L'ail a de multiples propriétés médicinales, c'est l'ancêtre de l'antibiotique. Il est donc très utile d'en planter dans son potager. © bit24, Fotolia

Santé

L'ail : quels sont ses bienfaits sur la santé ?

Question/RéponseClassé sous :Nutrition , ail , antiseptique

Vous ne le saviez peut-être pas mais lorsque vous mangez de l'ail, vous prenez soin de vous. En effet, l'ail commun est une plante médicinale par excellence. II est sans danger pour un usage domestique et se révèle efficace pour traiter une multitude de problèmes de santé. 

Antiseptique, anti-inflammatoire, anticholestérol, antioxydant, antiallergique et même... aphrodisiaque : l'ail aurait de nombreuses vertus. Utilisé voici plus de 5.000 ans, des steppes d'Asie centrale, en passant par l'Égypte ancienne, la Rome et la Grèce antiques, l'ail (Allium sativum) est connu depuis des siècles également pour ses propriétés antipoison. Son succès ne s'est jamais démenti, y compris dans nos plats cuisinés, apprécié qu'il est pour en relever le goût.

L'ail et ses multiples bienfaits sur la santé

Grâce à ses acides phénoliques, l'ail agit comme un antiseptique puissant du système digestif et de l'appareil respiratoire (infections du nez, de la gorge et des bronches). Son effet fluidifiant sur le sang, sa capacité à dissoudre les petits caillots freineraient l'évolution de l'athérosclérose. Par ailleurs, ses principes actifs soufrés dilateraient les artères coronaires, contribuant à prévenir l'angine de poitrine. Il réduit le taux de cholestérol et apaise les troubles circulatoires, comme l'hypertension. Hypoglycémiant, l'ail est aussi un précieux complément alimentaire pour les diabétiques.

Consommé régulièrement, il aiderait à prévenir le cancer de l’estomac, du côlon et du rectum, et serait efficace contre les vers intestinaux. Il aiderait également à la digestion, en favorisant le développement de la flore intestinale, grâce à l'inuline, probiotique qu'il contient naturellement.

À tous ces avantages, il faut rajouter son effet préventif et thérapeutique contre le rhume, son contenu en vitamines A, B, C et E, ou la présence d'allicine, molécule antibiotique.

L'ail est un remède traditionnel très ancien. Avant l'invention des antibiotiques, l'ail soignait toutes sortes de maladies, de la tuberculose à la typhoïde. On l'utilisait également pour panser les blessures durant la première guerre mondiale. L'ail s'emploie contre les infections, il renforce l'action des antibiotiques chimiques et évite leurs effets secondaires.

L'ail fait partie de la famille des liliacées, comme l'oignon, l'échalote, la ciboulette ou le poireau, à ce titre ils partagent des bienfaits communs. © Récolte de l'ail, illustration dans le Tacuinum sanitatis, manuel médiéval sur la santé, XVe siècle. BNF, domaine public

L'ail, astuces et usages

Il est recommandé d'utiliser régulièrement en cuisine des gousses d'ail (ou cayeux) hachées ou concassées pour profiter de ses bienfaits et renforcer le système immunitaire. C'est un excellent tonique. Toutefois, il a la mauvaise réputation, justifiée cependant, non pas d'éloigner les vampires, mais de donner mauvaise haleine que le corps exhale et peut mettre jusqu'à 24 heures à éliminer. Pour contrecarrer cet inconvénient, on peut trouver dans les parapharmacies et boutiques spécialisées des perles contenant de l'huile d'ail. Elles permettent d'augmenter la résistance de l'organisme aux infections.

Pour désinfecter les plaies et les ulcères, utilisez une solution de suc d'ail à 10 % avec 1 à 2 % d'alcool, ou faites des compresses de vinaigre d'ail constitué de 30 g d'ail râpé que vous ferez macérer pendant 10 jours dans un demi-litre de vinaigre. Enfin, contre les piqûres de guêpes et autres insectes, extrayez le dard, puis frottez la zone piquée avec un morceau d'ail. À partir des gousses de l'ail, on extrait également de l'huile essentielle d'ail à la fois antiseptique et antibiotique. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourez régulièrement à la phytothérapie.

Bibliographie :

  • Guide des plantes qui soignent, édition Vidal, 2010.
  • L'Encyclopédie des plantes médicinales, édition Larousse, 2001 et 2017.
  • Les plantes médicinales, Institut européen des substances végétales, mars 2015. 
  • Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy, éditions Leduc.s, 2017.
  • Les huiles essentielles chémotypées, Dominique Baudoux et M.L. Breda, édition JMO.