Cela vous intéressera aussi

Les vaccins constituent une thérapie consistant à stimuler le système immunitaire de manière à obtenir une réponse spécifique de l'organisme contre un antigèneantigène, qu'il soit viral, bactérien, cellulaire ou même moléculaire. Les vaccins sont obtenus à partir de souches inoffensives de virus ou de bactéries, d'antigènes purifiés ou d'analogues antigéniques. On les utilise couramment en préventionprévention pour éviter qu'un individu ne développe une maladie, mais ils peuvent aussi être utilisés une fois la pathologiepathologie déclarée, afin d'orienter la réponse immunitaire contre un envahisseur.

Le mot vaccin provient du fait que le premier traitement de ce type utilisait le virus de la vaccine (vacca = vachevache en latin) pour immuniser les sujets contre la variole.

Principe du vaccin

Lorsqu'un agent étranger à l'organisme pénètre dans le corps, il est reconnu par le système immunitaire, qui, par l'intermédiaire de lymphocyteslymphocytes B va produire des anticorpsanticorps, des moléculesmolécules capables de reconnaître spécifiquement tout ou partie de l'agresseur potentiel. Ce processus est en plus couplé à un effet mémoire, qui permet à un organisme de se souvenir d'un pathogènepathogène, parfois de longues années après et d'accélérer les délais avant la réponse immunitaire.

Un vaccin consiste donc en l'injection d'un antigène (virus atténuéatténué ou inactivé, protéineprotéine de membrane bactérienne, etc.), de manière à susciter une réaction immunitaire avec effet mémoire pour permettre à un patient de se débarrasser d'un agent infectieux déjà présent à l'aide de ses défenses naturelles (vaccin thérapeutique), ou de préparer le corps à se confronter à l'avenir à un pathogène sans déclarer la maladie (vaccin préventif).

Vaccins célèbres

Le premier vaccin, mis au point par Louis PasteurLouis Pasteur en 1885, a permis de combattre la ragerage. Depuis, la vaccination est devenue un processus courant, et un certain nombre de vaccins sont même obligatoires, comme ceux contre la diphtérie, le tétanostétanos et la poliomyélitepoliomyélite. Le vaccin contre la grippe, recommandé pour une partie de la population à risque, doit quant à lui changer chaque année et s'adapter à la souche virale qui circule. Quant au vaccin contre le Sida, il n'est pas encore efficace.