Le physiologiste britannique Robert Edwards vient d'être récompensé par le prix Nobel de médecine 2010 pour ses travaux pionniers sur la fécondation in vitro, qui ont abouti en 1978 à la naissance du premier bébé éprouvette, Louise Brown.
Cela vous intéressera aussi

En deux décennies, de la fin des années 1950 à 1978, le Britannique Robert Edwards a travaillé sur l'obtention d'embryonsembryons après fécondation in vitro (ou FIV) et collaboré notamment avec l'obstétricien Patrick Steptoe (décédé en 1988). Le 27 juillet 1978, Lesley Brown donne naissance à Louise, immédiatement qualifiée de bébé éprouvette et aujourd'hui maman d'un enfant de trois ans.

Le couple Brown a eu, par la même méthode, une seconde fille (une « fivette » dit-on aussi) et, depuis, quatre millions d'enfants sont nés ainsi, d'une fécondation au laboratoire. « Ses découvertes ont rendu possible le traitement de l'infertilité qui affecte une large proportion de l'humanité et plus de 10 % des couples dans le monde » explique le comité Nobel dans un communiqué, après l'attribution de ce prix Nobel de médecine 2010.

Futura-Sciences reviendra en détail sur les travaux de ce grand physiologiste de 85 ans.