Le vaccin contre les oreillons protégerait de la Covid-19

Classé sous :Vaccin , vaccin ROR , intérêt de la vaccination

[EN VIDÉO] Coronavirus : le vaccin contre les oreillons efficace face à la Covid-19 ?  Une nouvelle étude américaine semble suggérer que le vaccin contre les oreillons pourrait augmenter l'immunité contre les formes les plus sévères du coronavirus. 

Plusieurs études ont récemment suggéré que le vaccin contre la tuberculosele BCG - réduit le risque de contamination au SARS-CoV-2. Une équipe de chercheurs internationaux affirment aujourd'hui que le vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole) pourrait protéger contre la Covid-19, ou du moins réduire la gravité des symptômes. « Nous avons constaté une corrélation inverse entre les niveaux d'anticorps IgG des oreillons et la gravité de la Covid-19 chez les personnes de moins de 42 ans vaccinées avec le ROR », assure l'auteur principal de l'étude, Jeffrey E. Gold, président de l'Organisation mondiale, à Watkinsville, en Géorgie. Autrement dit, plus le niveau d'anticorps est élevé, moins les sujets font des formes graves de Covid.

« Cela pourrait expliquer pourquoi on observe moins de cas et une mortalité beaucoup plus faible chez les enfants » (la majorité d'entre eux recevant leur premier vaccin ROR vers 12 à 15 mois et un second vers 4 à 6 ans), atteste l'étude parue dans mBio. La prévalence de la Covid-19 est ainsi sept fois plus faible chez les jeunes enfants. Aucune corrélation significative n'a en revanche été constatée avec les anticorps de rougeole ou de rubéole.

« Le vaccin ROR II est considéré comme un vaccin sûr avec très peu d'effets secondaires. S'il présente l'avantage de prévenir l'infection par la Covid-19, d'en empêcher la propagation ou d'en réduire la gravité, ou une combinaison de tous ces éléments, il s'agit d'une intervention à haut rendement pour un faible risque », atteste Jeffrey E. Gold. Les auteurs préconisent ainsi la vaccination des personnes de plus de 40 ans, souvent non protégées contre les oreillons.

Plus le niveau d’anticorps IgG est élevé, moins l’infection au SARS-CoV-2 est sévère. © Jeffrey E. Gold et al, mBio, 2020