Louis Pasteur inoculant un vaccin contre la rage au jeune Alsacien Joseph Meister en juillet 1885, l'enfant venant d'être mordu par un chien enragé. Ce geste est considéré comme la première vaccination d'un être humain. © REDPIXEL, Adobe Stock
Santé

Vaccination : qu'est-ce que c'est ?

DéfinitionClassé sous :médecine , maladie infectieuse , Virus

La vaccination est une protection contre une maladie infectieuse potentielle.

Principe du vaccin

Il consiste à injecter dans le corps un agent infectieux (virus ou bactérie), sous une forme inoffensive mais stimulant la réponse immunitaire de l'organisme. Le système immunitaire disposant d'une forme de mémoire, une exposition ultérieure à l'agent infectieux déclenchera une réponse rapide et donc plus efficace. L'agent est reconnu par une ou plusieurs molécules spécifiques et constitue l'antigène. Le système immunitaire répond par la production d'anticorps spécialement dirigés contre lui et fabriqués par des cellules mémoires (lymphocytes B et T). Un vaccin est donc spécifique d'une maladie.

Vaccin : qu'injecte-t-on ?

Le vaccin peut être un agent inactivé (dépourvu de matériel génétique) ou atténué (c'est alors une forme voisine mais non pathogène). Ce peut être également un sous-ensemble d'un virus voire une simple toxine traitée pour qu'elle soit sans effet pathogène mais qu'elle conserve ses propriétés antigéniques (cas d'une vaccination contre la diphtérie par exemple).

Utilisation de la vaccination

La vaccination a un effet protecteur sur un individu mais, pour une maladie contagieuse, une vaccination massive protège la population toute entière en ralentissant ou en empêchant la propagation de l'agent infectieux.

On étudie actuellement la possibilité d'une vaccination à vertu thérapeutique, donc pour soigner une maladie déjà déclarée. Les recherches en ce sens concernent des cancers et le Sida.

La vaccination est le meilleur moyen de se protéger de certaines maladies

Chaque année, la vaccination préserve la vie de 2 millions de personnes selon l'Organisation mondiale de la Santé. C'est un vaccin qui a permis d'éradiquer la variole et de réduire de 99% les cas de poliomyélite (1988-2003). La vaccination a fait baisser fortement les incapacités et la mortalité dues à la rougeole, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la tuberculose... Selon l'OMS, il s'agit d'une intervention sanitaire très efficace et particulièrement économique. La vaccination est économique dans le sens où elle permet de diminuer le recours aux soins, notamment les hospitalisations. 

Cependant, certaines maladies continuent de se propager dans le monde malgré l'existence d'un vaccin, c'est le cas notamment de la coqueluche, la rubéole et la rougeole. La seule solution pour maintenir ces maladies à distance est la vaccination massive, plus le nombre de personnes vaccinées est important plus la population reste en sécurité. Les vaccins sont bénéfiques à la fois sur un plan collectif en réduisant le nombre de personnes susceptibles de propager une maladie et sur le plan individuel. Chaque personne vaccinée est protégée par la maladie ciblée par le vaccin. 

Le calendrier vaccinal

Le calendrier vaccinal est mis à jour chaque année par le Haut conseil de la santé publique. Il est également appelé calendrier des vaccinations et décrit l'ensemble des vaccins à faire en fonction de l'âge de la personne ainsi que des particularités de chacun (professions à risque spécifiques, femmes enceintes, personnes immunodéprimées, atteintes de maladies chroniques...)

Le calendrier des vaccinations fixe le délai entre les injections et le nombre d'injections nécessaires aux personnes qui résident en France. En résumé, il présente l'ensemble des recommandations concernant la vaccination pour permettre à la population de se protéger de manière efficace contre certaines maladies. Il est élaboré par le Ministère de la Santé. Les recommandations changent en fonction des progrès réalisés dans l'élaboration des vaccins. 

Le vaccin thérapeutique

Ce type de vaccin est destiné à aider un individu à lutter contre une maladie en stimulant le système immunitaire. Le but d'un vaccin thérapeutique n'est pas de protéger une personne contre une infection, contrairement à un vaccin conventionnel qui est préventif. La vaccination thérapeutique permet de recréer une réponse immunitaire spécifique ou de rejeter des cellules cancéreuses. 

Ce traitement est avant tout administré à des personnes atteintes de certaines maladies comme le cancer et le sida. L'objectif de la vaccination thérapeutique est de maintenir au plus bas niveau la charge virale du patient le plus longtemps possible. Le principe consiste à stimuler le système immunitaire contre les cellules hébergeant le virus.

L’histoire de la vaccination

Les spécialistes ont remarqué très tôt, dès l'Antiquité, que les individus atteints par une certaine maladie infectieuse ne tombent pas malade une seconde fois. L'idée de prévenir le mal par le mal n'est pas nouvelle. Au 17ème siècle, la variole refait surface et on voit apparaître le premier exemple d'immunisation contre cette maladie. 

Au 18ème siècle les recherches se poursuivent, un médecin de campagne anglais fait une découverte majeure. Il constate que la variole ressemble à une maladie bénigne des vaches (la vaccine) et que les fermiers ne contractent pas la variole au moment des épidémies. Le médecin contamine volontairement une personne avec la vaccine et celui-ci sera protégé de la variole. 

Au 19ème siècle, Louis Pasteur un docteur en sciences français énonce le principe de la vaccination, après avoir mis au point un vaccin animal. Par la suite, il orientera ses recherches vers la vaccination humaine. C'est en 1885 qu'il met au point le premier vaccin humain à virus atténué contre la rage

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !