Cela vous intéressera aussi

La bactérie est un micro-organismemicro-organisme ubiquiste, unicellulaire et sans noyau (procaryoteprocaryote) dont le génomegénome est constitué d'ADNADN. Celui-ci consiste en un seul chromosomechromosome, et on note éventuellement la présence de plasmidesplasmides (petit morceau d'ADN circulaire). L'ensemble des bactéries forme le règne des eubactéries (Eubacteria).

Certaines bactéries peuvent être pathogènes. Chez l'Homme, les symptômessymptômes d'une infection bactérienne sont similaires à ceux observés lors d'une infection virale (éruption cutanée, toux, écoulement nasal, larmoiement, fatigue, nausées, fièvrefièvre et douleursdouleurs musculaires). Parfois, elles sont mortelles. Les infections bactériennes peuvent être traitées avec des antibiotiquesantibiotiques.

Bactérie ou eubactérie ?

Le terme procaryote a longtemps été synonyme de bactérie. Cependant, dans les années 1990, des chercheurs ont découvert un nouveau type cellulaire procaryote différent des bactéries. Il s'agissait des archéobactéries (archées).

Depuis, les « vraies » bactéries, que l'on surnomme souvent bactéries, ont été renommées eubactéries pour faire la différence avec les archéobactéries. Ces dernières ressemblent visuellement aux eubactéries, mais comportent des caractères très différents. Elles seraient plus proches génétiquement des eucaryoteseucaryotes que des bactéries ! Les archéesarchées représentent d'ailleurs un règne à part entière à côté de celui des eucaryotes et des eubactéries.

Les bactéries, des êtres ubiquistes

Faisant preuve d'une extraordinaire diversité, les bactéries ont colonisé tous les milieux. Certaines peuvent même vivre dans des conditions extrêmes, devenant capables de croître à partir des moléculesmolécules soufrées qui composent leur environnement, de méthane ou d'hydrogènehydrogène.

Schéma de la cellule bactérienne typique. Cependant, certains des éléments présentés ici, comme le flagelle qui sert à la locomotion, n'équipent pas toutes les bactéries. © LadyofHats, Wikipédia, DP

Schéma de la cellule bactérienne typique. Cependant, certains des éléments présentés ici, comme le flagelle qui sert à la locomotion, n'équipent pas toutes les bactéries. © LadyofHats, Wikipédia, DP

Bactéries pathogènes

Certaines bactéries se sont avérées fatales pour l'humanité, causant des millions de morts. Voici une liste non exhaustive de quelques-unes des plus célèbres :

  • Mycobacterium tuberculosis, aussi appelé bacille de Kochbacille de Koch, l'agent qui cause la tuberculose ;
  • Yersinia pestis, responsable de la pestepeste ;
  • Staphylococcus aureus, le staphylocoque doréstaphylocoque doré, à l'origine de nombreuses intoxications alimentaires ;
  • Vibrio cholerae, qui induit le choléracholéra ;
  • Neisseria meningitidis, principale cause de méningiteméningite bactérienne.

Utilisation des bactéries par l'Homme

Mise à part leur utilité dans la fermentationfermentation de produits alimentaires, qui remonte à l'ère préhistorique, les Hommes se servent à leur profit des propriétés bactériennes.

Par leurs capacités à survivre dans les différents milieux et exploiter de très nombreuses ressources, on fait appel à leurs services pour dépolluer des zones dégradées.

Leurs propriétés pathogènespathogènes sont exploitées dans l'agricultureagriculture, pour protéger les plantes des agresseurs extérieurs. L'un des exemples célèbres est la bactérie Bacillus thuringiensis, capable de produire une protéineprotéine dite Bt, nocive pour certaines espècesespèces d'insectesinsectes. L'industrie s'est d'ailleurs emparée de cette faculté et a développé du maïs OGM Bt pour protéger la céréalecéréale de la pyrale du maïspyrale du maïs.

Elles-mêmes sont parfois génétiquement modifiées dans l'intérêt pharmaceutique. Ainsi, lorsqu'on leur injecte certains gènesgènes, elles synthétisent des molécules d'intérêt thérapeutique, comme l'insulineinsuline pour les personnes diabétiques.

Les bactéries servent également la science. Les biologistes les étudient pour comprendre certains mécanismes métaboliques et génétiquesgénétiques. La bactérie Escherichia coli, unicellulaire vivant dans nos intestins, est un modèle de choix que les scientifiques savent exploiter.