En 1978, le scientifique britannique Robert Edwards devenait célèbre en réussissant la première fécondation in vitro, aboutissant à la naissance de Louise Brown. En 2010, l’homme recevait le prix Nobel de médecine pour son travail. Ce 10 avril, il vient de s’éteindre à 87 ans.
Cela vous intéressera aussi

Le biologiste britannique Robert Edwards vient de mourir des suites d'une longue maladie, à l'âge de 87 ans. Il s'était rendu célèbre en 1978, quand ses recherches sur la fécondation in vitro avec le gynécologue Patrick Steptoe avaient abouti à la naissance de Louise Brown, premier bébé-éprouvette de l'histoire, née le 25 juillet. Un travail salué et reconnu par la communauté scientifique, qui l'a récompensé en 2010 du prix Nobel de médecine, comme nous l'expliquions à l'époque.

L'annonce émane de l'université de Cambridge, pour laquelle il avait travaillé. Celle-ci fait part de sa « profonde tristesse » et ne manque pas de préciser que « son travail a eu un impact immense à travers le monde ». En effet, il a ouvert la voie à d'autres scientifiques qui, après lui, ont réussi la même performance.

Ce traitement contre l'infertilité connaît un véritable succès. En juillet 2012, on a dépassé les 5 millions de naissances par fécondation in vitrofécondation in vitro. Autant de personnes qui viennent de perdre un père, en quelque sorte...