Les petromyzontiformes, ou pétromyzontides, ou agnathes, correspondent aux lamproies et forment un groupe de vertébrésvertébrés primitifs sans mâchoire, montrant à la fois une chordechorde et des vertèbres primitives. Ce groupe n'est constitué que d'une seule famille, les petromyzontidae, qui ne regroupe aujourd'hui que 38 espècesespèces.

Les lamproies sont des vertébrés primitifs. © Tiit Hunt, CC by-sa 3.0
Les lamproies sont des vertébrés primitifs. © Tiit Hunt, CC by-sa 3.0

Les agnathes sont les plus primitifs des « poissonspoissons » vivants. Ils ont conservé plusieurs des caractéristiques des céphalochordés. La grande innovation de ce groupe est sans aucun doute la formation de vertèbres calcifiées et d'un crânecrâne. Les raisons qui pourraient expliquer l'apparition de ces os demeurent obscures. Il ne fait aucun doute que le crâne et les vertèbres offrent une protection au cerveaucerveau et à la moelle épinièremoelle épinière. Mais cet avantage peut être compensé par une augmentation de la massemasse, et donc des coûts associés à la nage.

Il est également possible que le calciumcalcium et le phosphorephosphore des structures calcifiées aient été d'abord des réserves et que les sites d'accumulation aient par la suite acquis une fonction de protection. Quoi qu'il en soit, le résultat est la formation d'un squelette axialsquelette axial augmentant la capacité de nage de ces animaux. Le remplacement de la notochorde d'une seule pièce par des vertèbres articulées permet un contrôle plus fin des ondulations du corps.

Anatomie de la lamproie : 1. narine ; 2. bouche ; 3. œil ; 4. orifices branchiaux latéraux ; 5. tronc 6. cloaque ; 7. queue ; 8. nageoire caudale ; 9. nageoire dorsale postérieure ; 10. nageoire dorsale antérieure. © Dake, CC by-sa 3.0 
Anatomie de la lamproie : 1. narine ; 2. bouche ; 3. œil ; 4. orifices branchiaux latéraux ; 5. tronc 6. cloaque ; 7. queue ; 8. nageoire caudale ; 9. nageoire dorsale postérieure ; 10. nageoire dorsale antérieure. © Dake, CC by-sa 3.0 

Morphologie des lamproies

La lamproie possède un corps allongé, une absence de nageoires paires (qui correspondront, plus tard dans l'évolution, à nos membres), des nageoires impaires, dont les rayons sont formés de cartilagecartilage, des ouvertures extérieures et indépendantes des branchiesbranchies (différentes de celles des autres vertébrés) rondes et alignées.

Plan d'organisation des chordéschordés avec, de la face dorsale à la face ventrale :

  • un système nerveux ;
  • un axe squelettique et un tube digestiftube digestif ;
  • un épidermeépiderme dont les glandesglandes ne sont formées que d'une seule cellule ;
  • une absence d'écailles.

La lamproie a un crâne cartilagineux incomplet, des yeux apparents et fonctionnels chez l'adulte, une narinenarine impaire, une absence de mâchoire avec une bouche circulaire en ventouse. L'adulte de la lamproie est un ectoparasite : il se nourrit en se fixant sur l'épiderme des vertébrés.

Bouche d'une lamproie. © Drow_male, GNU 1.2
Bouche d'une lamproie. © Drow_male, GNU 1.2

Quelques caractéristiques de la lamproie :

  • chorde gainée qui n'est pas encore vraiment une colonne vertébralecolonne vertébrale ;
  • musculature métamérisée en chevronschevrons
  • encéphale réduit et 10 paires de nerfsnerfs crâniens (donc il en « manque encore deux ») ;
  • fibres nerveuses sans myélinemyéline (donc transmission nerveuse de type lent) ;
  • système sensoriel de la ligne latérale déjà présent ;
  • cœur veineux ;
  • sexes séparés.
Caractéristiques des lamproies selon le genre et l'espèce. © DR
Caractéristiques des lamproies selon le genre et l'espèce. © DR

Systématique : 

  • grande Lamproie marine, ou Petromyzon marinus (L.), sur les côtes atlantiques ; 
  • petite Lamproie, ou Lampetra fluviatilis (L.), de la Scandinavie à la Méditerranée ;
  • lamproie d'eau douceeau douce, ou Lampetra planeri (Bloch).