Planète

Les sens des poissons

Dossier - Les poissons d'eau douce
DossierClassé sous :zoologie , poisson , animaux

Quels sont les poissons d'eau douce qui vivent près de chez nous ? De la lamproie, dite primitive, au brochet, féroce carnivore, faites connaissance avec ces animaux fascinants.

  
DossiersLes poissons d'eau douce
 

Les poissons sont-ils comparables aux humains en ce qui concerne leurs sens ? Odorat, vue, toucher, goût, ouïe... Quelles sont les caractéristiques des sens des poissons ?

Quels sont les sens des poissons ? Ici, jeune goujon commun. © Gilles San Martin, CC by-sa 2.0

L'odorat du poisson

L'odorat (une ou deux paires de narines) est plus développé que la vue. Les narines ne communiquent pas avec la bouche et ne servent pas à la respiration.

Contrairement à ce qu'on prétend, les poissons sont doués des deux sens de l'odorat et du goût : les poissons peuvent sentir les parfums solubles dans l'eau. Et les prédateurs chassant à l'odorat possèdent de longues narines : le premier orifice est près de la pointe du museau et le second proche de l'œil.

Les poissons ont un meilleur odorat que la vue. Ici, une coupe schématique d'un œil de poisson. ©Aquabase, Fitzz, CC by-sa 2.0

La vue du poisson

Les yeux sont placés latéralement et ne possèdent pas de paupières. Les poissons auraient une mauvaise vision de loin. Le regard fixe vient du fait que leur pupille ne peut pas se contracter mais cette fixité leur donne un large champ de vision.

Champ de vision d'un poisson. Les prédateurs (à gauche de l'image) ont les yeux placés vers l'avant afin de repérer les proies ; ils n'ont pas besoin de voir derrière eux. Les non-prédateurs (à droite de l'image) ont des yeux placés latéralement pour mieux voir les prédateurs à leur poursuite. La zone bleue représente la vision 3D, plus large chez les prédateurs ; la zone verte correspond à la vision latérale, une zone de vision moins précise, utilisée pour la surveillance, la vigilance. © Aquabase, Fitzz, CC by-sa 2.0

L'œil du poisson fonctionne dans l'eau : le cristallin pratiquement sphérique concentre les rayons au maximum. Les images se forment en avant de la rétine ; le poisson est myope. Ce cristallin n'est pas déformable. Les images sont au point pour des objets très rapprochés mais l'accommodation permet la vue à distance. Le cristallin est tiré en arrière par un muscle spécial, le muscle lenticulaire. Quand ce muscle se relâche, la lentille revient en avant sous l'action de son ligament suspenseur. La rétine comprend des cônes et des bâtonnets, mais sa structure est moins fine que celle de notre rétine.

La vision des couleurs est un fait établi. À mesure que le poisson s'enfonce, une plus grande partie des objets lui devient invisible.

L'ouïe des poissons

Les poissons entendent fort bien, et réagissent avec vivacité, d'autant plus que les sons circulent dans l'eau trois fois plus vite que dans l'air. Les poissons n'ont que l'oreille interne et l'appareil auditif est rudimentaire comparé au nôtre.

Le goût chez les poissons

Les poissons ont des bourgeons du goût sur les lèvres, sur les barbillons, autour de la bouche et sur la tête. Les poissons goûtent à distance : ils baignent dans un liquide où les substances sapides peuvent être diffusées.

Poisson : le sens du toucher

Le sens du toucher est d'analyse difficile. Si des terminaisons nerveuses existent, on ne les a pas mises en évidence. Une lésion, même grave, ne provoque que des réactions banales et ne coupe pas l'appétit du poisson ! Le sens du toucher existe — nous en sommes sûrs à cause des réactions violentes aux toxiques (solvants par exemple) — mais nous ne le connaissons pas bien.

La vessie natatoire, un appareil de mesure de la pression

En revanche, les canaux semi-circulaires, de dimensions considérables, règlent les mouvements nécessaires à l'équilibre avec précision et rapidité si l'on songe à l'instabilité d'un courant d'un remous... 

Vessie natatoire d'un gardon. © Uwe Gille, Wikipédia, GNU 1.2

La vessie natatoire est un stabilisateur hydrostatique ; c'est aussi un organe récepteur sensible à la pression, du moins chez les poissons qui possèdent l'appareil de Weber, une chaîne de petits os qui permettent la communication avec l'oreille interne : cyprinidés, siluridés, loches. Le sens vibratoire est assumé par la ligne latérale, spécialité des poissons. C'est un système de canaux qui s'ouvrent par une série de pores dans les écailles. C'est la rangée des orifices qui constitue, de chaque côté du corps, la ligne latérale.

Ligne latérale d'un requin. © Chris Huh, DP

Le canal se prolonge dans la tête par un petit nombre de canaux. Tout le long des canaux, des cellules sensibles sont groupées en bourgeons sensoriels, innervés par le nerf latéral ou facial. La ligne latérale renseigne sur la position du corps dans le milieu et par rapport aux obstacles selon les mouvements de l'eau.