L’Oculus Quest 2 est le dernier casque de réalité virtuelle de Facebook. © Oculus
Tech

Test de l’Oculus Quest 2, un casque VR performant et accessible

ActualitéClassé sous :Réalité virtuelle , Oculus Quest 2 , test

Facebook a lancé l'Oculus Quest 2, son nouveau casque de réalité virtuelle, en octobre à un prix de vente bien inférieur à ceux de la concurrence. Casque sans fil, autonome, et sans appareil externe de suivi des mouvements, l'Oculus Quest 2 annonce une expérience inédite tout en restant accessible. Futura l'a testé pour voir s'il tenait ses promesses.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Réalité virtuelle : vers l'immersion totale avec Orion de Leap Motion  La société américaine Leap Motion propose en version bêta Orion. Cette application, utilisée avec un capteur et un casque de réalité virtuelle, permet de contrôler des objets avec une grande précision directement avec les mains, comme on peut le constater durant cette démonstration. 

Que vaut le nouveau casque de réalité virtuelle de Facebook ? Vendu deux à trois fois moins cher que ceux de la concurrence, l’Oculus Quest 2 pourrait devenir la nouvelle référence dans le domaine. Il s'agit du seul appareil autonome actuellement sur le marché, ce qui pourrait attirer de nombreux nouveaux utilisateurs qui ne souhaitent pas dépenser une fortune pour acheter un ordinateur suffisamment puissant pour le PCVR.

L’Oculus Quest 2 ne nécessite aucun équipement de suivi externe. Il est livré avec les manettes, un écartement pour les lunettes et son chargeur. © Futura

Un casque sans boîtier externe pour le suivi

Le casque est plus léger que le premier Quest. Il est accompagné d'une sangle en tissu qui, les premiers jours d'utilisation, n'était vraiment pas agréable à porter et il nous a semblé que la sangle Elite vendue 49 euros serait indispensable. Toutefois, en moins d'une semaine, la sangle fournie s'est détendue et l'utilisation est devenue beaucoup plus confortable. À noter qu'Oculus a temporairement arrêté la vente des sangles Elite à la suite d'un certain nombre de plaintes d'utilisateurs rapportant que la leur s'était tout simplement cassée.

La boîte contient aussi un chargeur avec un câble USB-C d'un mètre, deux contrôleurs et un espacement pour lunettes qui se clipse très simplement. Contrairement à d'autres casques, le Quest 2 n'a pas besoin de boîtier externe pour le suivi. Il intègre quatre caméras pour se repérer dans l'espace, et il peut également suivre les mains pour une utilisation sans manettes dans certaines applications.

Cela signifie que le casque peut être utilisé n'importe où, sans installation. Il suffit de créer un « Guardian », un espace de jeu qui peut être stationnaire (assis ou debout) ou « roomscale », un espace plus grand défini grâce à la manette et où vous pourrez vous déplacer librement. Une grille apparaît pour vous prévenir lorsque vous approchez trop du bord.

3,5 millions de pixels par œil

L’écran d’accueil en 3D de l’Oculus Quest 2, qui donne accès à la bibliothèque d’applications, le Quest Store, le navigateur, Oculus TV et bien d’autres. © Futura

Pour la seconde version du Quest, Oculus est passé de l'Oled au LCD avec une définition totale de 3.664 x 1.920 pixels. Le choix du LCD donne lieu à des noirs moins profonds, ce qui peut être notable pour ceux qui aiment particulièrement les applications sombres, comme les jeux d'horreur. Oculus a sans doute choisi cette technologie car regarder un écran d'aussi près permet de voir l'espace entre les pixels et crée un effet de grille. L'écran LCD utilise plus de sous-pixels que l'Oled, ce qui laisse moins d'écart entre chaque pixel et réduit donc cet effet. Facebook a opté pour une dalle unique plutôt que deux écrans qui peuvent être déplacés. Ceci explique sans doute que le réglage de l'écart pupillaire est limité à trois options : 58, 63 et 68 millimètres.

Un défaut des casques VR est rarement mentionné, et pourtant c'est ce qui gênera sans doute le plus tout nouvel utilisateur. Les lentilles créent un effet de halo (« god rays »), particulièrement visible sur les éléments très contrastés, notamment du texte blanc sur fond noir. Ceci n'est pas propre au Quest 2 et existe sur tous les casques. Toutefois, une semaine ou deux d'utilisation suffisent à trouver ses repères pour bien positionner le casque, et s'habituer à cet effet pour ne plus le remarquer.

Concernant l'audio, les haut-parleurs du casque sont placés dans les bras sur lesquels viennent se fixer la sangle. Dans nos tests, nous n'avons jamais rencontré de problème de qualité sonore. On entend bien tous les sons d'ambiance, et on localise sans difficulté les ennemis dans les jeux. Les plus exigeants trouveront certainement à redire mais, pour l'utilisateur moyen, le système audio intégré devrait être amplement satisfaisant. Dans le cas contraire, une prise jack 3,5mm permet de brancher un casque audio.

Ancient Dungeon, un jeu gratuit en bêta uniquement disponible sur SideQuest. © Futura

SideQuest, le magasin alternatif

L'un des gros points négatifs de ce casque est l'obligation d'utiliser un compte Facebook. Outre les problèmes par rapport à la collecte de données et le respect de la vie privée, cela pose un souci pour votre catalogue de jeux. Votre compte est soumis à la modération du réseau social. De nombreuses personnes se sont plaintes de ne pas pouvoir s'inscrire sur Facebook. Nous avons rencontré le même inconvénient. Un compte créé en prévision du casque, pourtant avec nom et photo réels, a été désactivé au bout de deux jours. Et impossible de le réactiver.

Le plus gros problème est que tous les jeux achetés sur le magasin Oculus sont liés au compte Facebook. S'il est supprimé, les jeux sont perdus. L'alternative est SideQuest, un logiciel à installer sur son PC qui contient un magasin alternatif. Il propose des jeux à acheter via Itch.io ou Patreon, mais également de nombreux jeux gratuits, souvent des versions bêta de jeux en cours de développement. Ainsi, même si votre compte Facebook est banni, vous pourrez toujours accéder à vos jeux, à condition de parvenir à créer un nouveau compte ou en utilisant le compte de quelqu'un d'autre.

Virtual Deskop permet de se connecter sans fil à son PC, et ainsi d'accéder à tous les jeux du catalogue Steam VR © Futura

Connecter le casque à un PC

Le Quest 2 est compatible avec Oculus Link, et peut donc être branché sur un PC qui fonctionne sous Windows 10 via un câble USB. En basculant sur la puissance de calcul de l'ordinateur, le casque peut afficher des graphismes et des effets plus détaillés. Nous l'avons testé très brièvement, le câble USB inclus avec le casque mesurant un mètre seulement. Oculus vend un câble de 5 mètres pour la « modique » somme de 99 euros... Il devient alors possible d'accéder aux jeux Oculus Rift et Steam VR.

Il existe toutefois un moyen beaucoup plus simple qui évite le câble. L'application Virtual Desktop, vendue sur le Quest Store pour 19,99 euros, permet de se connecter à son PC en Wi-Fi. À cause d'une limitation imposée par Oculus, la fonction n'est pas incluse dans cette version. Il faut acheter et installer l'application, puis utiliser SideQuest pour démarrer l'extension, et installer la partie logicielle sur son PC. Ensuite, il devient possible de voir l'écran de son PC dans le casque, d'accéder aux jeux Oculus Rift, mais également à toute la bibliothèque Steam VR.

Nous avons testé avec le jeu Half Life : Alyx sur un PC de jeu milieu de gamme (processeur AMD Ryzen 5 3.600 et carte graphique Nvidia GeForce GTX 1.660 Ti). À part deux ou trois sauts d'image sur une partie de deux heures, nous n'avons pas connu de ralentissements ni de latence notable, ce qui a permis une expérience extrêmement immersive.

Mission: ISS permet d’explorer la Station spatiale internationale. © Futura

De nombreux contenus gratuits

Le Quest Store propose un certain nombre d'applications gratuites, des démos de jeux ainsi que des contenus multimédia. Oculus TV, intégré au casque, mais aussi YouTube VR ou Within proposent des vidéos en 360 degrés ou stéréoscopiques (3D) intéressantes, comme des documentaires immersifs sur la nature ou l'espace. Ils proposent également des voyages virtuels vers différents lieux à travers le monde : escalader des montagnes, découvrir des rues de Tokyo et bien d'autres. Un contenu qui permet de s'évader en ces temps de confinement.

Mission: ISS vous emmène encore plus loin, avec une visite de la Station spatiale internationale. Déplacez-vous en apesanteur avec les mains, cliquez sur différents objets pour lire des descriptions et voir des vidéos, ou encore amarrez une capsule à la station.

Le magasin SideQuest propose de nombreux jeux en accès gratuit. Parmi les plus intéressants, TraVRsal et Tea for God qui permettent de naviguer dans des labyrinthes impossibles. Ici, on se déplace en marchant normalement avec ses pieds. Ils nécessitent un espace de jeu roomscale, et construisent le parcours de manière à ne jamais sortir des limites. Ces deux jeux donnent vraiment l'impression de parcourir les couloirs d'un bâtiment immense.

Pour se dépenser, essayez la démo de Beat Saber, et détruisez des objets volants avec des sabres laser au rythme de la musique. Moon Rider est un équivalent gratuit, accessible via le navigateur Oculus. La démo de Journey of the Gods donne un aperçu du maniement d’épée. Toutefois, le meilleur jeu pour le combat d'épées est sans conteste Until You Fall qui se révèle assez intense physiquement.

Suivez le lancement d’une fusée et flottez dans l’espace dans The Spacewalker sur Oculus TV. © Futura

La concurrence

Le Quest 2 est un casque orienté grand public visant notamment les joueurs qui n'ont pas encore de casque de réalité virtuelle. Il n'existe actuellement aucun concurrent sur le marché des casques autonomes. Toutefois, il fonctionne également en mode PCVR, relié à un ordinateur. Ici, il se frotte à des casques haut de gamme, mais également beaucoup plus chers. Il s'agit principalement du Valve Index, vendu 1.079 euros pour le kit complet et le HTC Vive Cosmos, vendu 799 euros. HP a annoncé son Reverb G2 qui sera disponible prochainement au prix de 749 euros.

Autonomie

L'Oculus Quest 2 dispose d'une autonomie annoncée entre 2 et 3 heures. Dans nos tests, le casque a tenu 2 h 30 en mode autonome avec des jeux comme TraVRsalAncient Dungeon et Beat Saber. En PCVR, en passant par le Wi-Fi avec Virtual Desktop, nous avons pu jouer pendant 2 h 25 à Half Life : Alyx ou encore No Man's Sky. Pour une recharge complète, comptez aux alentours de deux heures avec le chargeur fourni.

Il est possible d'étendre l'autonomie avec la sangle Élite avec batterie, ainsi qu'avec un simple câble USB de plusieurs mètres. Il est également possible d'utiliser une batterie externe USB accrochée à la ceinture, par exemple. En ce qui concerne les manettes, chacune est livrée avec une pile AA. Les nôtres étaient encore à 70 % après plus d'une cinquantaine d'heures d'utilisation.

L’avis de Futura

En conclusion, l'Oculus Quest 2 n'est pas exempt de défauts. Toutefois, il s'agit du seul casque autonome du marché et du seul casque PCVR sans fil (grâce à Virtual Desktop). À 349 euros, pour le modèle 64 gigaoctets (ou 449 euros pour 256 gigaoctets), il coûte moins de la moitié, voire même le tiers, du prix des casques PCVR filaires. Le Quest 2 est sans conteste le meilleur rapport qualité-prix. Il offre le confort de jouer sans câble, et même de pouvoir jouer dans différentes pièces sans devoir déménager l'ordinateur. Si vous attendiez le bon moment pour vous lancer dans la réalité virtuelle, et si l'obligation du compte Facebook n'est pas rédhibitoire pour vous, ce casque est imbattable.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !