Planète

Brochet et lote : les ésocidés et les gadidés

Dossier - Les poissons d'eau douce
DossierClassé sous :zoologie , poisson , animaux

Quels sont les poissons d'eau douce qui vivent près de chez nous ? De la lamproie, dite primitive, au brochet, féroce carnivore, faites connaissance avec ces animaux fascinants.

  
DossiersLes poissons d'eau douce
 

Les ésocidés sont des poissons osseux au corps élancé et au museau allongé, que l'on observe bien chez le brochet. Les gadidés, quant à eux, vivent essentiellement en mer, seule la lote en est un représentant d'eau douce.

Le brochet appartient à la famille des ésocidés. © Luc Viatour, GNU 1.2

Le brochet (Esox lucius), de la famille des ésocidés

On trouve le brochet dans les eaux stagnantes et lentes d'Europe tempérée, d'Asie et d'Amérique du Nord. La tête et le museau sont larges avec une bouche très grande et de fortes dents. Caractéristiques :

  • poids : 8 à 10 kg (rare : 18 kg ; exception : 34 kg) ;
  • longévité : 12 à 15 ans ;
  • alimentation : carnassier.
Le brochet est un carnassier. © MillaTom, GNU, 1.2

C'est une espèce diurne. Le brochet est dans la catégorie des grands prédateurs capables de rester à l'affût, très attentifs. Ce n'est pas un bon nageur et il manque de persévérance mais presque tout fait ventre ! S'il est friand de carpes, il ne dédaigne ni les grenouilles ni les oiseaux aquatiques... ni ses congénères. Sa denture très spécifique constitue un avantage : deux rangées de dents dirigées vers l'arrière permettent au brochet de retenir sa proie : il n'est pas rare de voir un morceau de poisson dépasser de la bouche d'un brochet.

Pour frayer, il est plus exigeant et sort du cours d'eau pour aller dans les zones inondées. Lors des crues hivernales, il entreprend de petites migrations de 10 à 20 km mais c'est une opération délicate, les rivières étant canalisées et les zones de débordement réduites ; les barrages font qu'une partie des géniteurs se retrouvent emprisonnés. Il est très important que toute la chaîne alimentaire soit représentée dans ces lieux : phytoplancton, zooplancton, invertébrés et différentes espèces de poissons. La femelle a besoin de beaucoup d'espace car elle pond plusieurs petits paquets d'œufs. Les alevins vont se réguler d'eux-mêmes par cannibalisme.

Lota lota, la lote, de la famille des gadidés

La lote d'eau douce s'écrit avec un seul « t » pour ne pas la confondre avec la lotte de mer qui est la baudroie. Elle a un corps cylindrique comprimé vers la queue. Sous son mucus, elle possède de petites écailles fines. Son dos a une teinte variant du brun verdâtre au jaunâtre avec des marbrures plus sombres tandis que ses flancs sont plus clairs.

Elle apprécie les eaux froides (3 °C), l'altitude et l'eau profonde (200 m) ; elle supporte mal les eaux polluées. La lote remonte de ses fonds hivernaux pour rejoindre les berges à partir du mois de mai. Elle se nourrit de larves, de vers et de mollusques, de petites grenouilles et de larves de poissons...

Cette liste n'est bien sûr pas complète, le quart des espèces de poissons étant dulçaquicoles et les poissons représentant à eux seuls la moitié de tous les vertébrés.