Maison

Maintenir l’eau du spa claire et saine

Dossier - La balnéothérapie à domicile
DossierClassé sous :Bâtiment , Maison , balnéo

-

Spa, sauna, hammam, douche hydrojet : il existe de nombreux appareils de balnéothérapie. Tour d'horizon dans ce dossier pour tout savoir de leurs bienfaits et mieux choisir votre balnéo à domicile.

  
DossiersLa balnéothérapie à domicile
 

Assurer un bon équilibre de l'eau du spa est essentiel à la qualité du bain et à la longévité de l'installation. Pour ce faire, il faut en contrôler l'état chaque semaine et apporter les éventuelles corrections en complément de la désinfection quotidienne.

Tester l'eau du spa afin qu'elle soit claire et pure. © Irina Kozorog, Shutterstock

Le contrôle hebdomadaire consiste à mesurer les composants indispensables à la stabilité de l'eau et à rechercher les micro-organismes potentiellement pathogènes que pourraient importer les baigneurs. Nul besoin d'être un chimiste accompli pour le réaliser : il existe toute une panoplie de testeurs et de produits simples d'emploi conçus à l'attention des particuliers.

Testeur électronique à sonde pour mesurer les niveaux de chlore et de pH des spas et piscines. Fonctionne avec une pile alcaline AA de 1,5 V. Prix : 25 €. © i-source-global.com

Les mesures d’équilibrage de l'eau du spa

L'eau est équilibrée quand ses principaux composants minéraux sont correctement proportionnés entre eux. Pour le vérifier, il faut mesurer son alcalinité, son acidité et sa dureté. Un déséquilibre de ces paramètres provoque le vieillissement prématuré de tout ce qui entre en contact avec l'eau du spa. Cela se traduit à terme par la détérioration de la coque, l'oxydation des éléments métalliques, l'entartrage des équipements hydrauliques.

Pour effectuer vos mesures, vous pouvez utiliser un testeur électronique ou bien un procédé colorimétrique à base de liquides tests ou de bandelettes enduites de réactif chimique. Au contact du bain, ces produits prennent une teinte particulière à comparer avec une échelle fournie. Il existe des réactifs pour chaque composant à contrôler : pH, TAC, TH...

Kit test à base de réactifs liquides. À l’aide d’une fiole, on prélève un peu d’eau à une trentaine de centimètres de profondeur et l’on ajoute une goutte du réactif voulu. Il suffit ensuite de secouer brièvement et de comparer la teinte avec l’échelle correspondante incluse dans le kit. Prix : 40 € pour 300 contrôles environ. © iaorana.org
  • Le contrôle du pH

Le pH (potentiel Hydrogène) correspond aux taux d'acidité et d'alcalinité (ou basicité) de l'eau. Ces valeurs s'expriment en degrés français (° f) ou parts/million (ppm).

Le pH s'évalue dans l'absolu sur une échelle logarithmique allant de 0 à 14 : pour un spa, la norme d'évaluation va de 6 (trop acide) à 9 (trop basique). La plage de neutralité se situe entre 7,2 et 7,6 (certains avancent 7 à 7,4). S'il est trop bas ou trop élevé, ajustez-le à l'aide d'un correctif en poudre ou liquide type « pH+ » ou « pH- ». La procédure est simple mais respectez bien les dosages (en mg/l) du tableau imprimé sur la boîte. Une fois la correction effectuée, il est possible de verrouiller la valeur jusqu'à la prochaine vidange en ajoutant du « pH stable ». Ce produit chargé carbonates et bicarbonates est toutefois déconseillé en cas d'eau très dure.

  • Le contrôle du TAC

Le TAC (Titre alcalimétrique complet) est fonction de la concentration en ions carbonates (CO32-) et bicarbonate (HCO3-). Exprimé en degrés français (°f), cet indice est primordial pour la stabilité du pH. Il caractérise en effet l'influence que peut exercer sur celui-ci les produits désinfectants. La valeur idéale est comprise entre 8 et 10 °f. Trop faible ou trop élevée, le désinfectant remplit mal sa fonction et le pH devient difficile à ajuster. Pour parvenir à l'équilibre désiré, il existe là aussi des produits correctifs (à la baisse ou à la hausse) de TAC.

  • Le contrôle du TH

Le °TH (Titre hydrotimétrique) indique si votre eau est plus ou moins douce ou dure. Le calcium et le magnésium sont les principaux constituants de la dureté de l'eau. Une eau trop douce mousse et devient rapidement corrosive. Trop dure, elle se trouble et finit par entartrer tout le système hydraulique (cuve incluse).

Dureté de l'eau en France, par département. © Wikipédia, domaine public

La dureté de l'eau varie de façon importante selon les régions (voir carte de France). Il faut savoir que, dans un spa, l'évaporation naturelle tend à augmenter la dureté : normal, puisque le liquide diminue au fil du temps alors que les minéraux restent et se concentrent de plus en plus. Ajouter de l'eau du robinet, pour compenser la perte, est un moyen simple de réduire la dureté. On peut aussi utiliser ponctuellement un produit antitartre à condition de consulter d'abord un professionnel.

Si vous désirez obtenir un °TH constant, la seule solution consiste toutefois à installer un adoucisseur spécifique. À contrario, une eau trop douce peut être durcie avec du chlorure de calcium vendu en magasin spécialisé. Dans tous les cas, la bonne fourchette se situe entre 7 et 15 °TH.

L'équilibrage est parfois délicat à réaliser avec des paramètres hors normes. Pour vous aider, il existe un outil pratique, la balance (ou table) de Taylor, sur lequel vous baser. Ce diagramme se compose de trois échelles permettant d'établir de manière précise la relation entre le TAC, le pH et le TH.

Vos mesures effectuées, repérez-les sur le diagramme et reliez-les par une ligne pour déterminer le pH de l'eau du spa. À chaque fois que vous réglez un paramètre, les autres bougent. Le but n’est donc pas de chercher à reproduire exactement les données de la balance de Taylor mais à s’en approcher pour trouver le meilleur équilibre possible. On constate ici qu’avec une alcalinité de 10 °f (100 ppm) et une dureté de 25 °f (250 ppm), le pH idéal est de 7,5 : soit dans la plage de neutralité. © D’après mareva.fr

La désinfection de l'eau du spa

L'équilibre de l'eau se modifiant en fonction des variations de température et de la fréquence d'utilisation du spa, le système d'assainissement automatique ne peut suffire à le maintenir. Aussi, vous devez quotidiennement procéder à une désinfection chimique dans des proportions à définir au coup par coup. Pour traiter, vous avez principalement le choix entre le chlore et le brome. Ces produits s'utilisent au moyen de diffuseurs ou de flotteurs spéciaux.

  • Le chlore

Bon marché, disponible en galets, pastilles ou microbilles à dissolution lente ou rapide, le chlore est efficace contre les bactéries, les champignons et les résidus organiques (peaux mortes, sueur...). Mais, une fois le pH remis à niveau, son activité diminue fortement. Ce produit présente aussi l'inconvénient de fabriquer des chloramines au contact des matières azotées provenant des baigneurs. Or, les chloramines sont ces composés désagréablement odorants, irritants pour les yeux et les voies respiratoires...

Produits de désinfection de l'eau du spa. Haut : chlorinateur flotteur en plastique à réservoir rétractable et diffusion réglable : 4,70 €. Bas : galets de chlore (250 g pièce) en seau de 5 kg : 38 €. © h2o-piscines-spas.com
  • Le brome

Puissant désinfectant, le brome se vend en galets ou comprimés qui agissent en se dispersant lentement dans l'eau du bain. Plus onéreux que le chlore, il est en contrepartie moins odorant et sensible aux fluctuations du pH. Il conserve ainsi l'essentiel de ses principes actifs quand son concurrent en perd les deux tiers.

On vous conseillera parfois comme alternative écologique l'oxygène actif (en comprimés). Ce stérilisant inodore est fort bien adapté aux piscines mais ne convient guère aux températures élevées d'un spa : au-dessus de 33 °C, il perd son efficacité.

Brominateur à dosage automatique. Se monte sur le système hydraulique via une dérivation en aval de la pompe de recyclage. Le cylindre recevant les pastilles de brome assure une dissolution constante et régulière du stérilisant avant qu’il ne parvienne dans la coque. Système Aquabrome. ® Brominator/bayrol.fr

Chaque semaine, il est recommandé de renforcer la désinfection chimique par un « traitement choc ». Ce produit oxydant est incontournable pour prévenir ou stopper toute contamination organique. Les filtres n'interceptent pas toujours les petites particules dont se nourrissent les micro-organismes.