Cela vous intéressera aussi

Selon la loi française, le TAC, total autorisé de capture, est « sur un stock déterminé, [la] quantité en poids de capture que l'on décide de ne pas dépasser, au vu de l'analyse biologique de l'état actuel du stock, afin d'assurer la pérennité de son exploitation » (définition adoptée en applicationapplication du décret n° 96-602 du 3 juillet 1996).

En d'autres termes, le TAC est, pour une espèceespèce de poissonpoisson, la quantité (ou plus exactement la massemasse) maximale de poissons qu'il est raisonnable de pêcher afin que l'espèce ne devienne pas menacée. Si trop de poissons sont pêchés au cours d'une année, il n'en reste pas assez pour renouveler le stock l'année suivante. Au fur et à mesure, les populations de cette espèce diminuent et à terme, l'espèce est en danger. Les TAC ont justement pour objectif d'éviter ce type de situations, mais malgré tout, le thon rouge est menacé à cause de la surpêchesurpêche (et notamment de la pêchepêche illicite).

La mise au point des TAC

Ces TAC sont établis par la Commission européenne qui se fonde sur des avis scientifiques, et ne concernent que les pays européens. 

Un quota (portion du TAC) est ensuite attribué à chaque pays de l'Union européenne et ceux-ci sont divisés pour chaque zone de pêche (les eaux européennes sont divisées 7 zones, elles-mêmes divisées en sous-zones).

Traditionnellement, les TAC étaient annoncés au mois de décembre pour l'année suivante, mais de plus en plus, pour certaines espèces, les TAC sont pluriannuels.