours restés en contact) s'arrête enfin.

Luc Montagnier. © DKFZ/Scanpix

Pendant ce temps, le virus LAV a changé de nom et s'appelle désormais VIH (virus de l'immunodéficience humaine) ou HIV en anglais. Il s'est également trouvé un petit frère et on parle maintenant du VIH-1 et du VIH-2.

Depuis, le principal espoir initial né de cette découverte, celui de créer un vaccin, recule toujours, à cause de la complexité du phénomène. Mais Luc Montagnier,  76 ans, croit toujours à un vaccin thérapeutique, comme il vient de le rappeler, en dédiant son prix à tous les malades du Sida et en rappelant que ce « fléau mondial » touche aujourd'hui près de 1% de la population humaine.

Françoise Barré-Sinoussi n'a jamais cessé de travailler sur cette maladie depuis 1983. Auteur ou co-auteur de 200 publications sur le sujet, elle a reçu la Légion d'honneur (comme Luc Montagnier) et participe à l'Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites (ANRS).

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi